There was an error in this gadget

2015/11/13

L'Autobahn à vitesse complètement libre serait-elle plus dangereuse que les autoroutes françaises?


Seuls 300Km d’autoroute allemande sur 12000km ne sont pas limités. Et ces 300Km, qui sont largement sponsorisés par les géants de l’automobile, affichent des chiffres tenus secrets très mauvais en matière de mortalité.
Voilà ce que nous dirait la Ligue contre la violence routière (merci à Pascal Vaubien).

Le "seuls 300Km/12000km" n'est rien que le plus pur fantasme — évidemment!

Je fais régulièrement la route Paris-Copenhague (et inversément).

C'est très exactement 1208 km d'un "chez-moi" à l'autre (220 km en France, pour être précis, 190 en Belgique, 630 en Allemagne, et 170 au Danemark, 11h à 15 h de route selon le voyage).

Dans ma Polo, je roule régulièrement à 160/170 km/h en Allemagne (à 180, la petiote commence à peiner), sauf pour quelques portions (près des villes, lorsqu'il y a des travaux, etc, c'est parfois limité à 120 km/h, voire 100 et parfois 80 et même 60 km/h)…

Eh bien je considère que ces parties font au plus 10-15% de mon trajet très limité (la seule Autobahn A1) et que déjà là on est largement supérieur aux "seuls 300 km d'autoroute", un chiffre que je considère comme complètement fantaisiste.

Ou peut-être plutôt comme un vœu on ne peut plus pieux.

(Notez que seuls des Français avancent ces chiffres ; jamais ô grand jamais, ils n'ont fait venir un quelconque Allemand (sympathisant ou neutre, membre du gouvernement ou simple citoyen) pour confirmer ces chiffres, qui ne sont que — mais je me répète — le plus pur fantasme)

Dans un film d'Autonews montrant des Français (Leo Mingot, Jacques Warnery et Brieuc Sagalen) testant les Autoroutes allemandes à vitesse illimitée (avec une Peugeot 308 GTI), on apprend le chiffre d'autoroutes chez "nos cousins germaniques" où l'on peut "théoriquement rouler à n'importe quelle vitesse — même la plus élevée" — serait plus proche de 66% du réseau.
[Minute 02:40] Une liberté qui n'aurait pas de conséquences néfastes sur la mortalité routière, puisque, selon la Commission Européenne, en la matière, la France comptait 53 tués par million d'habitants en 2014, alors que l'Allemagne, elle, en comptait 42.
Par rapport aux gens protestant qu'il y a une division de culture et que les Français n'auront "jamais la mentalité routière des allemands," Barbara Rousselle ajoute
Arrêtez de dire que c'est la mentalité des Français qui est à l'origine des problèmes d'autophobie de ce pays. Je roule souvent en Allemagne au Luxembourg et en Belgique.Vu les difficultés croissantes mises en place ces dernières années en France, je pense qu'au contraire le Français se démerde pas trop mal au volant. Ses oublis ou ses manquements ne sont que le résultat de la répression que nous font subir depuis quelques années nos chers gouvernants et leurs sous fifres bien obéissants et/ou corrompus.Qu'ils abaissent encore la vitesse et vous verrez que les comportements à risque seront inversement exponentiels !!!
Lire aussi : Une Limite de Vitesse Dangereuse, Desuète, et Vieille de 40 Ans

2015/11/12

Une Limite de Vitesse Dangereuse, Desuète, et Vieille de 40 Ans

    Non seulement il y a un racket certain avec les radars, mais on pourrait en plus accuser le gouvernement d'entraver son rôle attitré (la protection de la population) et de rendre la route plus dangereuse pour tous.

    La première cause de mortalité sur les autoroutes, en effet — ces routes qui sont les plus sûres du pays —, ce n'est nullement la vitesse mais la somnolence.  Or, quelle est la cause de la somnolence si ce n'est une limite de vitesse soporifique ?

    De quand date cette limite de 130 km/h ? Des années… 1970. Les autos n'auraient-elles pas évolué technologiquement depuis plus de 40 (!) ans ?! (Comparer les téléphones de l'époque — tournez-le, ce cadran! — avec les smartphones d'aujourd'hui…) Et par ailleurs, pour quelle raison la limite a-t'elle été instaurée ? Pour "la sécurité (de tous)" ? Non, pour des raisons purement économiques (le choc pétrolier)…

    Un mot pour les ceux qui défendent machinalement les autorités, j'ai nommé les YAKAS (y'a qu'à se taire et respecter la limite de vitesse, y'a qu'à jamais dépasser 130, y'a qu'à passer 2-3 heures de plus sur la route (tout en accroissant le nombre de véhicules sur lesdites routes et donc les risques d'un embouteillage en plus du danger d'un accident), y'a qu'à pas s'endormir au volant, y'a qu'à jamais être en retard, y'a qu'à payer les contraventions avec humilité, etc…) : la pensée, le véritable désir des YAKAS — qu'ils soient parmi nos dirigeants ou parmi la population —, c'est que les citoyens sont, ou qu'ils devraient devenir, des pantins, des robots.

    Avec les airbags, les systèmes de freinage ABS, et autres modernités, une limitation raisonnable sur autoroute devrait être autour de 150—160 km/h (50 en ville, bien entendu, pour la vie des piétons), voire être sans restrictions comme chez nos voisins allemands qui n'ont nullement une mortalité plus élevée sur Autobahn qu'en Hexagone. (En fait, au contraire : selon la Commission Européenne, la France comptait 53 tués par million d'habitants en 2014, alors que l'Allemagne, elle, en comptait 42.)

    La bonne conduite (et donc la sécurité), pour toute personne utilisant son cerveau et son bon sens (pas pour un robot), c'est :
1) regarder principalement la route et
2) faire attention aux objets qui bougent
(autres véhicules, passants, animaux…)
— qui signalent êtres humains ou êtres vivants…

    Ce qu'exigent les YAKAS, c'est :
1) regarder principalement l'intérieur du véhicule
(le tableau de bord et ses tachymètres) et
2) faire attention aux objects fixes (panneaux
de signalisation etc…) sans âme et sans vie…

    Laquelle des deux conduites est la plus intelligente ?
Lequel des deux conducteurs est le plus compatissant envers autrui ?