Share It

2008/11/06

A cet instant -mais pour combien de temps?-, nous pouvons dire, avec beaucoup plus de conviction que le 11 septembre 2001: nous sommes tous américains

In a In a Le Monde piece entitled Sorry we can't — and half-written in English — Robert Solé says he can't write, because he is weeping for joy, all the while:
• informing us that Obama's election is nothing less than the "first worldwide good news since the fall of the Berlin Wall in 1989"
• basically admitting that the French did not really feel much empathy with America af ther the 9/11 murder of 3,000 citizens, and
• stating that today, because of the election results, "we [truly] are all Americans" but immediately casting doubt onto how long he thinks that will last…
Sorry. No column today. The keyboard is not responding. History is a page being turned. Three words on the screen: "Yes we can." While it is impossible to joke with genocide or disaster, it is equally impossible to joke with an event that makes you weep for joy. The first worldwide good news since the fall of the Berlin Wall in 1989 needs more than a pirouette or an amused wink. At this moment - but for how long ? - we can say with far more conviction than on 11 September 2001 : we are all Americans.

(Désolé. Pas de billet aujourd'hui. Le clavier ne répond pas. L'Histoire est une page qui se tourne. Trois mots sur l'écran : "Oui, nous le pouvons." S'il est impossible de plaisanter avec un génocide ou une catastrophe, il est tout aussi impossible de plaisanter avec un événement qui vous arrache des larmes. La première bonne nouvelle planétaire depuis la chute du mur de Berlin en 1989 appelle autre chose qu'une pirouette ou un clin d'oeil amusé. A cet instant - mais pour combien de temps ? -, nous pouvons dire, avec beaucoup plus de conviction que le 11 septembre 2001 : nous sommes tous américains.)

2008/11/05

The President-Elect Metamorphosing From a Black Man Into a Man of Mixed Blood

Barack Obama remporte l'élection présidentielle américaine

Selon les estimations d'Associated Press, le démocrate est désormais assuré de l'emporter face au républicain John McCain. Il devient ainsi le premier Noir élu président des Etats-Unis.
Besides some dubious humor, the language was changing within minutes… It's no longer "un (homme) noir" who has won the White House, according to Le Monde's email service, but "un métis". (That way, the path is open for charges of anti-"black" racism to be levelled at (white) Americans in the future…)
Barack Obama entre dans l'histoire américaine
Le candidat démocrate, 47 ans, sera le 44e président des Etats-Unis. Pour la première fois, un métis va diriger les Etats-Unis, tout en bénéficiant d'une forte légitimité en raison d'un taux de participation très élevé. "Il en a fallu du temps, a déclaré Barack Obama devant une foule en liesse de 65 000 personnes à Chicago. Mais ce soir, grâce à ce que nous avons accompli aujourd'hui et pendant cette élection, en ce moment historique, le changement est arrivé en Amérique." Les électeurs votaient également pour renouveler un tiers du Sénat et les 435 représentants de la Chambre. Les démocrates ont renforcé leur majorité, gagnant 5 sièges au Sénat et obtenant plus de 60 % des sièges à la Chambre. Ce qui aidera M. Obama à faire passer ses réformes.
Am I wrong to point out that I predicted this in my post on racism?
…the bean-counters, the snickerers and the snorters … will say that oh, sure there is an African-Americans (there are African-Americans) whom Americans have elected president, but… his (but their) skin color wasn't dark enough. "Would they ever" — insert knowing ironic smile here — "elect a really dark Negro?"