Share It

2004/05/19

Un mensonge dans Le Monde? Nooon...

Dans Le Monde du 18 mai, une philosophe se joint à la bataille incessante du quotidien de référence contre Washington.

Dans Une guerre sans justice, Monique Canto-Sperber explique que la "plupart des raisons de faire la guerre se sont trouvées refutées par la situation même que la guerre a produite." Et de les énumérer, y compris cette raison :
Porter secours aux Irakiens? On compte plus de 100 000 victimes civiles ...
Je pensais que le journal de référence se faisait une spécialité de détecter, et de dénoncer, les mensonges, les exagérations, et autres coups bas. Apparemment, c'est seulement le cas quand il s'agit de l'Amérique, de l'Oncle Sam, de son armée, de son président, et/ou du capitalisme. Quand il s'agit, au contraire, de fustiger l'Amérique, l'Oncle Sam, son armée, son président, et/ou le capitalisme, on a le droit — que dis-je, on a le devoir! — d'utiliser... des mensonges... des exagérations... et des coups bas...

2004/05/17

Comment fustiger un pays en une phrase ou moins

Dans sa rubrique En vue, dans Le Monde 2 du 16-17 mai, Christian Colombani nous offre cette perle en ouverture de sa collection d'infos en une phrase :
Conséquence d'un système de santé défaillant, le tiers des américains soulagent leurs maux par davantage de prières et moins de médicaments.
Point. L'on notera que l'info dépendait de la seconde partie de la phrase, et que la première partie (avant la virgule) n'était pas essentielle. Faux! Ce serait oublier qu'il faut sans cesse rappeler aux Français qu'en aucun cas, il ne fait croire que l'Amérique (ou le rêve américain) offre quelque chose de plus qu'en France. Au contraire.

Bon, résumons ce que nous avons appris ici. Ou plutôt non, ce qui a été confirmé! Ce n'est pas seulement que le système de santé US est défaillant, non, il faut savoir lire entre les lignes. Car, contrairement aux Français,…

• Les Américains ont une foi aveugle en leur société capitaliste, et donc ne pensent pas à faire la révolution (ou une révolte), afin de précipiter l'avènement d'une société égalitaire à la française ;

• les Américains sont des êtres rétrogrades et supersticieux ;

• les Américains, quand ils vont mal (physiquement ou d'une autre façon), ont le grave défaut de ne pas se tourner vers l'État ;

• les Américains sont des êtres égoïstes qui ne s'entraident pas (c'est-à-dire en se tournant vers les autorités) ;

• leur système de santé est KO — le système français, lui, marche, et n'est pas défaillant (la preuve étant le fait que les Français prennent plus de médicaments que les Yankees).

Ce qui est ignoré :

• Prière ou pas, il est bien établi que d'avoir une attitude positive est en effet salutaire pour la santé ; une étude (aux States) préconisait des cassettes et des DVDs de films comiques dans tous les chambres d'hôpital (en plus du traitement médical) ;

• les Français prennent non seulement plus de médicaments que les Américains, ils en prennent plus que le reste de l'Europe aussi. Ils sont donc aussi les gens les plus humanistes de l'Union européenne ! Comme c'est bon à savoir. À moins que… ce soit dû… au système de santé français, qui incite les gens… à se tourner… vers les médicaments gratuits ou quasi-gratuits.

Comme le disait une Américaine de ma connaissance qui vit en France depuis 20 ans, "quand ils commencent à sentir un début de maladie, les Français se précipitent vers la pharmacie. Moi, je vais au supermarché acheter du jus d'orange, mais il est vrai que cette option n'est pas remboursée…"

2004/05/16

Nous sommes tous non-américains :
Paris sort l'artillerie lourde

Cette semaine, ça a été le tir continu sur l'Oncle Sam (ou, comme les Français préfèrent le dire, sur "les dirigeants américains").

(Ça n'a sans doute aucun rapport, mais aujourd'hui, c'est l'anniversaire de William Seward (1801-1872), le secrétaire d'État américain du milieu du 19ème siècle qui a dit : "The circumstances of the world are so variable that an irrevocable purpose or opinion is almost synonymous with a foolish one.")

Puisqu'un barrage de feu était, semble-t'il, nécessaire, on a sorti tous les atouts du journal Le Monde :À croire que le gouvernement et le quotidien de référence — pourtant indépendant, comme chacun le sait — auraient agi en concertation. (Quand Claire Tréan et Daniel Vernet commencent une question pour Michel Barnier avec "Tout ce qui avait été dit par la diplomatie française il y a quelques mois s'est vérifié", ce n'est évidemment pas à prendre comme des courbettes faites au gouvernement ; évidemment que non! Non, les courbettes, c'est le domaine du journalisme yankee. Ici, ce n'est que l'évidence même ; qu'une fois de plus, les Français ont montré plus de sagesse que les autres.)

