Share It

2011/05/12

Bernard Squarcini : "La France est la cible n° 2 d'Al-Qaida"

Dans une interview avec Yves Bordenave et Rémy Ourdan dans Le Monde, Bernard Squarcini (le chef de la direction centrale du renseignement intérieur ou la DCRI) confirme que "la France [est] la cible n° 2 d'Al-Qaida."

Ce qui a de quoi diluer quelque peu les déclarations auto-congratulatoires pendant les années Bush comme quoi les Français ne seraient pas inquiétés par des attentats islamistes (contrairement aux lignes aériennes américaines, prétendait-on, des compagnies comme Air France ne seraient jamais inquiétés), vu le refus de Jacques Chirac de se joindre à la guerre contre Saddam Hussein et vu la popularité de la France (et de la lucidité des Français) auprès des populations arabes et musulmanes qui s'ensuivrait inexorablement…
…la menace principale pour la France est Al-Qaida au Maghreb islamique [AQMI]. Il y a une proximité géographique, une histoire coloniale passée, et il y a ces allées et venues et ces liens familiaux entre des gens en France et d'autres dans les pays du Maghreb et du Sahel. Il y a aussi une progression qualitative d'AQMI, et la France est en tête des pays menacés.

Ça se confirme avec la tentative d'attentat contre notre ambassade à Nouakchott [Mauritanie] : 1,7 tonne d'explosifs. Manifestement, ils ont un peu la haine. Depuis qu'elle a fait allégeance à Al-Qaida, AQMI a décuplé ses activités. …

S'il n'y a pas d'éléments nouveaux [de nouvelles menaces spécifiques contre la France], pourquoi le ministre de l'intérieur, Claude Guéant, a-t-il déclaré que la France "craint des représailles" ?

Depuis un moment, les communiqués de Ben Laden, de Zawahiri et d'AQMI nous ciblent de plus en plus. On le prend en compte. Les Américains sont la cible n° 1 et la France la cible n° 2 d'Al-Qaida.

2011/05/11

Non seulement la répression culpabilisatrice continue, elle s'empire

Pour lutter contre "le comportement irresponsable de ceux qui s'autorisent à rouler à des vitesses très abusives", les avertisseurs de radar seront interdits et les panneaux indiquant la présence de radars fixes seront supprimés
indiquent AFP et Le Monde.
Les députés UMP réagissent :
"Le racket, ça suffit!" "Les Français en ont assez d'un système de sanction automatique, impersonnel voire sadique"