There was an error in this gadget

2013/05/30

Pourquoi Geronimo ? C'était le cri des paras de la Seconde Guerre Mondiale en se lançant dans le vide


… depuis des années, une question occupe mes nuits sans Lune : pourquoi Geronimo ?
se demande Laurent Carpentier dans Le Monde.
Dans Le Tombeur de ces dames, Jerry Lewis est l'homme à tout faire d'une immense maison pour jeunes filles. Une émission de télé doit y être tournée. Le technicien demande à Jerry de tester un micro à l'étage pendant qu'il écoute. Le jeune ahuri, après moult hésitations, va crier de toutes ses forces dans le micro : "GE-RO-NI-MO". L'image suivante, le corps du technicien, démantibulé, lunettes cassées, émerge du canapé. Fou rire garanti. Et Geronimo ? "C'est venu comme ça..." Misère, c'est tout ? Les légendes ne sont pas faites pour être éclaircies.

    Pour comprendre le cri de Jerry Lewis dans Le Tombeur de ces dames (Je ne saurai jamais pourquoi Jerry Lewis cria "Geronimo" ! par Laurent Carpentier, Le Monde du 25 mai 2013), il faut remonter 20 ans en arrière : Durant la Seconde Guerre Mondiale, les paras américains (ceux-là même qui sautèrent sur Saint-Mère-Église dans la nuit du 5 au 6 juin 1944) adoptèrent plusieurs aspects de la vie des Indiens "sauvages".

    D'abord, les hommes de la 101st Airborne se rasèrent la tête, sauf un strip cental du front au cou de façon à imiter les guerriers iroquois.  Ensuite, quand ils partaient au combat, ils se couvraient le visage de peintures de guerre, et enfin, en se jetant dans le vide à tour de rôle, chacun des paras hurlait "Geronimo" de toutes ses forces.

    Dans les années 1940 vivaient encore beaucoup de gens qui avaient participé à la conquête de l'Ouest, et plus d'un de ces parachutistes a dû entendre, dans son enfance, un vétéran des guerres indiennes, un Indian fighter, lui parler — sans doute avec respect — de Geronimo et de sa bande d'Apaches réfractaires.

    Après la guerre, le cri devînt à la mode parmi les gamins qui jouaient à la guerre ou aux cowboys et aux indiens.  Jerry Lewis dut son succès aux rôles de garçon qui n'a jamais grandi, et c'est en imitant pour la enième fois un môme américain typique de l'époque qu'il choisit l'occasion la plus incongrue pour hurler, lui aussi, "Geronimo" à pleins poumons — même si, 50 ans plus tard, le comédien ne se souvînt plus des origines de ce cri. 

    Par ailleurs, on peut se demander combien de punks et d'autres anticonformistes des temps modernes savent que leur iroquois — en américain, un mohawk — a une origine… militaire?!

2013/05/28

Pourquoi avoir reproché aux USA d'être intervenus en Irak puisqu'il n'y avait "pas" d'ADM, et de ne rien faire maintenant alors qu'il y en a en Syrie?

Ah ! que n'avait-on pas entendu en 2003 lorsqu'il fut question d'armes de destruction massive en Irak ! 
s'exclame Lucien SA Oulahbib en évoquant les Contradictions occidentales devant la Syrie « chimique ».
Comment? Des ADM en Irak? Mais vous n'y pensez pas voyons !  -euh… Saddam n'en avait-il pas eu quand même un moment en les utilisant contre les Kurdes et les Iraniens ? N'y avait-il pas  à l'époque un des sbires de Saddam que l'on nommait Ali le chimique tant il avait gazé jusqu'à plus soif ? -peut-être ! mais c'était avant… – Avant quoi ?… -Avant… Donc il en a eu… -oui mais "avant"…Et "après" la première guerre du Golfe Saddam avait été désarmé… -Mais les stocks…où sont-ils passés ?… 
 

