Share It

2007/07/27

Les soldats impliqués dans un scandale ne sont pas américains ? Pas besoin d'en faire une montagne, alors…

Des casques bleus accusés d'"abus sexuels généralisés" et "systématiques" : On n'ose imaginer le tollé que cela aurait suscité si les "soldats peu disciplinés" impliquées dans le (non-)scandale — avec ou sans la "complaisance" de leurs supérieurs hiérarchiques —, au lieu d'être de l'ONU, avaient été américains…

D'ailleurs, ce n'est pas compliqué ; si les États-Unis avaient été impliquées, le scandale de la Côte d'Ivoire aurait été en première page jour après jour après jour, avec force dénonciations et expressions de dégoût, pendant des semaines — que dis-je? pendant des mois…
…en dépit d'une politique affichée de "tolérance zéro" envers l'exploitation sexuelle par les casques bleus des populations qu'ils sont censés protéger, l'organisation a été mise en cause à de nombreuses reprises, depuis 2001, en Guinée, au Liberia, en Sierra Leone et en République démocratique du Congo
Évidemment, si ces articles (et le scandale) concernaient l'Oncle Sam, pas besoin d'être devin pour savoir qu'ils seraient aussi parmi les recommandés et les plus envoyés des articles des lecteurs de lemonde.fr… Mais voilà, c'est l'ONU louée aux cieux (cette ONU extraordinaire dont la compétence et l'honnêteté auraient permis d'éviter la guerre en Irak si seulement Bush était aussi intelligent que les Européens toujours extra-lucides), et donc à part un article ou deux de temps en temps, on fait de son mieux pour ne pas trop remuer la situation — et quand on le fait (rarement), c'est pour mettre le focus sur le positif, c'est-à-dire les efforts de l'ONU pour remédier à la situation…

2007/07/26

La propagande anti-américaine se glisse dans les moindres recoins, au point qu'on peut se demander si ce n'est pas une sorte d'exercice de style

La propagande socio-démocrate (et anti-américaine) se glisse dans les moindres recoins, au point qu'on peut parfois se demander si ce n'est pas une sorte d'exercice de style.
Any opportunity in the European press is good to exercise one's anti-Americanism, concludes Stéphane, all the while (of course) hailing Europe's state interventionism.
La pique est évidemment dans la fin de l'article, qui lance quelques slogans d'une façon totalement gratuite …

Pour l'auteur de l'article, une enfance saine, c'est la souscription à une assurance-maladie. Difficile d'avoir une vision plus socio-démocrate de l'existence.