Share It

2011/08/20

Des « mini-brothers » grignotant les libertés civiles et publiques élémentaires comme celles du droit à la vie privée et à la présomption d’innocence

Les mouvements sociaux des deux-roues auraient ravi Tocqueville
écrivait Jean-Gustave Padioleau dans Libération déjà en 2004, moins d'une année après l'installation des radars (la seule chose que je reproche au professeur associé à l’université Paris-Dauphine, c'est d'évoquer l’Etat "sarkozyste" — quand Nicolas Sarkozy était au Ministère de l'intérieur — comme si on pouvait imaginer que les socialistes, si c'était eux qui avaient été et qui étaient au gouvernement, avec leurs idées d'écologistes, auraient fait différemment).
Les actions des motards, pour s’en tenir à cet exemple, concrétisent l’« action en commun » des associations dans laquelle De la démocratie en Amérique voyait une garantie de liberté pour contenir la tyrannie démocratique des majorités et de l’opinion.

L’associationnisme des motards demande à être soumis au test du « spectateur impartial » décrit dans la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith. Le père de la « main invisible du marché » surprend. Vous et moi, affirme Smith, sommes capables de juger les motards, non pas simplement en fonction de nos intérêts égoïstes et communautaristes d’automobilistes mais aussi eu égard aux valeurs universelles et justes du libéralisme politique républicain.

Les associations de motards sont affranchies de fils à la patte partisans et libres de l’arrosage en subventions. Les motards prennent la parole, montent des dossiers, manifestent, interpellent les gouvernants.

Cet entrepreneuriat libéral républicain n’étonne guère. …

…Like it or not, les motards sont là, dans notre société démocratique. Ce sont, comme tout un chacun, d’abord des citoyens titulaires de droits et de devoirs.

… Discrètement, l’Etat sarkozyste met en place des « mini-brothers » nationaux et locaux (PV automatiques, radars, interconnexions de fichiers - fisc, assurances, patrimoine, identification personnelle, etc.), grignotant les libertés civiles et publiques élémentaires comme celles du droit à la vie privée et à la présomption d’innocence.

Conjointement, l’Etat sarkozyste accentue l’opacité des nouvelles boîtes noires électroniques de coercition fiscale qui se généralisent (péages routiers et urbains, amendes, équipements obligatoires des véhicules...) - et en particulier de l’usage qui est fait de ces ressources.

Ensuite, l’Etat sarkozyste abuse les Français lorsqu’il les culpabilise individuellement, les rendant seuls responsables de maux collectifs - l’insécurité routière par exemple. Cette désinformation permet de faire silence sur les responsabilités de l’Etat : une éducation à la conduite obsolète, des permis de conduire beaucoup trop chers et compliqués à l’excès ; des routes par trop souvent d’un autre âge en matière de sécurité et chichement entretenues.

Enfin, l’Etat sarkozyste affectionne les coups d’éclat d’un interventionnisme réglementaire arbitraire - l’allumage des codes en toutes circonstances -, fût-ce au prix de ne pas réfléchir un tant soit peu aux exigences environnementales et énergétiques à long terme d’un développement durable raisonnable.

Nos coups de gueule d’automobilistes sont compréhensibles. Mais les motards tocquevilliens roulent aussi pour nous !

2011/08/16

Le gouvernement vous ment, ce n’est pas la répression qui est responsable de la baisse de mortalité, mais des véhicules plus sûrs

Caché derrières des chiffres sortis de tout contexte et la parole d’associations qu’il finance lui même, le gouvernement fait peser sur les conducteurs une pression qui n‘a d’autre but que de faire fonctionner un système de sanctions dont la rentabilité n’est plus à la hauteur de ses espérance
accusent les gens derrière le site Manif2011 se rebellant contre une politique dans laquelle
tous les conducteurs sont traités comme des criminels par un gouvernement de privilégiés méprisants allant jusqu’à les menacer de prison et de la confiscation de leur véhicule.

Le gouvernement vous ment, ce n’est pas la répression qui est responsable de cette baisse, mais des véhicules plus surs, l’augmentation en densité et en qualité du réseau autoroutier et notre bon comportement.

Seulement 225 accidents mortels sur nos autoroutes mais ceux-ci font l’objet d’une traque sans limite, 1 radars tous les 42 km en moyenne et on n’hésite pas à y lancer des voitures, à 250km/h, au milieux des usagers pour verbaliser un excès de vitesse de 5km/h.

Les départementales n’en comptent qu’1 tous les 1000 km, on s’y tue pourtant 10 fois plus, mais on y roule moins vite, les radars y sont donc bien moins rentables.

