Share It

2012/10/25

Débat sur l'avenir et sur l'identité même de l'Amérique

L'avenir de l'Amérique, les élections U.S., et l'identité même de la république américaine débattus par un conservateur et une gauchiste

During an intense one-hour debate on the la Locale TV station, with UNESCO's Beseat Kiflé Sélassié moderating, Erik Svane and Ellen Kountz of the Obama à la carte blog discussed everything from the 2012 elections, Mitt Romney, and Barack Obama, to Alexis de Tocqueville, federalism/decentralization, and the very identity of America, as well as the country's future…

2012/10/24

Le parti pris pro-gauche de la presse démontré en une seule phrase

Une brève de Philippe Bernard dans Le Monde va démontrer exactement de quelle manière la presse (tant américaine que française) est profondément et irrémédiablement partisane en faveur de la gauche. Et cela, en une seule phrase…

Lisez plutôt :
Les propositions de la commission [Simpson-Bowles] n'ont pas été adoptées et ses travaux illustrèrent le refus de compromis des républicains, ces derniers accusant le président d'avoir fait capoter des négociations.
Cette phrase peut être coupée en deux parties :

• 1) Les propositions de la commission n'ont pas été adoptées ;

• 2) ses travaux illustrèrent le refus de compromis des républicains (ces derniers accusant le président d'avoir fait capoter des négociations).

Pourquoi cette brève, pourquoi cette phrase, serait-elle partisane ?

Regardez les deux parties de la phrase : La première est au passif. La seconde partie est à l'actif, elle fait intervenir un jugement (masqué sous le couvert de la neutralité journalistique), et elle annonce où il faut attribuer la responsabilité d'un dérapage.

Pourquoi ce choix ?

Pour masquer la responsabilité de la gauche, c'est-à-dire le fait que (première partie) "Les propositions de la commission n'ont pas été adoptées" par… Par qui ? Par Barack Obama!

Une fois que la commission que "Barack Obama avait [lui-même!] créé, en 2010", a fait état de ses propositions, le même Barack Obama les a… ignorés ! (Il a donc ignoré les propositions de sa propre commission…)

Il y a par conséquent une raison éminemment légitime pour laquelle les républicains "accus[ent] le président d'avoir fait capoter des négociations" !

Pour Le Monde, par contre, il s'agit (à tout prix) de diaboliser et de matraquer les Républicains, donc d'eux seuls qu'on fait mention, et ce en leur attribuant la responsabilité — la totalité de la responsabilité — du capotage desdites négociations.

Comme le dit Instapundit :
DOESN’T FIT THE NARRATIVE: Democrats Literally Do Not Want To Debate Simpson-Bowles. “President Obama commissioned former Sen. Alan Simpson and former Clinton chief of staff Erskine Bowles to come up with a deficit reduction plan. When they delivered their plan, Obama ignored them and proceeded to rack up about $5 trillion in new debt for the nation. One might expect that the president’s actions could come up in the presidential debates this fall. But if several Democrats get their way, no questions about Simpson-Bowles will be asked.”
Have you noticed how they [how leftists] always try to rewrite the rules so that they can win without fighting?

• Voir aussi : Le parti pris anti-droite de la presse démontré en une seule phrase

2012/10/23

Taught by public education teachers and indoctrinated by the media about Americans dying in the streets and killing each other

Le président François Hollande a été interpellé par une habitante ce soir à Echirolles (Isère), où il était venu rendre visite aux familles des deux victimes de la rixe mortelle de vendredi. "Mon fils aussi, il a vécu ça. Il n'est pas mort, heureusement. J'allais vous écrire. Vous êtes là aujourd'hui. Ces deux-là, il ne faut pas qu'ils soient morts pour rien", lui a lancé cette femme. "Ils ne le seront pas", lui a répondu le chef de l'Etat. "Il faut que ça change à Grenoble ou Echirolles. C'est devenu le Texas. On est où là, M. le président ? J'ai voté pour vous ! Tous ces gens-là, ils ont voté pour vous !", a poursuivi l'habitante.

"Eh bien, ils ont droit à la sécurité, c'est ce que je suis venu leur apporter. Sécurité, justice et réussite ! Merci !", a répondu François Hollande, accompagné du ministre de l'Intérieur, Manuel Valls. A la suite d'une première dispute, Kevin, étudiant en master, et Sofiane, âgés tous deux de 21 ans, ont été lynchés par un groupe d'une quinzaine de jeunes munis de manches de pioche, de marteaux et de couteaux.
 Carine sniffs about this AFP story:
 2 kids age 21 have been slaughtered near Grenoble by a group of “youths” writes Carine. The “youths” used hammers, knifes and pickaxes handles.

What was the reaction of one of the women there when Hollande visited?

“This must change in Grenoble or Echirolles. This place has become Texas. Where are we, Mr. President ? I voted for you ! All these people, they voted for you! »
Duncan Hill comments:
To compare this to Texas is so ignorant that it doesn't deserve a rebuttal...but, since I can't resist...a more accurate comparison would be Camden, NJ. The murder capital of the US. And they're so broke, they've laid off their police force.

Why can't Europeans accept that their paradise is and always has been an illusion?...that's a rhetorical question. Their problems are their own and comparisons to the US are baseless.
Carine replies:
I’d risk another comparison, and that would be Kinshasa. Look at what the “youths” used as killing “tools.”

Of course any comparison with the U.S. is pointless, but they’ve been taught by public education teachers and indoctrinated by the media about Americans dying in the streets and killing each other. The wild wild west mythology is so engrained in their little heads that, although most have never been to  the U.S., they will tell you “I don’t believe you” when you try to share your experience (Vs. their mythology).

Of course a comparison with Texas is fine, even if ridiculous. But dare the comparison I dared or ask if the “youths” were muslims and you’ll be lynched.
But these people vote.