Il y a eu tellement de matériel anti-américain (pardon : de matériel anti-leadership américain) cette semaine que je savais à peine où poser mes pieds alors que mon bureau se remplissait de coupures d'articles, de chroniques, et d'interviews. On aurait cru une compétition — que dis-je, un tournoi, un marathon! — pour voir qui pourrait sortir les mots et les expressions les plus sévères et démonisantes possible pour les Yankees.

Colombani ouvre son édito en citant les paroles du Colonel Kurtz (the horror, the horror) dans Apocalypse Now (donc en comparant la situation en Irak avec la guerre du Vietnam). Quant à Bush, nous apprenons ailleurs qu'il est "défini" comme banal, insignifiant, négligeable, médiocre, piètre, et comme un président qui mérite une mise en accusation [impeachment, soit] le premier pas vers une procédure de destitution ; les dirigeants militaires américains, nous l'apprenons, ne sont pas … des hommes d'honneur ; et Rumsfeld est qualifié de n'être autre chose que le premier employeur de tortionnaires venu.

Après, ça a été la mêlée générale. En vrac : l'obscénité ; un réel dégoût ; les saloperies commises en Irak ; les photos dégueulasses des Américains (souligné par moi) ; l'emblème d'un cauchemar irregardable ; le cauchemar qui l'avait isolée [l'Amérique] du monde, et de la meilleure partie d'elle-même ; le mensonge d'État (à ajouter à mensonge originel) ; une perte totale de repères ; la spirale d'horreur, de sang, d'inhumanité ; le trou noir qui est en passe d'aspirer le Moyen-Orient et, au-delà, le monde ; la vidéo sanglante … produite par Al-Qaida répond aux photos dégueulasses des Américains … C'est une sorte d'échange entre Ben Laden et Bush, entre leurs lieutenants Zarkaoui et Rumsfeld ; les images "qui anéantissent" ; "perversion de la haine" ; des crimes de guerre ; "ces crimes contre l'humanité" ; et "Nous sommes soulevés de dégoût et d'indignation face à cette objection qui rappelle les méthodes nazies, les sévices infligés aux Chinois par les Japonais".

Tout cela se termine, à chaque fois, par une bonne dose d'auto-congratulation. Mais ne les citons pas tous : laissons parler Michel Barnier ;
Tous les principes auxquels nous tenons — le respect de la dignité humaine et du droit international, la force comme ultime recours, la solidarité pour la recherche du dialogue entre les cultures et les civilisations —, tous ces principes sont bousculés
On est tenté de lui répondre que pendant 30 ans de relations avec Saddam Hussein, Paris n'a pas fait grand état de ces principes. (Il est vrai que — contrairement à Washington — Bagdad n'aurait sans doute pas pris des critiques à la légère.) Mais on sait quelle serait la réponse de ce ministre des affaires étrangères : la réalité est plus complexe. Plus complexe, oui, la situation, comme toujours quand elle défavorise la politique et les discours français.

Une autre réponse typiquement française serait quasi-automatique : "Et les Américains? Eux aussi ont collaboré avec Saddam!" On est tenté de répondre "la réalité est plus complexe", mais là, on ne recevrait que rires et moqueries. Or, la vraie réponse, c'est que les Français veulent entendre ce que "tout le monde sait" : que les Américains sont fourbes, lâches, menteurs, et hypocrites. Mais cela, on le savait. Pourquoi leur demander de s'améliorer, justement, à des êtres quasi-monstrueux de cette espèce?!

C'est à vous, les critiques qui êtes manifestement humanistes, généreux, solidaires, et fraternels (ou en tout cas, qui l'êtes plus que les autres) qu'il faut demander, pourquoi ne pas avoir fait quelque chose?! Et j'ajouterai, à l'intention de ceux qui s'indignent ou qui piaffent quand ils demandent pourquoi l'Oncle Sam s'attaque à un pays comme l'Irak plutôt qu'à des pays comme l'Iran ou la Corée du nord : pourquoi vous, vous vous attaquez aux capitalistes yankees plutôt qu'à vous attaquer aux meurtriers iraniens, nord-coréens, et (last but not least) irakiens de Saddam Hussein? Que les Yankees ne fassent rien (sic), c'est normal, puisque, comme vous l'avez si bien prouvé, ce sont des bellicistes avides de pétrole hypocrites et menteurs. Mais vous? Vous prétendez, ouvertement ou implicitement, avoir un sens du jugement mieux aiguisé que quiconque, et savoir faire la distinction entre ce qui est important de ce qui ne l'est pas (entre les dangers réels et ce qui n'est que risible).

