Share It

2008/08/11

"Bravo" — "L'anti-américanisme obsessionnel" des "Munichois" sur la guerre en Géorgie : "Les Russes ont bien réagi" et "Nous sommes tous des Russes"

Des combats, la guerre (cf. en Irak), impliquent des troupes américaines ? On accuse les Américains, on les accuse d'être des criminels — et ce en lançant des bordées innombrables remplies de critique, de ridicule, de mépris, et de bile.

Des combats, la guerre (dans le Caucase), impliquent des troupes non-américaines (en l'occurrence, russes) : On accuse… les Américains (!) on les accuse d'être des criminels — tout en déplorant la Russie (!), pauvre victime (!) de la Géorgie néfaste…

Comme avec le Rwanda, on s'aperçoit que la prétendue amour de la paix des Français (lucides à souhait), n'est qu'un leurre pour cacher leur antiaméricanisme. Voir seulement les innombrables réactions aux combats en Ossétie du Sud, qui vont du "oui… mais" au (carrément) Bravos pour… la Russie ! (Un lecteur exhorte même les bombardiers russes — comme si l'armée russe était l'incarnation de la liberté et de la libération (!) — de "ne pas rater" les statues d'un certain Géorgien, comme si les crimes de "l'enfant du pays, un Géorgien sanguinaire nommé … Staline" était entièrement imputable au pays qu'est la Géorgie et aucunement au Kremlin (ou il sévit comme maître, après tout) et à la Russie.)

"Les Russes ont bien réagi. Bravo." Merci pour cette précision. Cette réaction, comme nombre d'autres, confirme bien que le pacifisme français vanté au plus haut n'est en fait que de l'antiaméricanisme. Des soldats américains participent à une intervention militaire, on se sert des discours humanistes comme arme pour fustiger les USA.

Des soldats non-américains (cf russes) participent à une intervention militaire, et là, c'est, ah il faut les "comprendre" — voire …les soutenir. L'antiaméricanisme a de beaux jours devant lui — tout comme l'hypocrisie française. Voici d'autres réactions, malheureusement typiques, de lecteurs…
Si quelqu'un fait le mort, M. (ou Mme) "A quand une armée européenne?", c'est bien les Européens — comme le montre la vaste majorité des réactions sur ces pages!

À tous ceux qui disent "Les Russes ne sont pas des anges mais là on a poussé à bout ses dirigeants. Washington pousse au crime" (!) : Je suggère que vous alliez essayer de partir à Prague, à Varsovie, à Vilnius (sans parler de Tbilisi) et y tenir ces paroles.

Ah? C'est vrai? Ce sont les pays qui (comme dirait Chirac) "feraient mieux de se taire" ?! Avec une telle attitude méprisante — couplé avec le mépris pour les USA —, qu'on ne s'étonne pas que les Européens de l'Est — et les Caucasiens — tiennent à leurs liens avec Washington.

Justement : parmi les (rares) réactions avec un peu de sens commun, il y a celui de LoR :
On se croirait revenu aux temps de l'Allemagne nazie. Quand on laissa Hitler envahir les Sudètes puis l'ensemble de la Tchécoslovaquie. L'UE continuera-t-elle longtemps à observer une invasion en règle d'un Etat par un autre sans réagir militairement. Il est fort à parier que quand la Moldavie tentera de récupérer sa province séparatiste de Transnistrie, l'UE observera sans broncher l'armée russe envahir voire annexer la Moldavie. Décidément, nous sommes gouvernés par des "munichois" !!
"Où sont nos droits de l'hommistes professionnels" demande, quant à lui, Jean-Louis C ; "quel silence. quelle honte de ne voir personne s'élever contre le retour de la russie aux pires heures du stalinisme sous la houlette du dictateur poutine."

gmt ajoute :
Saakashvili n'est pas un tendre, les Occidentaux ne jouent pas un jeu innocent, d'accord. La mort d'innocents est inacceptable. Mais regardons les responsabilités en face. La Russie, qui hurle contre toute indépendance de la Tchétchénie, se cache à peine de soutenir les séparatismes abkhaze et sud-ossète. Si l'argument de stabilité est valable d'un côté, il l'est de l'autre. L'hypocrisie et l'arrogance du Kremlin dans cette affaire dépassent, et de loin, celles des Occidentaux ou de Tbilissi !
Surtout, gmt conclut ainsi :
Hallucinants, les dérapages verbaux de certains ! Combien de pays faudra-t-il sacrifier avant que ces gens ne comprennent que leur anti-américanisme obsessionnel ne les autorise pas à orienter le sort des millions de gens qui, eux, vivent dans ces pays ? Cet égocentrisme à bonne conscience est décidément révoltant !