Share It

2005/03/12

«Une intervention étrangère, quel que soit le nom que vous lui donnez, est parfois utile»

Relire les certitudes sur l'Irak, recopiées depuis deux ans
écrit Ivan Rioufol, dont le bloc-notes évoque la "pertinence des appréciations de l'administration Bush sur le désir de liberté des peuples du Moyen-Orient".
Experts, politiques, commentateurs : tous auront prédit la révolte de la rue arabe, la vietnamisation du conflit, le choc des civilisations, la chute de George Bush. Confortés par leur unanimisme, ils auront bien ri de l'«ignorance abyssale de la réalité du Proche-Orient» dont les États-Unis auraient fait preuve, pour avoir estimé que l'élimination de Saddam Hussein inspirerait cette région. «Bush-Sharon, assassins !» scandait la rue, fière de voir la France porte-parole du «camp de la paix».

Mais les faits ne se plient pas à ces auto-intoxications, souvent dénoncées ici. Seule la pression terroriste alimente le pilonnage médiatique des anti-guerre sur le «chaos» irakien. La mort de Nicola Calipari, agent secret italien, tué accidentellement vendredi par des tirs américains, alors qu'il venait de délivrer la journaliste Giuliana Sgrena, a d'ailleurs renforcé les convictions de ceux qui dénoncent, dans la présence occidentale, une oppression légitimant la «résistance» des nazislamistes.

Les élections en Palestine ? La libération du Liban ? «Coïncidences», répondent les apparatchiks de la pensée unique. Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères, Michel Barnier, ne voit que l'Ukraine comme source d'inspiration de la «révolution du Cèdre». Mais le Libanais Walid Joumblatt admet, lui, s'être trompé dans son opposition à la guerre en Irak : «C'est mon fond d'éducation soviétique qui me faisait dénoncer l'impérialisme (américain). Une intervention étrangère, quel que soit le nom que vous lui donnez, est parfois utile.»

Regarder les faits récents invite à constater que Bush, s'il a additionné les erreurs, marque des points. La relance des discussions entre Israéliens et Palestiniens après la mort d'Arafat a donné raison aux États-Unis, qui accusaient le protégé de la France d'être l'obstacle à la paix. En Irak, le succès des élections législatives du 30 janvier a contredit les prédictions assurant que le peuple refuserait un processus imposé de démocratisation. «Je ne suis pas Saddam Hussein, je veux coopérer», dit à son tour le président syrien Bachar el-Assad.

Ces premiers résultats soulignent l'angélisme de la théorie française du «soft power», cocktail de pacifisme et de multilatéralisme censé faire prévaloir la politique d'un pays sur d'autres Etats grâce à «l'attraction, la force de conviction, la persuasion» (Pascal Boniface, expert en géopolitique). L'aspiration au changement du Moyen-Orient illustre aussi l'erreur qu'il y avait, à Paris, à redouter une guerre des cultures. Seul l'islamisme rétrograde reste le vrai danger. …

Cet aveuglement d'une intelligentsia, se mirant dans sa posture moraliste : cela ne vous rappelle rien ? Raymond Aron, dont on célèbre cette semaine le centenaire de la naissance, avait décrit l'attraction exercée par l'idéologie communiste sur la plupart des intellectuels. Or l'antiaméricanisme opère à nouveau le même obscurcissement des raisonnements chez nos «faux gentils». C'est la France antiimpérialiste, tiers-mondiste, pacifiste, humaniste, proarabe qui a préjugé de la politique de Bush, en tenant les mêmes propos que la défunte URSS. Excommunications comprises pour les dissidents. …

Le déficit commercial des USA ou leur déficit budgétaire ?

Dominique Peretti nous envoie cet article de l'AFP, en ajoutant :
Le glissement qui est fait dans cet article entre le déficit commercial des USA et leur déficit budgétaire est une parfaite illustration de l'incompétence des journalistes de l'AFP qui confondent manifestement l'un et l'autre...

2005/03/06

Ce que les antibushistes français dénoncent (fort bruyamment), et ce qu'ils oublient de signaler (fort à propos)

Si les antibushistes français, surreprésentés dans la presse et au Quai d'Orsay, accusent les Américains d'être à la source de l'insécurité au Moyen-Orient et d'avoir réveillé le terrorisme, ils oublient de dire qu'ils sont plus certainement à l'origine du processus de démocratisation de la région et qu'ils attisent le désir d'émancipation des peuples
écrit Ivan Rioufol dans son Bloc-notes.
La contagion démocratique du Moyen-Orient : elle gagne le Liban, qui vit une étonnante révolution pacifique inspirée par l'exemple irakien. C'est, en effet, la démonstration de courage de ces électeurs, bravant les attentats islamistes pour aller voter le 30 janvier, qui a incité les Libanais à passer outre à l'interdiction de manifester, dimanche, et à exiger depuis le départ de l'occupant syrien. Nombreuses sont les voix qui s'élèvent désormais pour réclamer les mêmes élections libres qui viennent d'avoir lieu en Irak et dans les Territoires palestiniens.

Les faits donnent actuellement raison à la politique de George Bush, qui vise à faire tomber les tyrannies par la force militaire ou, mieux, par l'«effet domino». L'Egypte a annoncé samedi la mise en place d'une élection présidentielle au suffrage universel. Si l'Arabie saoudite vient de s'ouvrir timidement à des élections municipales réservées aux hommes, les Emirats arabes unis et Bahreïn se disent prêts à des processus de démocratisation.

Il est plaisant d'observer l'embarras des antibushistes français, surreprésentés dans la presse et au Quai d'Orsay. S'ils accusent les Américains d'être à la source de l'insécurité au Moyen-Orient et d'avoir réveillé le terrorisme, ils oublient de dire qu'ils sont plus certainement à l'origine du processus de démocratisation de la région et qu'ils attisent le désir d'émancipation des peuples.

Il est prématuré de tirer un bilan de la politique américaine, dont la majorité des commentateurs continuent à prédire l'échec. Cependant, rien de ce qui se passe au Liban, en Irak, en Palestine et dans les pays voisins n'aurait été possible si les Américains et leurs alliés n'avaient pas décidé de provoquer les événements, en chassant Saddam Hussein et en combattant le totalitarisme islamiste. Il est grand temps pour la France des droits de l'homme de prendre enfin l'histoire en marche.

Les amitiés de Julia

La France en Irak ressemble à l'image du député UMP Didier Julia, proche des baasistes de Saddam et du régime syrien. «Depuis quarante ans que je fréquente l'Irak, je connais beaucoup de monde», s'est flatté l'élu mardi sur TF 1, en réponse au poignant appel à l'aide que venait de lui adresser, vraisemblablement sous la contrainte, notre consoeur de Libération, Florence Aubenas, enlevée le 5 janvier à Bagdad avec son accompagnateur. Décrédibilisé depuis le trouble fiasco de sa tentative de libération de Georges Malbrunot et Christian Chesnot, Julia reste un bon exemple de ces relations entretenues par Paris avec les régimes tyranniques du Moyen-Orient. Lundi, il a estimé que les ravisseurs étaient «certainement des nationaux, pas du tout des mafieux, des résistants qui défendent la cause nationale irakienne». Des gens bien...