Alors que diable êtes-vous en train de faire, toujours à vous attaquer à l'Oncle Sam et à son capitalisme "débridé", et aussi sûrement à laisser passer les occasions pour vous attaquer aux régimes comme ceux des ayatollahs, justement, de Kim Jong Il, et de… Saddam Hussein? (Et certainement pas de les attaquer avec le même niveau de fiel dans la voix.) Pourquoi vous, vous qui savez faire la différence des choses, passez-vous tant de temps à fustiger les séances de cruautés à Abou Ghraib, et si peu de temps (aucun temps, en fait) à fustiger les régimes meurtriers du monde?! Ou si peu de temps sur… les meurtriers de membres de la coalition?!

(Lire aussi le commentaire de French Media Watch à la suite de la traduction anglaise de l'édito de Colombani par Jonathan sur ¡No Pasarán!)


Les infos qu'on oublie
de rapporter ou qu'on minimise


Certains lecteurs se demandent sans doute si je pense qu'il faut ignorer les sévices commis à la prison d'Abou Ghraib.

Non. Pas du tout. Seulement, pendant tout le temps qu'on passait sur la "torture" de prisonniers par moyen, essentiellement, de photos obscènes, comme le note David Kaspar, on oubliait quelque peu la seule personne qui, jusqu'à maintenant, a vraiment été torturé dans l'affaire — puisqu'on lui a coupé la tête. (il est vrai que Nick Berg est un Américain…) Tout comme sa famille ; Le Monde, si avide de photos, pourtant, et de photos percutantes, publie une photo banale de Michael Berg reconfortant sa fille, au lieu de publier une des photos du père effondré sur le gazon, soutenu par son (autre) fils.

Mais évidemment, je ne dis pas ceci pour que vous versiez des larmes sur Nick Berg, ou sur sa famille, ou encore sur les quatre hommes lynchés d'un pont à Fallouja. Ce n'est que l'exemple le plus évident cette semaine des infos que certains médias ne présentent pas ou desquelles ils font peu. D'autres infos, qui donnent une vision plus nuancées de la situation — pire, qui mettent en question la fiabilité, la position, et les tactiques des champions du "Camp de la Paix" (certains diraient que ces infos montrent leur vrai visage) — sont vite reléguées aux oubliettes. Comme le justifiait Piers Morgan, l'un de ces champions (dans un dialogue qu'on pourrait qualifier d'humaniste?) : de toutes façons, les photos truquées illustrent avec exactitude la réalité à propos de la guerre effroyable, de la torture effroyable, du bafouement effroyable du droit international. Ce sont des tactiques anti-Bush (et anti-Blair) qui se sont avérées être des mensonges, des vrais (du type qu'on fabrique sciemment pour tromper le public), mais les spécialistes auto-proclamés du débusquage des mensonges en font peu. Qu'importe, en effet, que d'aucunes photos soient vraies et fausses, qu'importe que toute indice est crédible ou exagérée, du moment qu'elles contribuent à montrer la vraie nature diabolique de George W Bush et la société qui est la sienne.

À propos de mensonges, le webmaistre de David's Medienkritik terminait ainsi son post :

Les mecs, vous n'avez rien compris.

Il ne s'agit pas de tuer ou de décapiter ou de torturer. Il ne s'agit pas de la Convention de Genève ou des droits des prisonniers ou du droit international.

Il s'agit de Bush et de l'élection en novembre.
Et David a ajouté le dessin ci-dessous. (Non, il n'est pas de Plantu.)

TheGoodTheBadTheMedia-X
C'est bien ce que Jean-Marie Colombani avoue dans les dernières phrases de son édito (quand il appelle à voter John Kerry). Et quand Éric Fottorino fait jouer l'ironie, il ne voit pas que c'est son journal — et la société dans laquelle elle vit — qu'elle frappe en premier.
Maintenant se pose la question quantitative. Combien ? Combien de fois notre œil va-t-il voir ces mêmes images, ces corps nus empilés, ces simulacres de jeux sexuels, ce prisonnier debout sur sa caisse et relié par des fils électriques, la tête capuchonnée.

Combien de fois reverrons-nous cet autre prisonnier promené en laisse par la soldate de première classe – la grande classe, en effet – Lynnie England ?
La réponse, Éric Fottorino, c'est autant de fois que les médias francais et européens voudront fustiger l'administration Bush. La réponse, Éric Fottorino, c'est autant de fois que la société de laquelle ils découlent et dans laquelle ils opèrent veut se vautrer dans ses opinions auto-congratulatoires. En d'autres mots, autant de fois qu'il le faudra. Et si ce n'est pas ces images-là, ce seront des images dans le même registre ou des paroles dans le même registre, car… on en cherchera d'autres, on ne cessera jamais d'en chercher. Et on en trouvera, Éric Fottorino, puisque l'Amérique est une société ouverte. En d'autres mots, Éric Fottorino, la réponse à vos questions, c'est : Toujours.