Tout cela n’est plus acceptable ! Refusons de nous faire traiter de criminels par des médias complices d’un état qui ne cherche qu’à faire des économies sur les infrastructures et à arrondir son budget en se moquant bien de nos vie.

Manifestons le 10 et le 11 septembre pour garder nos panneaux qui ne coutent rien et nos avertisseur de radars.

2011/08/14

Syndicat Indépendant de la Police Nationale : les policiers ne sont plus des "anges gardiens" et des "arbitres" mais des percepteurs déguisés

Alors que l’annonce des nouvelles mesures de sécurité routière est tombée, que certains responsables politiques jouent aux cow-boys en enlevant déjà les panneaux devant les radars automatiques, que la résistance s’organise du côté des usagers de la route, difficile pour les forces de l’ordre de prendre position
écrit Pauline Rachwal sur Caradisiac.

Du côté des gendarmes, c’est le silence radio (mentalité de l’armée oblige !), en revanche le syndicat indépendant de la police nationale prend parti et fait remonter tous les doutes de ces membres.

Une vraie mise en doute sur le bien fondé de la politique de sécurité routière actuelle. Je vous laisse savourer :

"Le gouvernement annonce de nouvelles mesures pour lutter contre l'insécurité routière. Dans l'absolu nous sommes favorables à la répression des comportements dangereux . Mais il nous semble que l'on aille trop loin . Y a t'il une autre pédagogie , comme le respect du civisme sur la route (et dans la vie quotidienne) ou bien apprendre à réellement maitriser un véhicule comme le font les motards et les camionneurs ? Y a t-il des efforts sur les infrastructures qui se dégradent ? Non . Dans le même temps nous avons des consignes de ne pas engager de poursuites envers les scooters volés et autre motos de cross non homologuées conduits par des voyous le plus souvent non casqués (non la capuche n'est pas un casque ...) de peur de provoquer un accident .

Oui il faut lutter contre les comportements dangereux . Mais il faut aussi garder des chiffres en tête :

Nombre de morts par suicides : 11 000
Nombre de morts par maladies nosocomiales (contractées à l'hopital ) 11 000
Nombre de morts par accidents domestiques , à la maison : 20 000
Nombre de morts sur les routes : moins de 4000

Il est étonnant que nous n'entendions parler que des morts sur les routes de France alors qu'il y a 5 fois plus de morts par accidents domestiques ! Est-ce parce que la répression dans ce domaine RAPPORTE de l'argent à l'Etat transformant les policiers non plus en "anges gardiens" et "arbitres" mais en percepteurs déguisés ?

Pire nous allons créer des délinquants : en effet le projet de plus de 50 KM/H seront désormais des délits et non plus des contraventions . Clairement si un usager de la route est sur une route limitée à 110 KM/H, qu'il roule à environ 120 , que la vitesse est subitement limitée à 70 km/h il risque non seulement 3750 euros d'amende mais également 3 mois de prison , ce qui signifie une inscription sur le casier judiciaire avec toutes les conséquences pour la vie professionnelle qui en découlent . A ce train là , nous nous demandons si la peine de mort ne sera pas bientôt rétablie en cas de franchissement d'un feu rouge fixe , ou la perpétuité en cas d'oubli de la ceinture de sécurité . Cela serait dissuasif non ?

Passons sur la véritable persécution anti motards , comme l'obligation de porter un équipement rétro réflechissant (du meilleur goût) et une formation à la conduite obligatoire pour les titulaires du permis moto n'ayant pas conduit de deux roues motorisés depuis plus de 5 ans (les parents qui ont arrêté la moto provisoirement à la naissance de bébé seront nombreux à abandonner la moto)

De même l'interdiction programmée des avertisseurs de radars par GPS va conduire à des fermetures d'entreprises, à du chômage , et sera en plus difficilement applicable car nous ne voyons pas comment les policiers pourront contrôler si d'aventure, l'automobiliste vache à lait et culpabilisé a cette application dans son téléphone dernière génération .

Français, c'est un syndicat de policiers qui vous le dit : nous ne voulons pas créer de délinquants fictifs quand tant de délinquants avérés sont dans la nature . Vos libertés fichent le camp sous la pression d'associations extrémistes et vos libertés, théoriquement, nous sommes chargés de les protéger . De plus VOS libertés sont aussi les nôtres , car nous sommes aussi des citoyens et des usagers de la route . Voire des motards passionnés . Nous sommes devenus policiers pour protéger les citoyens, quitte à sévir . Mais il y a des limites à ne pas franchir."

B/N SIPM-FPIP/EUROCOP le 12/05/2010