Share It

2004/07/03

Les réactions au départ "précipité" de Paul Bremer, "vice-roi d'Irak"

Avec le bon sens du fair-play britannique, The Economist ouvre son article principal avec une phrase qui ne semble pas très extrêmiste : "Ses critiques étrangers doivent admettre que George Bush a fait ce qu'ils demandaient" (transférer la souveraineté de Bagdad à un gouvernement irakien approuvé par tous les membres du conseil de la sécurité de l'ONU). Mais n'allez pas dire ça aux médias français.

Lutte anti-Bush oblige, Le Monde persiste à soutenir qu'en Irak, il faut faire abstraction complète des années de Saddam Hussein et mettre tous les ennuis irakiens sur le dos des Ricains.

Ainsi, ce titre : Iyad Allaoui hérite d'un Irak en ruine, occupé, divisé et infiltré. Quant au transfert de la souveraineté, les journalistes et les chroniqueurs du quotidien de référence ont rivalisé pour voir qui pouvait se moquer le plus de l'évènement, ainsi que de Paul Bremer.

Éric Fottorino ironisait sur "le « vice-roi » d'Irak", "le super-diplomate néoconservateur, si conservateur que jamais en public il ne tomba son costume-cravate bleu marine et ses rangers crème appelés aussi bottes de brousse ou bottes de combat", et qui est parti "Sans tambour ni trompette, sans amour et à la sauvette".

Dominique Dhombres écrivait que "La passation de pouvoir en Irak a été faite à la va-vite, à la sauvette, presque dans la clandestinité" et ironisait sur "une sorte d'attestation de fin de stage [remise] au premier ministre par intérim Iyad Allaoui".

À l'évidence, si quelqu'un leur disait que le discours de Paul Bremer était incroyable et qu'il a fait venir les larmes aux yeux des Irakiens, et qu'ils considèrent l'Américain comme leur fils et comme un vrai musulman, et qu'ils le bénissent, ils se tordraient par terre en hurlant de rire.

Or, à aucun des Français de citer les réactions des Irakiens. Non, la réaction des Irakiens doit être, ne peut être que, la même réaction, cynique, que celle des chroniqueurs installés à Paris. (Dans le cas contraire, elle ne vaut rien.)

Alors j'ai pris la liberté de vérifier quelques réactons irakiennes pour vous (et pour eux) et d'aller vérifier sur certains blogs irakiens. S'il faut en croire Iraq the Model (et il est certain qu'il faut s'en méfier, du moment qu'il ne partage pas les réactions cyniques de l'intelligentsia française), les réactions ont été quelque peu différentes que dans l'Hexagone :

A’ash Al-Iraq, A’ash Al-Iraq, A’ash Al-Iraq

The [hospital] hall was busy and everyone was chatting and laughing loud. … I approached the TV to listen carefully to [Paul Bremer's farewell] speech, as I expected it to be difficult in the midst of all that noise. To my surprise everyone stopped what they were doing and started watching as attentively as I was.

The speech was impressive and you could hear the sound of a needle if one had dropped it at that time. The most sensational moment was the end of the speech when Mr. Bremer used a famous Arab emotional poem. The poem was for a famous Arab poet who said it while leaving Baghdad. Al-Jazeera had put an interpreter who tried to translate even the Arabic poem which Mr. Bremer was telling in a fair Arabic! “Let this damned interpreter shut up. We want to hear what the man is saying” One of my colloquies shouted. The scene was very touching that the guy sitting next to me (who used to sympathize with Muqtada) said “He’s going to make me cry!”

Then he finished his speech by saying in Arabic,”A’ash Al-Iraq, A’ash Al-Iraq, A’ash Al-Iraq”! (Long live Iraq, Long live Iraq, long live Iraq).

I was deeply moved by this great man’s words but I couldn’t prevent myself from watching the effect of his words on my friends who some of them were anti-Americans and some were skeptic, although some of them have always shared my optimism. I found that they were touched even more deeply than I was. I turned to one friend who was a committed She’at and who distrusted America all the way. He looked as if he was bewitched, and I asked him, “So, what do you think of this man? Do you still consider him an invader?” My friend smiled, still touched and said, “Absolutely not! He brought tears to my eyes. God bless him.”

Another friend approached me. This one was not religious but he was one of the conspiracy theory believers. He put his hands on my shoulders and said smiling, “I must admit that I’m beginning to believe in what you’ve been telling us for months and I’m beginning to have faith in America. I never thought that they will hand us sovereignty in time. These people have shown that they keep their promises.”



A big salute to the courageous and noble man

Mr. Bremer whom we said good bye to this morning. He proved that he’s the right man for the tough times. He struggled together with his Iraqi brothers to overcome the hardships in a critical era for this country and the whole world. I’m going to miss his presence and so will many Iraqis because we feel that who left today is one of Iraq’s sons.

A big greeting to the men who decided to bear the responsibility of Iraq’s safety and Iraq’s future.

They needed courage and faith to decide to work for Iraq in this hard time. May God help them guide this country with wisdom until the day when elections come.

It’s hard to appreciate the efforts of all those who helped us to get our freedom and rebuild our country. We will never forget them. We will keep them in our hearts.

God bless Iraq and her people.

God bless America and her people.

God bless all the coalition forces who supported operation Iraqi freedom.

May God bless the souls of all those who sacrificed their lives to free Iraq.



