Share It

2009/02/13

À chaque fois qu'un président français est soumis à la pression populaire, sa réponse consiste à invectiver, en forme de réflexe, les Anglo-Saxons

Le dernier exemple en date de la cacophonie de voix contradictoires que fait entendre l'Europe nous vient du président Sarkozy
écrit Denis MacShane dans Le Monde.
Dans un entretien télévisé, organisé à la hâte après que des millions de Français mécontents eurent occupé les rues de Paris, des villes et des villages de France pour manifester leur opposition à la politique présidentielle, le chef de l'Etat français a choisi deux cibles : le Royaume-Uni et la République tchèque.
Quelle conclusion en tirer?
Le constat s'impose : à chaque fois qu'un président français est soumis à la pression populaire, sa réponse consiste à invectiver, en forme de réflexe, les Anglo-Saxons. En réalité, Nicolas Sarkozy, qui veut pousser la France dans l'OTAN, choisit de jeter un écran de fumée sur l'économie anglo-saxonne, honnie par tant de représentants de l'élite parisienne. Histoire de lever leur méfiance — y compris celle du Parti socialiste enfermé dans son atlantico-phobie —, et de leur faire avaler l'idée de collaborer au sein de l'organisation militaire régionale.

2009/02/08

Nouvelle Guerre Froide : Après la menace des armes vient la menace du froid

…on est en droit de s'étonner de l'approbation implicite d'une telle nostalgie par certains commentateurs. « Nous devons comprendre pourquoi les Russes sont nostalgiques », écrivent-ils. Ils devraient plutôt dire : « Nous ne parvenons pas à comprendre cette nostalgie de la Russie dont personne n'a besoin. »
Voilà la conclusion d'Ismail Kadare.
L'affaire du gaz russe a suscité nombre de commentaires et de prédictions dans la presse occidentale. D'une certaine manière, ils évoquent les grandes caractéristiques d'une guerre froide : la coercition et l'incitation à la panique, en un mot l'intimidation. Le désir d'inspirer la peur est une des passions qui guident non seulement tous les tyrans pervers, les Caligula, les Hitler, les Staline, mais aussi tous les Etats tyrans. Ces pays usent de tous leurs pouvoirs à cette fin, transformant leur obsession en une espèce de psychose. Ils trouvent dans cette frénésie une sorte de nourriture spirituelle. Et c'est lorsqu'elle contamine tout un peuple que cette psychose devient la plus dangereuse.

…Une psychose de ce type est dangereuse lorsqu'elle saisit un Etat en apparence normal. Le lien que nous observons aujourd'hui entre Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev, les rénovateurs de l'ancienne puissance soviétique, présente tous les symptômes de cette obsession, le désir de répandre la peur. La nostalgie généralisée de l'ancienne URSS est une preuve suffisamment claire de cette tendance.

La Russie moderne a-t-elle besoin d'encourager cette passion ? Absolument pas. Seuls les Etats qui tentent de dissimuler une faille ou une névrose interne ont besoin de ce type de ferveur. La nation russe n'a aucun besoin de s'y abaisser. Rien ne justifie la nostalgie russe de l'Union soviétique : d'une certaine façon, elle est humiliante. De quoi la Russie devrait-elle être nostalgique ? D'une époque où elle pouvait inspirer la peur ? Qu'est-ce qui permet à la Russie d'être nostalgique d'une ère qui ne l'a pas honorée, tout comme le racisme et l'enthousiasme colonialiste d'autrefois n'ont pas honoré l'Europe ?

Dans un tel contexte, on est en droit de s'étonner de l'approbation implicite d'une telle nostalgie par certains commentateurs. « Nous devons comprendre pourquoi les Russes sont nostalgiques », écrivent-ils. Ils devraient plutôt dire : « Nous ne parvenons pas à comprendre cette nostalgie de la Russie dont personne n'a besoin. »