Share It

2011/10/29

Le "printemps arabe" laisse comme un goût de cendres aux lecteurs du Monde tandis que d'aucuns comparent Kadhafi à Che Guevara et Allende

En Libye, la fin tragique de Kadhafi et l'annonce par le Conseil national de transition (CNT), en guise d'épitaphe, du retour à la charia et à la polygamie, fait dire à Jean-Louis Maigrot (Dijon), que "le choléra Kadhafi a été remplacé par la peste musulmane".
«En cette veille de Toussaint, le "printemps arabe" laisse comme un goût de cendres à nos lecteurs» admet le Médiateur du Monde.
Cas particulier, ce lecteur se revendique "islamophobe". D'autres n'en pensent pas moins... "L'Occident bonasse a-t-il encore aidé un clone de Khomeiny à prendre le pouvoir ?", soupire Jean-Claude Demari (Rueil-Malmaison). Lui veut croire que "l'opposition à l'islamisme obscurantiste n'est, heureusement, plus l'apanage de l'extrême droite ou de la droite dure. " Un vrai débat. Qui divise nos lecteurs comme bon nombre de personnes. Témoins les réactions suscitées en ligne par l'éditorial du Monde se demandant : "Et si, en Tunisie, la démocratie passait par l'islam ?" (27 octobre). "La naïveté bien-pensante des éditoriaux du Monde est renversante", commente un certain "Alain Neurohr". "Le Monde "idiot utile" de l'islamisme ?", raille "DR".

… le scepticisme prévaut. "Je rappelle que dans les années 1930, on prenait Hitler pour un rigolo pas dangereux : vous connaissez la suite !", dit Jacques Adit (Chambéry). "Gageons qu'une fois au pouvoir, le nouveau gouvernement de Tripoli sera qualifié par les dirigeants occidentaux de "modéré" afin de pouvoir entretenir avec lui, sans se damner, des relations commerciales fructueuses...", écrit Laure Fouré (Versailles). "Que personne en France ne s'avise de critiquer un voile islamique car c'est le niqab que la France vient de coller sur la figure de la Libye", éructe Wardia Salem (Montrouge), pro-kadhafiste radicale.

Dans la ligne de mire de bon nombre de lecteurs, "le sémillant BHL" (Joëlle Goutal, Paris). "De la rose des sables arborée au col blanc du spin doctor Folamour de notre président, ne subsistent que les épines d'un régime islamique, prélude à un hiver arabe glacial !", lance, lyrique, Samy Mekhloufi (Lyon).


Entretemps, continue le Médiateur du Monde, il semblerait qu'aient commencé les comparaisons de l'ex-dictateur libyen avec les plus grands "martyrs" et icônes gauchistes.
Kadhafi sera-t-il plus grand mort que vivant ? La diffusion, discutable, des images violentes de sa capture et de sa mort laisse nos lecteurs entre fascination et répulsion. Sur Internet, d'aucuns le comparent déjà à Che Guevara. "Mort en combattant", salue Georges Henry, de Lons-le-Saunier (Jura). "Un panache que beaucoup de chefs d'Etat renversés, à part Salvador Allende, ont été incapables d'avoir", souligne Christian Vezon.

Sirio Caramelli (Montpellier), lui, est plutôt allé "revoir des photos de Mussolini pendu. Eh bien, n'en déplaise aux âmes nobles, un dictateur lynché ça ne me dérange pas, mais alors pas du tout !" "De bien belles images d'humiliation de dictateur, comme on aimerait en voir plus souvent", approuve "Aline Maginot" (Web) qui "espère que ces images seront vues à Damas chez les Assad"...

… "Brandir la menace de l'islamisme agressif relève du manichéisme le plus primaire, estime "Homme Curieux" (Albi). La Révolution française a aussi accouché de la Terreur..." "... Et celle de 1917 engendra en Russie le totalitarisme le plus criminel de l'histoire", ajoute Laure Fouré. "Il ne faut pas se faire d'illusion : la Tunisie verra son avenir à la turque. Les Occidentaux pensent que leur modèle politique est exportable dans le monde entier. La réalité est tout autre", tranche Schneider Richard (Stattmatten, Bas-Rhin).