Enfin, voici la conversation d'un des bloggueurs avec un Irakien… communiste pur et dur, qui lui pose une question (à l'évidence, les Irakiens aussi sont déçus par le départ précipité de Bremer, mais pas pour la même raison que les Français) :

Le communiste pur et dur :
"Ma mère aime Bremer comme
s'il était un musulman irakien"

- Do you know Abu Haider’s (Mr. Bremer) e-mail address?
- No! Why?
- I want to send him a letter.
- What for?
- To say thanks. Actually it’s not only me, it’s my mother Al-Hidjiyah; she made me promise her to send a letter to Mr. Bremer.
- Me too. I want to do that but unfortunately I don’t have his e-mail.
- Can you ask your American friends. Because I really feel bad that the man didn’t get the reward he deserves for his great efforts; we could at least make a party for him or a decent celebration. Did you listen to his farewell speech? it was incredible.
- Yes, it was and I’ll try to get his mail although I think it’s difficult but what did your mother exactly want to tell him?
- Well, Al-Hidjiya said “son, tell this man that Um Mushtaq says go with the blessings of Allah, you have suffered a lot for the sake of our country and we were not able to thank you in person and this makes us so sad” and she also said “although this is not right, because he is not Muslim but I have to say it and I don’t care what others may say”
My friend laughed as he said that.
I should mention that friend is a hard core communist who paradoxically bares strong admiration and gratitude for America.
- How can she ask for Allah’s blessings for Bremer when she believes that it’s not right for a Muslim to ask so? I said with a smile.
- You know these old people with their old fashion minds but she said she loves him as if he were an Iraqi Muslim.
Mohammed termine par la lettre qu'il aimerait envoyer à Paul Bremer. (Étrangement, il n'utilise jamais l'expression "vice-roi", il ne parle jamais de son "départ à la sauvette", et il ne fait jamais référence à son costume et à ses rangers.)

"Vous nous manquez, Monsieur ;
vous avez travaillé dur,
vous êtes un vrai fils de l'Irak,
c'est comme ça qu'on vous regarde"

I said good bye to my friend and thought about what he said, and I thought about writing a letter to Mr. Bremer and I don’t know how to deliver it.

I don’t like to give much credit to an individual no matter who he is, as I believe it’s one of the reasons we’re so behind the others. People in the east generally get attached to individuals more than ideas and the fact that Iraqis support Al-Yawer and Allawi more than they support the government as a whole is just one example of this. However I find myself compelled to write about Mr. Bremer because this man was never given the credit he deserves. That of course includes all the good people who worked with him.

We miss you Sir and we know that it’s been difficult for you too. Your speech has touched the hearts of all the Iraqis I have met just as your efforts have contributed in drawing the outlines of the bright future of Iraq, the new free democratic Iraq and we will never forget you. You worked hard as if you were a true son of Iraq and in fact you’re one of Iraq’s sons, that’s how we look at you.

I never heard anyone talk badly about you, I heard people say a lot of bad things about GWB and the GC members but you were the most respected and loved political character among Iraqis and I can say I’m almost sure that if there was a poll about who’s the most popular person in Iraq, then you would’ve been the winner.

You maintained an equilibrium in a very intricate situation and at a very difficult time and I doubt that someone else would’ve been able to do that.

You’ve understood the mosaicism of the Iraqi people and the desires, fears and demands of each group and dealt with them in the wisest possible way.

You were working hard to convince one group and satisfy another one to guarantee the progress of the process and you faced one crisis after the other and an attack after the other but all that didn’t affect your morale, stamina and high level of professionalism.

You were keen on leading Iraq to the shores of peace despite the harsh environment, and most Iraqis recognize that you succeeded in your mission.

Sir, Iraq loved you just like you confirmed your love in your farewell speech. We were touched just as you were. You have taken a place in our hearts just as you said we’ve taken our places in your heart.

We will be waiting for you to return with your grandchild Sophya (as you promised in your speech) and we’ll share your will to teach her the history of Iraq and I’m sure that she’ll love Iraq as you do.

Yes, we’d like you to come back to your country, Iraq. And we’d love to have you share the moments of joy with us as you shared the moments of sadness.

We would like you to live the moment of victory with us as you lived the moment of hardships.

I was never surprised when none of the western media broadcsted your impressive speech because I doubt their interest in showing the world the nature of the relation between you and the people of Iraq. But I’d like to tell you this:

Iraq loves you just as you love her.

"L'Europe pourrait exister enfin si elle consentait à avoir des ennemis"

L'Europe pourrait exister enfin si elle consentait à avoir des ennemis. Elle cesserait d'être ennuyeuse et fade si elle s'opposait à quelqu'un.
Ainsi parle Dominique Dhombres. Ainsi s'exprime Dominique Dhombres dans Le Monde. Voilà ce que dit la chronique de Dominique Dhombres dans le quotidien de référence.

Et bien sûr, vous savez à qui pense DD quand il évoque les ennemis, n'est-ce pas?

Non, ce n'est pas l'Iran des ayatollahs. Non, ce n'est pas la Chine occupant le Tibet et envoyant des chars sur la place Tien An Men. Non, ce n'est pas la Russie dont la torture en Tchétchénie est du genre des os qui se brisent et de la chair qui se déchire. Non, ce n'est pas la Côte d'Ivoire où Laurent Gbagbo a fait tuer d'innombrables centaines de gens. Non, ce n'est pas le Zimbabwe où les "terror teens" s'attaquent aux opposants politiques de Robert Mugabe avec des bâtons entourés de fil de fer barbelé. Non, ce n'est pas les Nations Uniesune démocratie a été mise au ban de la commission de droits humains, tandis que deux pays avec une histoire de torture (du genre des os qui se brisent et de la chair qui se déchire) étaient élus à sa présidence, et où le scandale de corruption le plus monumental de tous les temps est en train d'éclater. Et ce n'était surtout pas l'Irak de Saddam Hussein.

