Share It

2011/03/08

Imaginer si Washington était à la place de Paris : La façon de faire de la France vis-à-vis des Comores est irrespectueuse du droit international

En réaction aux infos que l'île de Mayotte deviendrait le
101e département français et le 5e d'outre-mer, un lecteur du Monde écrit :

La façon de faire de la France vis-à-vis des Comores est irrespectueuse du droit international : imaginons que les Etats-Unis décident

de faire de la Guadeloupe un Etat américain et traitent directement avec ce territoire, y investissent un peu d'argent et, de cette manière, achètent le vote des habitants qui deviennent donc américains ! Que ne dirait-on pas sur le comportement impérialiste des Etats-Unis ! Eh bien, c'est ce que nous faisons à Mayotte !

Depuis des années, la diplomatie française négocie chaque année à New York lors de l'Assemblée générale annuelle pour éviter que ce dossier ne soit inscrit à l'ordre du jour, car nous serions alors solennellement condamnés par la quasi-totalité des pays de l'ONU. Mayotte appartient aux Comores, et la France n'a aucun droit sur ce territoire. Nous abusons de la faiblesse de ce pays et usons de notre entregent international pour une mauvaise cause.

Par ailleurs, hormis un parlementaire communiste de Seine-Maritime, gauche et droite sont d'accord sur cette spoliation internationale.

Après nos errements diplomatiques, avons-nous vraiment besoin d'abaisser davantage l'image de la France dans le monde en faisant, encore une fois, le contraire de ce que nous proclamons !

Lionel Pascal
Périgueux

2011/03/07

Since 1631, with France’s first newspaper, La Gazette, “the French press has been dependent on power”

A malaise that goes back more than 300 years
is the way that The Economist styles its article on French newspapers, Too close to power.
Christophe Deloire, director of the Centre for Journalist Training in Paris, traces the problem to France’s first newspaper, La Gazette, founded in 1631 under the auspices of Cardinal Richelieu. Since then “the French press has been dependent on power,” he says; this has blunted its edge.
While another article reminds us that it was it was the country's ruler(s), in the form of "Charles de Gaulle [himself, who] called for the launch of Le Monde, first published in 1944, to replace Le Temps," one French reader writes that
French unions and government have killed their print media. The government almost edits the papers; it controls far too much. People will eventually realize they need a democracy without the enarques running everything.