Share It

2009/12/14

UE & OTAN : Les Français découvrent les grands dangers du monde — la langue anglaise

A Bruxelles, région bilingue peuplée de quelque 90 % de personnes parlant le français, ce dernier ne perd pas seulement des parts de marché au sein des grandes organisations internationales
fait Jean-Pierre Stroobants.
Partout, il "file à l'anglaise", comme le dit joliment la Maison de la Francité, une structure qui entend promouvoir la langue de Voltaire.
Face à cet article, des lecteurs du monde haussent les sourcils :
Combat d'arrière-garde, inutile, secondaire. On ne va pas exiger de 440 millions d'européens non-francophones qu'ils apprennent le français en plus de l'anglais pour nos beaux yeux, tout comme on ne peut exiger que les 60 millions de Français apprennent l'Allemand ou le Polonais, par amour de la théorie multilinguiste.