Non, vous savez bien à qui pense Dominique Dhombres…

C'est le bon vieux Oncle Sam, la terreur d'outre-atlantique…

Écoutez seulement comment DD a commencé son papier, et quel héros de la seconde moitié XXème siècle il a évoqué (qui? Soljénitsyne? Lech Walesa? Vaclav Havel?) Non :

Régis Debray … a commencé sa carrière en combattant l'impérialisme américain aux côtés de Che Guevara, et invite désormais les Européens, sans grande illusion il est vrai, à exister en osant s'opposer à ce qu'il présente comme l'équivalent moderne de l'empire romain.
Quel héros, ce Debray. Et quelle lucidité! Il sait vraiment qui est le vériable ennemi de l'humanité. Et nous savons tous à quel point les personnes, et les peuples, ont souffert sous l'empire romain.

Ouaip, c'est l'Amérique, les gars, à qui il faut que les gens braves, lucides, et courageux s'opposent, à elle tant qu'à quiconque — n'importe quelle personne, n'importe quel pays, n'importe quelle entité — qui a le toupet de s'allier avec Washington.

Lisez ce que Dhombres écrit sur les nouveaux entrants en Europe :

Une zone de libre-échange sous protection militaire et diplomatique américaine leur suffit amplement.
Traduction : les Polonais, les Tchèques, les Slovaques, les Hongrois, les Baltes, et tous leurs voisins sont des âmes (des ânes?) timides sans rêves ou des demeurés aveuglés et amoureux du dollar, sinon des traîtres et des lâches.
Non, l'entité que se doivent d'opposer les Européens, c'est l'Oncle Sam. (Qui a dit que les Européens manquaient de courage?! Regardez quelle menace horrifiante ils ont choisi d'affronter!) Les Français ont besoin d'un ennemi. L'Europe a besoin besoin d'un ennemi. Le monde a besoin besoin d'un ennemi. (Et de préférence, un ennemi accomodant et facile à vivre, et avec une attitude complaisante.)

Alors soyez francs et honnêtes, dites-le honnêtement et franchement, et cessez, une fois pour toutes, de faire la morale avec "l'Amérique, que nous aimons" et "nos amis américains".


Au fait, savez-vous ce qu'il y a de plus ironique dans tout ceci ?

Les Français, ce sont ces êtres rationnels, lucides, tolérants, humanistes, fraternels, cartésiens, et amoureux de la paix, n'est-ce pas? Ce sont ces êtres que, si on les écoutait (surtout si les Yankees les écoutaient), on arriverait à un ère de paix sur le monde entier, n'est-ce pas?

Faisons un saut en arrière : quand la Guerre froide se terminait, les cyniques de tous bords et de tous pays (y compris, et peut-être surtout, aux États-Unis) s'accordaient pour se demander qui allait servir d'ennemi pour les Américains maintenant que les communistes avaient été vaincus. L'insinuation étant que la Pacte de Varsovie n'avait pas vraiment été une menace, mais seulement une culture différente, une mode différente de penser (si vous croyez cela, demandez-vous si vous pensez vraiment que c'est seulement par aveuglément que les Polonais, les Baltes, et les autres Europeens de l'est sont tellement prêts à s'allier avec Washington), et que ces fouteurs de m*rde irrationnels que sont les Yankees violents avaient besoin d'un enemi à tout prix.

Et voilà l'ironie, n'est-ce pas? Ceux qui ont besoin d'un ennemi à tout prix, ce ne sont pas les Américains. Ce ne sont pas les Européens de l'est qui, eux, ont vécu sous le joug d'un véritable ennemi pendant un demi-siècle. (Non, je ne parle pas du danger terrible que représentent l'Oncle Sam, McDonald's, Coca-Cola, Hollywood, et une souris du nom de Mickey.)

Ceux qui semblent avoir besoin d'un ennemi, Dominique Dhombres le dit clairement : ce sont ceux qui ont été protégés pendant ce demi-siècle. Ceux qui ont besoin d'un ennemi, ce sont les Français. Ceux qui ont besoin d'ennemis, ce sont ces êtres rationnels, lucides, tolérants, humanistes, fraternels, cartésiens, et amoureux de la paix.

Dominique Dhombres ne s'en rend pas compte, mais mieux que tout autre, il a montré le véritable but de la France. Il a exposé les arrière-pensées de la France mieux que pourrait le faire tout critique (français ou étranger) de la France, de son gouvernement, de sa société, et de son peuple.

Read the English version

2004/07/02

Les Monty Python sur l'impérialisme américain

Puisque Dominique Dhombres encense Régis Debray pour avoir combattu "l'impérialisme américain" et pour l'avoir présenté comme l'équivalent moderne de l'empire romain, j'ai pensé qu'il ne serait pas inutile de faire la description détaillée de l'une des scènes de l'un de mes films préférés.

Chaque fois que quelqu'un dénonce l'impérialisme américain (ou de tout autre pays), j'ai envie de le lier à une chaise devant un magnétoscope et de l’obliger à visionner la scène en boucle. Dans cette scène, les membres de l'un des mouvements patriotiques les plus déterminés et intransigeants de la lutte nationale, le Front Populaire de Judée, sont réunis en réunion secrète — ils sont tous masqués, sauf les chefs — dans une sombre salle autour de leur leader, Reg.

Furieux à propos de l'occupant romain, celui-ci crache toute sa colère, son amertume, et son humiliation : "Ils nous ont saigné à blanc, ces fils de pute. Ils nous ont pris tout ce qu'on avait." Il continue de la sorte avant de terminer son discours par une magistrale question rhétorique remplie de mépris : "Et que nous ont-ils jamais donné en retour?!" Sur ce, il s'arrête et se croise les bras avec un air de suffisance. Il sait qu’il a fait l’un des meilleurs discours de sa carrière.

