Share It

2005/02/11

Apartment Exchange Near Versailles

Echange appartement 2 pieces dans maison, à 20 minutes de Paris en train, 5 minutes de Versailles, contre appartement ou chambre aux Etats-Unis, grande ville de préférence.
Appartement disponible en France de avril à août 2005.
Faire proposition pour etats-unis.

I am looking to make a temporary exchange of my home in the Paris region for one (or for a room) in the United States, preferably in a large city, sometime between April and August.
I live in a two-room apartment in a house 20 minutes from Paris by train, and five minutes from Versailles.
If interested, kindly contact me

"Le discours politique se devrait de répondre aux réalités plutôt qu'aux slogans", tant sur le plan intérieur que sur la scène internationale

Au nom du dogme, les socialistes ont aggravé la paupérisation du peuple. En revendiquant le droit aux loisirs, les illusionnistes ont fait croire qu'il était possible de gagner plus en travaillant moins, tout en restant compétitif
écrit Ivan Rioufol dans son bloc-notes, qui, à part "cet éloge de la paresse", évoque aussi le PS qui "pourrait bien, à l'issue d'un référendum rejeté, se retrouver coupé du peuple qu'il pensait flatter", ainsi que les déceptions de certains par rapport "à des élites éloignées des citoyens et de leurs préoccupations".
Le discours politique se devrait de répondre aux réalités plutôt qu'aux slogans. Le Danemark, qui vient de reconduire, mardi, son premier ministre libéral, Anders Fogh Rasmussen, illustre ce qu'un pays peut produire de meilleur quand un gouvernement agit les yeux ouverts. «L'idéologie, c'est démodé», annonce Rasmussen. Il a réduit le chômage de moitié et fait adopter une politique d'immigration la plus restrictive d'Europe. Qu'attend-on pour donner le Danemark en exemple ?

… Toutes les questions devront être permises. Y compris celle-ci : n'est-il pas temps, face à l'anarchie des réglementations européennes, de rétablir les contrôles aux frontières de chaque État ?

Le poids du politiquement correct et de la haine de soi est tel que notre pays reste un des rares en Europe à n'oser aborder la maîtrise de l'immigration et à continuer à désinformer les Français sur son ampleur. Dimanche, la Grande-Bretagne a annoncé son intention de ne laisser s'installer que «ceux qui apportent des compétences» et «contribuent à l'économie», en maintenant à l'écart ceux qui sont «une charge pour la société». Chez nous, demeure un puissant mouvement intellectuel bataillant contre le «démon des origines» et qui, comme le rappelle le spécialiste des politiques d'immigration, Maxime Tandonnet, «présente le remplacement de population comme une sorte d'impératif moral. Ce qui compte avant tout, c'est de supprimer la racine, la souche, les traces de toute origine, les étapes successives de la formation d'un peuple. Cette approche voue aux gémonies la culture, les traditions, la mémoire collective, le patrimoine national, les symboles de l'histoire de France (...)». Tant que nos dirigeants n'auront pas le courage de s'opposer à cette idéologie de la «table rase», l'immigration continuera d'être présentée comme «une chance pour la France», malgré les désastres que produit sa massification.

Couple maudit ?

Bush-Sharon : le couple maudit par la France antiguerre et moralisatrice, qui voyait dans les deux hommes une menace pour la sécurité du monde. Le premier fait avancer l'idée de démocratie en Irak ; le second tend la main qu'Arafat refusait. Ce que la France ne voulait voir apparaît d'évidence : la vraie menace pour le monde est bien, depuis le 11 septembre 2001, le totalitarisme islamiste, décidé à poursuivre sa terreur, notamment contre les Irakiens et les Israéliens.