Yossef Bodansky dans The secret history of the Iraq War écrit ceci (2003, HarperCollins Publishers, p 54) :
" Using their wide array of technical capabilities, US.Intelligence tracked Iraqis as they used barges and other river craft, particularly in northwest Irak near the Syrian Border, to transfer and store materials used in its WMD programs, laboratories, and technical facilities."
Ce qui est compréhensible, Saddam et Assad (père à l'époque) faisant parties de la même formation, le Baath, fer de lance avec le nasserisme du fameux "nationalisme arabe" ; ici le terme "nationaliste" est accepté en Occident sans problèmes… C'est un sujet d'études savantes. On ne parle évidemment pas à l'époque comme étant un mouvement "d'extrême droite", non, et certains parlent même de parti progressiste, laïque, mais oui…


- Les ADM n'ont "jamais existé" répète de son côté Pascal Boniface au micro de BFM Buziness lundi 27 mai au soir au moment même où un reportage du Monde fait état d'utilisation d'armes chimiques en…Syrie, munie par ailleurs d'un impressionnant arsenal. -Et alors?… -La "ligne rouge" tracée par Obama (himself) a été franchie non ?…


Eh bien non… Comment ça ?… Là nous rentrons dans du Molière teinté de Marivaux : les USA et l'UK (Blair et Bush) ont été accusés par toutes les belles âmes dont Pascal Boniface d'être intervenus en Irak, cette "république laïque", à cause de ces ADM qui n'ont "jamais existé" (du moins "après" leur supposé "démantèlement") ; mais maintenant qu'elles existent visiblement en Syrie, cela ne change rien non plus, Obama botte en touche ; mais l'Europe vote la levée de l'embargo sur les armes...ce qui est une bonne nouvelle également pour les mains indélicates et aussi le Hezbollah qui pourra faire bientôt de belles prises de guerre, idem pour le Hamas, précipitant ainsi tout le monde dans le brasier dont Israël et l'Iran ; l'Égypte n'en est pas loin, surtout si la guerre peut être un moyen de pallier aux difficultés socioéconomiques grandissantes…

Cependant, pourquoi avoir reproché aux USA et à l'UK d'être intervenus en Irak puisqu'il n'y avait "pas" d'ADM, et de ne rien faire maintenant alors qu'il y en a en Syrie  ?

Plus encore, la protestation véhémente naguère de certains, parlant de mensonges de manipulations etc, s'appuyait en sourdine sur l'idée que s'il y avait des ADM alors là oui la guerre se trouve légitimée tout de même, mais il fallait qu'elles soient là, absolument, c'était, vraiment, la condition sine qua non ! Sauf que, maintenant qu'elles sont là, résolument là, eh bien les regards se tournent ailleurs, exigent plus de "preuves" etc…surtout du côté américain… en plus Roland Garros vient d'ouvrir, fini dans ce cas les vacances à Ibiza de Cameron deux jours après l'assassinat sur vidéo d'un soldat au nom d'un islam qui n'aurait rien à y voir selon le même Cameron que l'on ne savait pas expert, docteur es islam…un islam qui se déchire en Syrie tout de même et ce sans que l'on puisse dire qui de Assad et de ses opposants est plus ou moins musulman, d'autant que ladite "laïcité" baathiste n'a jamais signifié athéisme, et en ce sens le socialisme arabe a toujours considéré l'islam des origines comme étant sien.


Donc les armes chimiques existent, des journalistes du Monde les ont même rencontré. Et c'est tout. Point final. Realpolitik, please. Obama a tant à faire en Asie… Pendant dix ans Bush et Blair ont été trainés dans la boue, insultés, voués aux gémonies. Certains même les accusant d'avoir créé la guerre actuelle entre sunnites et chiites, comme si elle n'avait jamais existé auparavant, comme si la division entre sunnite et chiite était une création "bushiste", on hurlerait de rire devant de telles âneries dignes du Grand Journal de Canal+ ou de On refait le monde sur RTL, et toutes ces émissions à la botte du service public style Charles Enderlin et son entêtement à laisser croire que le petit Mohamed a été tué par des balles "israéliennes" alors qu'en réalité, il n'en sait rien (et Philippe Karsenty a démontré le contraire, en mettant en avant cette nouvelle affaire Dreyfus comme l'écrit S. Trigano). 

Bref, des montagnes d'âneries ont été écrites et continuent de l'être. Pendant ce temps les Kurdes irakiens ont échappé aux griffes du fameux progressisme arabe, et les Kurdes syriens suivent leurs pas, en attendant les Kurdes turcs et iraniens… L'ancienne Mède se reconstitue, se régénère… À quand la France ?… :-)