C'est alors qu'un terroriste masqué lève timidement le doigt : "L'aqueduc…"

"Pardon?" demande Reg, pris au dépourvu.

"L'aqueduc" répète le terroriste.

"Ah ouais, ouais, ils nous ont bien donné ça, ouais ouais, c'est vrai."

Un autre terroriste, aussi masqué que le premier, ajoute : "Et le système sanitaire."

Le second de Reg, Stan, intervient, plein d’énergie naïve : "Oh oui, le système sanitaire, Reg. Souviens-toi comment la ville était auparavant." Parmi les terroristes masqués montent des murmures approbateurs.

La réunion ne va pas du tout comme le veut Reg, qui est en train de perdre patience : "Bon d'accord, je veux bien vous accorder que l'aqueduc et le système sanitaire sont deux choses que les Romains ont effectivement fait pour nous…"

Il est interrompu par un autre terroriste : "Et les routes."

Reg, avec brusquerie : "Eh bien oui, évidemment les routes! Les routes quoi de plus naturel, n'est-ce pas? Mais à part le système sanitaire, l’aqueduc, et les routes…"

D'autres terroristes, qui n'ont décidément rien compris, y mettent de leurs voix : "L'irrigation" "La médecine" "L'éducation" "La santé" "Et le vin!" "Les bains publics" pendant que leurs compagnons acquiescent ("Ouais ouais", "Ah oui ça aussi").

Stan ajoute en toute innocence : "Et maintenant ce n’est plus dangereux de se promener la nuit, Reg."

Reg, qui les yeux resserrés a commencé à tapoter la table des doigts, est en train de s'énerver franchement. Finalement, d'une voix sèche, il coupe court à la discussion : "Bon, d'accord, d'accord! Mais à part le système sanitaire, la médecine, l'éducation, le vin, l'ordre public, l'irrigation, les routes, l'eau fraîche, et un système de santé public, que nous ont jamais donné les Romains en retour?!" Il se recroise les bras et s’enfonce dans son fauteuil. Ça suffit, que ses hommes se taisent maintenant!

…Un doigt timide se lève : "Ils nous ont apporté la paix…"

Reg (au bord de l’apoplexie) : "Ferme ta putain de gueule!!!"

Read the English version (en v.o.)

2004/07/01

La France qui sait dire Non
(quoique pas à tout le monde)

Dans un article avec une douzaine de citations (dont toutes sont de la bouche de gouvernants français), Claire Tréan, que nous avons déjà eu l'occasion de croiser par le passé, tient à expliquer que c'est par principe que Jacques Chirac a tenu tête à George W Bush en Turquie ("Allié mais pas serviteur", Jacques Chirac veut convaincre que la France n'est pas isolée) :
Avant de quitter Istanbul, où s'achevait le sommet de l'OTAN mardi 29 juin, Jacques Chirac, qui pendant deux jours était apparu comme le contradicteur du président américain, a tenu à expliquer, lors d'une conférence de presse, que cette politique ne vaut à la France aucun ostracisme. "Nous sommes des amis, des alliés des Etats-Unis mais pas des serviteurs. Quand nous ne sommes pas d'accord, nous le disons, sans agressivité mais avec fermeté", a répondu le président de la République à une question sur les désaccords franco-américains. …

A l'OTAN, la France a été seule à faire barrage à différents projets américains. Mais la concession essentielle, les Etats-Unis l'avaient faite avant Istanbul, en reconnaissant qu'il n'était "pas réaliste" pour eux de chercher une relève des troupes américaines en Irak par l'Alliance atlantique. L'objectif de la France a été ensuite de veiller à ce que les Etats-Unis, par le biais d'une mission de formation des forces irakiennes, n'impliquent pas l'ensemble de l'Alliance dans une opération militaire qu'ils ont à l'origine décidée unilatéralement.

La France qui veille ; la France qui est un allié mais qui n'est pas un serviteur ; la France qui soutient que les amis, ça laisse les autres amis s'exprimer, même (surtout?) s'ils ne sont pas d'accord ; la France qui rappelle que les ennuis d'autrui, c'est leur propre faute… Tout ça c'est touchant…

Le seul problème avec ces principes éminemment louables, ainsi qu'avec les leçons, c'est qu'il n'y en a que, toujours et uniquement, pour les Ricains…

Autant de questions pour lesquelles on ne peut pas dire exactement que les réponses fusent.

Quoi qu'il en soit, qu'apprenons-nous dans l'éditorial 14 pages plus loin, intitulé Splendide isolement?

Depuis quinze mois et le début de l'intervention américano-britannique en Irak, Jacques Chirac a une équation diplomatique difficile à résoudre : maintenir son opposition à la guerre sans passer pour un nostalgique honteux de Saddam Hussein — ce que les Américains ont insinué à plusieurs reprises — et sans manquer à ses devoirs d'allié.

"Ce que les Américains ont insinué à plusieurs reprises"?! Est-ce que les Français (et notamment Le Monde) ne font pas des insinuations — et plus, bien plus ! — à longueur de journée, avec leurs histoires de "mensonges", de "guerre pour le pétrole", etc? Remettre en question Washington, ou les intentions ("inavouables") de leurs leaders, n'est-ce pas devenu le sport national en France? Mais que d'autres fassent la même chose avec la France, ou qu'ils se posent juste des questions, que nenni…

La situation en Irak a apporté des arguments au président de la République. L'absence d'armes de destruction massive a montré que l'intervention militaire était inutile pour désarmer Saddam. Les violences et les rébellions ont conforté la thèse française selon laquelle l'ingérence militaire de puissances occidentales dans un pays arabe nourrirait le terrorisme au lieu de l'étouffer.

Parmi ses pairs de l'Alliance Atlantique et de l'Union européenne, Jacques Chirac n'est pas le seul à le penser. Le problème pour la diplomatie française est qu'il est bien souvent le seul à le dire. Au sommet de l'OTAN qui s'est achevé mardi 29 juin à Istanbul, la France a été isolée dans son refus de céder aux demandes américaines et dans sa critique sans fard des prises de position publiques de George W. Bush. Que, devant les journalistes, le président de la République ait affirmé le contraire ne change rien à cette réalité.

En d'autres mots, le seul "problème pour la diplomatie française", c'est que les autres membres de l'UE sont des lâches, des vendus, et des aveugles sans vision. Dominique Dhombres n'écrivait-il pas, avec plus d'un brin de mépris à propos des nouveaux entrants en Europe, que "Une zone de libre-échange sous protection militaire et diplomatique américaine leur suffit amplement"?
Jacques Chirac a quelques raisons d'être irrité. George W. Bush n'a-t-il pas inauguré sa visite à Istanbul en faisant la leçon aux Européens quant à l'entrée de la Turquie dans l'UE ?
Comme l'écrit Window in Lebanon, "Jacques Chirac considère que George Bush ferait mieux de s'occuper de ses affaires, lui ne donne pas de conseils sur le Mexique. Pardon ? Chirac et sa bande ne donnent pas des leçons au monde entier ? J'en reste sans voix, collectionnant depuis des années les discours moralisateurs de Villepin et al. Rappelons quand même que Chirac était content que les Etats-Unis interviennent au Kosovo il y a quelques années, bien que ce ne soit pas exactement la sphère d'action américaine "à quatre heures de Paris", comme on disait."
…Un "terrain" sur lequel il n'a rien à faire, a répliqué le président français, qui a ensuite profité de chaque occasion pour manifester sa différence avec la politique américaine, sur l'Irak, l'Afghanistan, le conflit israélo-palestinien...
Mais comme on l'a vu, peu de Français semblent jamais avoir pris la peine de manifester leur différence avec la politique de Poutine, Hou, Mugabe, Gbagbo, et Saddam Hussein.
La France peut tirer quelques satisfactions d'avoir poussé la Maison Blanche à renoncer à ses propositions les plus extrêmes concernant l'implication de l'OTAN en Irak ou le projet de Grand Moyen-Orient.
Heureusement que Poutine, Hou, Mugabe, Gbagbo, et Saddam Hussein n'ont (ou n'avaient) pas de position extrêmes, eux! Rappelez-vous : la France veille !
Elle n'en a pas moins été obligée d'accepter, dans toutes les récentes réunions internationales, l'ordre du jour proposé par George W. Bush.
Quelle infamie! J'en ai les larmes de colère qui m'en viennent aux yeux!
C'est un combat d'arrière-garde qui illustre le dilemme de Jacques Chirac : ne pas s'opposer à la reconstruction d'un Irak "souverain" sans pour autant se renier.
Heureusement que les Français savent bien choisir leurs combats. Heureusement que la France sait bien choisir le leader à qui il faut s'opposer, par principe. Heureusement que le pays des droits de l'Homme sait bien choisir lequel de ses partenaires — USA, Russie, Chine, Zimbabwe, Côte d'Ivoire, Irak (à l'ancienne) — envers qui il ne faut pas se renier et envers qui il faut adapter la position du splendide isolement.

(Merci à W, Douglas, et Expat Yank)

"Je hais les Américains"

Les Irakiens semblent optimistes, comme nous l'avons déjà vu, et semblent accueillir la transition de la souveraineté dans la joie. Par ailleurs, ils semblent soutenir que s'ils ont des ennemis, ce sont les terroristes qui commettent des attentats et qui s'attaquent aux forces de la coalition.

Mais ce n'est pas une chose que vous apprendrez en lisant le quotidien de référence. Le Monde offre à leur envoyé spécial en Irak une page entière pour faire un article sur les Irakiens qui ont subi des injustices aux mains des (geôliers) Américains, et Rémy Ourdan s'applique à interviewer des hommes qui, il est vrai, semblent avoir subi bien des injustices aux mains des geôliers d'Abou Ghraib et qui méritent justice. (Deux fois, j'avais écrit "aux mains des Américains", quand je me suis aperçu que j'utilisais la même logique anti-américaine qu'Ourdan et Le Monde, qui consiste à généraliser tout ce qui va mal et à minimiser tout ce qui va bien.)

Ourdan n'a même pas besoin d'écrire. La page entière, quasiment, est occupée par des citations. (Il ne semble certainement pas avoir eu la moindre tentative de corroborer les dires des ex-prisonniers ou de rassembler des témoignages qui pourraient diffèrer. Il est vrai qu'en Europe, on dit toujours qu'il faut voir s'il n'y a pas d'autres points de vue, mais qu'importe ; cela ne s'applique pas aux Yankees, n'est-ce pas?)

La dernière phrase est dévastateur — "Je les hais" (les Américains) — et l'image donnée est que l'ensemble des Américains est haï par l'ensemble de la population (ce qui soulignerait que la France a eu raison depuis le début et les Irakiens devraient leur en savoir gré et se ranger de leur côté) — ce qui explique sans doute que l'article s'est retrouvee au sommet des articles recommandés par les internautes du Monde.fr.

Le titre de l'article semble tout aussi dévastateur : Tortures américaines, paroles d'Irakiens. Mais, de témoignages, il n'y en a que… deux. Certes, ils sont, ou ils semblent, accablants. Mais il n'empêche : il n'y en a que deux.

En ce qui concerne Guerre contre le terrorisme et droit humanitaire, il n'y pas un seul article dans ce dossier spécial du Monde (à télécharger) sur la torture véritable en Irak, celle pratiquée par Saddam Hussein pendant trois décennies. Vous savez, les mains coupées, les visages arrosés à l'acide, la chair des bras des épouses donnée à manger à leurs maris, etc, sans parler des innombrables charniers à travers le pays… (Gageons, aussi, que le quotidien de référence n'en a pas réalisé, de dossiers spéciaux sur le droit humanitaire en Irak, pendant le règne du Raïs.)

Alors, comme on ne vous présente pas les opinions qui divergent, je vais le faire pour vous. Voici des Irakiens qui mettent en doute le fait que les prisonniers méritent qu'on s'apitoie sur eux et surtout qu'ils soient pour la majorité innocents ainsi que le fait que les Américains (geôliers ou autres) sont des salauds, les véritables ordures dans cette aventure irakienne. Loin de là. Et pour cause. L'un d'eux les a vus à l'œuvre.

(Évidemment, les spécialistes du cynisme vont tout de suite mettre en doute la fiabilité de ces Irakiens, mais ce que j'ai toujours trouvé drôle avec les cyniques, c'est qu'ils sont exclusivement cyniques par rapport aux opposants de leurs partis pris et prêts à accepter tout ce qui les reconforte dans leurs préjudices — il n'y a qu'à lire la liste des articles recommandés par les lecteurs du quotidien de référence, par exemple.)

En fait, la raison pour tout cela, la raison de la position du quotidien de référence et des médias français pour cette interminable cascade d'articles sur les horreurs de Washington, c'est de donner la parole à des gens qui reconfortent les Français, ô combien humanistes, dans leur cynisme à l'égard des Américains (couplé avec leur bonne image d'eux-mêmes) ; c'est de donner la parole à quelqu'un qui, tel un Français qui pense aux Américains, "tente de maîtriser sa rage" ; c'est de donner la parole à quelqu'un qui dit "Je hais les Américains."

2004/06/30

Le Démocrate Clinton ne semble pas offrir beaucoup de sympathie aux Européens anti-Bush

Leçon d'anglais : Dans son papier hebdomadaire pour l'International Herald Tribune, John Vinocur décrit la raison pour laquelle, malgré le fait que ses mémoires viennent d'apparaître, on ne fait pas beaucoup d'efforts pour aller interviewer Bill Clinton. Le journaliste évoque tant Le Nouvel Obs et Hubert Vedrine que leurs "homologues" en Allemagne, et montre à quel point les partis pris de ces Européens se heurtent avec la réalité, tant par rapport au Parti démocrate américain que par rapport à leur insistance qu'ils se trouvent toujours être les êtres les plus raisonnables, les plus humanistes, et les plus tolérants de la planète.
With Europeans lining up and shelling out to read Bill Clinton, he turns out to be a guy who insists on reminding people that two-thirds of the Democratic Party in Congress voted George W. Bush the specific powers he needed to make war in Iraq. Then, piling it on, he goes and says that France and Germany wrongly made light of the threat posed by Saddam Hussein.

No Michael Moore, this Kid from Hope. And for some Europeans, including a few who invested massive sums in serializing or publishing his autobiography, My Life, not much support either from Clinton for the political notions they may have thought they were buying into with the book or from the Clinton interviews that have accompanied the package.

For Der Spiegel, the Hamburg newsmagazine that has never found an American president subtle enough to match its tastes, this was clearly a problem as it completed its second installment of extracts. In its table of contents last week, it announced a conversation with the former president about "Bush's Iraq debacle."

In the headline over its interview, it promised Clinton's take on "the Disaster of the Bush Administration in the Iraq War."

As it turned out, the single time the word "debacle" came out of anybody's mouth in the Q-and-A, it belonged to the Spiegel people asking Clinton questions. The former president verbally sprinted in the other direction. …

Although you couldn't tell from the magazine's promotional material or headlines, Clinton also took pains to recall why the Democrats had backed Bush's request for war powers and, with it, to criticize the French and German attitude at the time, which he said would not have supported the use of force even if Saddam had refused to cooperate with the United Nations.

Clinton told Spiegel that whatever the state of the Iraqi Army, he didn't agree "with the German and French position that Saddam never did anything that he wasn't forced into" and "didn't constitute a threat."…

This is a long way from the line of anti-Bush Europe's current decent American, Michael Moore, who repeatedly thanked the French and the Germans for their Iraq stance while promoting his film attacking the president.

In fact, for Europeans irritated these days by anything that sounds like an American's support for a non-capitulationist view of the United States' self-interests, Clinton's approach may have come as disappointingly as John Kerry's when he pounced on José Luís Rodríguez Zapatero's Spain for pulling its forces out of Iraq, and urged the Europeans to share the mission's risks and burdens.

The issue here is not Bush, whose admirers in Europe are squad-sized rather than legion. It is rather that Clinton's bottom line on America's world role — like that, as well, of virtually all the mainstream foreign policy players in Washington — may not jibe with the America that Spiegel, or Le Nouvel Observateur in France, another investor in his memoirs, or many of their readers, say they want to love.

"Bill Clinton was a great president," the French magazine wrote. "A cool president for a cool epoch. When the Net-economy propelled growth and melted unemployment. When the American hyperpower didn't deviate into autistic unilateralism." … In fact, Clinton specifically told Spiegel that when it must, America has to be able to deal with events alone (although acting in cooperation with friends is obviously preferable). …

[Voici une autre tentative de John Vinocur de ramener certains à la réalité.]
Because there is considerable concern among European politicians and the media of being seen as anti-American rather than anti-Bush, which is as easy here as kicking a can, the publication of the memoir looked to some as a good chance, via Clinton, to be publicly counted among the Friends of a Well-Behaved America.

The most conspicuous revisionist among these was Hubert Vedrine, who as French foreign minister spent considerable time saying that Clinton's America was a country indulging in "inadmissible" unilateralism. This, he said, had to be contained by other countries working together to save the world's "mental identity."

France's task in gathering blocking groups to hold Clinton's America in check was of such importance that, like Marcus Aurelius laying out Stoic principles for political action, or Che Guevara defining the revolutionary struggle from the Sierra Maestra, Vedrine actually made up a list of five precepts (like having solid nerves and perseverance) for the undertaking.

Now, with the book out and Bush's defeat a possibility, Vedrine describes Clinton as a president "who succeeded wonderfully on all levels" and who made the American "hyperpower" both "likable and seductive." In contrast to Bush's, he suggests, Clinton's world was a pleasure to deal with.

But this goes only so far. Vedrine rejected Clinton's assertion accompanying the book's publication that Yasser Arafat's unreliability had been the essential cause of the failure of the Camp David accords between the United States, Israel and the Palestinians.

"Clinton is loading this on Arafat because, however brilliant Clinton is, he remains an American politician," Vedrine said. "He's a bit constrained on this point."

Nudge-nudge. Vedrine is not only saying that dark forces, which he is too discreet to name, run American Middle East policy, but that Clinton was not being forthright about a critical moment of recent history.

This is a French vision, like others in Europe involving American motivations on various subjects, that even when larded with flattering phrases essentially demeans Clinton and other presidents, or presidential candidates, for defending American notions of what is both just and in the interest of the United States.

If Clinton, from his spotlight of the moment, persists these days in saying a lot of things some Europeans would prefer not to hear, the explanation may come down to his being, very irretrievably, like Bush or Kerry, just another American. The U.S. Census Bureau's latest figures count 282,421,906 of them.

2004/06/29

La France avait raison : les Irakiens manifestent toute leur "amertume"

"Je les préviens, ces terroristes, tous les Irakiens
vont se redresser et les frapper avec l'acier."

La voix de George W Bush, ou de l'un des néo-conservateurs américains tant moqués et décriés en France?

Non, c'est la voix d'Ali, un Bagdadi dont l'opinion a été largement partagée durant la première journée de la première chaîne de radio de discussion et de débats indépendante en Irak.

Il est clair que ce sont là des infos dont il ne faut pas crier la portée trop haut sur les toits en France. Les Français, en effet, semblent préfèrer une vision totalement cynique de quiconque ne semble pas être, directement ou indirectement, à raison ou à tort, l'allié de leur gouvernement. Mais sortons de la France et de son univers médiatique et revenons en Irak même. Quittons les voix françaises et laissons s'exprimer un peu un journaliste irakien. (Ce que, d'aucuns s'accorderont, ne doit pas être sans apport bénéfique du point de vue information…)

Tarek el-Tablawy souligne que durant toute la journée, les auditeurs de Radio Djila (ainsi que de Bagdad FM) semblent ignorer le "pays dévasté", "le protégé de la CIA", et autres ignomies (du point de vue français). Ils ont laissé éclater leur joie. "Il y a un sentement de bonheur parmi les auditeurs", disait le fondateur de Radio Djila, Ahmed al-Rikabi.

Ceux qui ont téléphoné aux deux stations ont aussi utilisé l'opportunité pour souligner que tous les Irakiens — les Sunnites, les Shi'ites, les Kurdes, et les Chrétiens — devront s'épauler devant les challenges auxquels le pays aura à faire face dans les mois qui viennent. "Je souhaite dire au nouveau gouvernement que tout le monde ici est uni" dit Layla…
Une attitude d'optimisme, et, jusqu'ici, d'approbation du nouveau gouvernement irakien, était aussi ce qu'avait vu Thanassis Cambanis du Boston Globe.

En d'autres mots, commentait le Captain Ed, en se référant aux pessimistes et aux cyniques du "camp de la paix" :

ça ne ressemble pas à une nation qui ne veut pas être libre qui veut faire front commun avec Al-Qaida, et qui veut vire dans un théocratie islamo-fasciste. Cela ressemble à un peuple qui veut être libre et que veut se débarrasser des brutes de Saddam et des brutes étrangères qui continuent à massacrer leurs concitoyens. En clair, cela ressemble à un pays qui veut se battre pour sa liberté.
Ahlala, qu'il est naïf, le Cap'n Ed. Ahlala, qu'il est naïf, Thanassis Cambanis. Qu'il est naïf, Tarek el-Tablawy. Qu'il est naïf, Ali. Qu'elle est naïve, Layla. Qu'il est naïf, Ali Abbas. Qu'ils sont naïfs, les auditeurs de Radio Djila. Qu'ils sont naïfs, les auditeurs de Bagdad FM. Qu'ils sont naïfs, les Irakiens qui ont répondu aux sondages en disant que leurs vies allaient mieux et qu'ils avaient de l'espoir et de l'optimisme pour l'avenir. Qu'ils sont naïfs, les Rosbifs, et les Ritals, et les Polacks, et tous les autres qui se sont rangés derrière le perfide Oncle Sam et qui auraient mieux fait de se taire. Qu'il est naïf, George W Bush. Ils n'ont rien compris. Il faudrait quand même faire quelque chose, il faudrait quand même expliquer à tout ce monde à quel point ils se sont mis le doigt dans l'œil…

(Évidemment, cela aiderait si tout ce beau monde — et en premier lieu, les Irakiens — ne se méfiaient pas tant soit peu des opinions "objectives" qui leur parviennent du berceau des droits de l'homme…)

Read an English article about Radio Djila

"Une réputation sulfureuse d'affairiste"

En France, rien n'a changé : il faut continuer de se moquer — Plantu en première ligne — du transfert de la souveraineté aux Irakiens, sinon le minimiser, le dédramatiser, ou, encore mieux, s'en servir pour… fustiger l'Oncle Sam.

Ainsi, les titres principaux sur la Une ("Le pouvoir a été rendu aux Irakiens" et Le retour de l'Irak sur la scène internationale) sous-entendent implicitement que c'était l'Amérique la scélérate qui avait pris le pouvoir aux Irakiens et avait enlevé leur pays de la scène internationale (c'est-à-dire en faisant l'oubli total des années d'horreur de Saddam, et en suggérant qu'il est indéniable qu'autrefois le Boucher de Bagdad était sine qua non le représentant légitime du peuple irakien).

Pendant ce temps, la une de la section économie enfonce les clous : "George W. Bush transmet aux Irakiens un pays dévasté". Car il est sûr que si l'Irak est "dévasté par la guerre et écrasé par une dette formidable", la dévastation et le triste sort économique du pays ne sont en rien dûs aux massacres en masse perpétrés par Saddam ou à l'achat de parfums français, de voitures de luxe allemandes, et 1500 tables de ping-pong (entre autres dépenses inutiles) par ses sbires pendant des dizaines d'années à des pays qu'on ne sait pas trop bien comment les décrire.

Le Monde parle aussi de guérilla et de rébellion, et nous apprenons que l'assassinat d'un Marine par des terroristes — pardon, par des activistes — a été décrit avec le verbe suivant : "un soldat américain, Keith Maupin, a été exécuté par ses ravisseurs".

Contrairement aux médias français, Allaoui traite les terroristes d'al-Qaida de "lâches". Ah, le pauvre. Décidément, comme les Américains, le nouveau premier ministre n'a rien compris. Pas plus que les citoyens du pays, comme Ali Abbas (19 ans) : "Nous tirerons nos armes en l'air … pour célébrer" quand Abou Mousab al-Zarkawi sera arrêté. C'est "un chien" (l'une des insultes les plus terribles dans le monde arabe). Décidément, l'Irak, comme les États-Unis, ont bien besoin d'intellectuels et de dirigeants français pour leur expliquer ce qui est bien et ce qui ne l'est pas.

Le plus fort, c'est un portrait d'une page entière à propos du nouveau premier ministre cité ci-haut : il nous informe que Iyad Alloaoui est le protégé de la CIA. Et à Patrice Claude de multiplier les expressions pour mettre en doute sa crédibilité (l'« honorable client », "une réputation sulfureuse d'affairiste") ; pour faire de l'ironie (le "futur pilote du grand projet démocratique américain") ; pour les fustiger, tant lui que les pays de la coalition (les "deux marionettistes, américain et britannique, qui tirent … les ficelles du pays", "les légions de Bush l'Ancien", la sanglante purge de 800 personnes qui est un fiasco secret "qui n'a coûté aucune vie américaine") ; et pour… le comparer à un gangster (sa ressemblance avec "Tony Soprano, le mafieux de la célébre série américaine") ! (Ce que Patrice Claude, gageons-le, n'a jamais fait avec Saddam Hussein.)

Pendant toutes ses ironies sur Allaoui ("le « Joe » dûment rétribué de la CIA", "leur poulain") et la perspective d'un processus démocratique en Irak ("un galop d'essai avant le grand derby électoral"), il n'y a jamais d'aveu que dans la lutte contre une dictature, même les démocrates humanistes avec le plus de principes n'ont parfois pas d'autres choix que de faire des compromis et travailler dans l'ombre. Ce n'est qu'à la moitié de l'article, et presque par accident, que nous apprenons que Iyad Allaoui n'est peut-être pas exactement le salaud intégral décrit jusqu'ici. (Il est vrai que cette description ne dure que le temps… d'une seule phrase : "Héritier d'une grande famille commerçante chiite de Nassiriya, fils d'un médecin qui fut parlementaire sous la monarchie, neveu d'un homme qui fut ministre de la santé jusqu'à la chute du roi, en 1958, et petit-fils d'un grand notable qui participa aux négociations devant mener l'ancienne Mésopotamie à l'indépendance en 1932, Iyad Allaoui a la politique dans le sang".)

Vers la fin de l'article, nous apprenons enfin le pourquoi du parti pris de Patrice Claude et du Monde : "le 27 mai, leur poulain est nommé chef du gouvernement intérimaire, n'en déplaise aux Nations unies — et aux Français, que l'intéressé méprise." Eh ben voilàaaaaa… fallait le dire tout de suiiiiiiiite…

Peut-être qu'avec une page entière de place, Patrice Claude aurait pu expliquer pourquoi Iyad Allaoui ne porte pas l'Hexagone dans son cœur (au lieu d'utiliser le verbe "mépriser", qui suggère manque de rationalité, voire arrogance) ! Mais comme évoquer les relations affairistes de Paris et de l'ONU avec Saddam Hussein est rarement à l'ordre du jour dans les médias de ce pays, et comme, par ailleurs, la meilleure défense est la contre-attaque (même si à priori ce n'est pas le rôle de la presse indépendante, diraient certains), il est vrai qu'il vaut mieux ridiculiser l'homme et les pays de la coalition. Cela, plutôt que d'expliquer que pour cet homme avec "une réputation sulfureuse d'affairiste", peut-être que la France donne l'image d'un pays avec "une réputation sulfureuse d'affairiste", un pays pour qui Saddam était l'équivalent du poulain gagnant du derby à tous les coups…

Si Tony Soprano avait pu réussir un tel coup, il serait un homme fier (et riche)…