Share It

2004/10/02

La pensée écologique unique

Le mensonge écolo :
Et si le réchauffement climatique mondial, par la faute de l'effet de serre dû à l'activité industrielle depuis un siècle, n'était qu'une hypothèse non vérifiée, pis, un fantasme plongeant ses racines aux sources de la plus pure tradition malthusienne et eugéniste ? Et si, après tout, George W. Bush, en refusant de ratifier le protocole de Kyoto sur la réduction d'émission du CO2, faisait preuve d'un solide bon sens et d'un pragmatisme économique très anglo-saxon ? …

2004/09/28

Une victoire de plus pour l'ONU, pour le multilatéralisme, pour les principes, pour la solidarité, et pour le dialogue avec le respect mutuel

While the multilaterial process moves along in its slow, dignified way, the killing continues in Sudan.
How jolly good it is to be principled. Now that the French foreign minister has requested that no international conference about Iraq be held unless the issue of the departure of American troops is put on the agenda, I think it not unuseful to have another look at the David Brooks article in the New York Times on how the Iraqi crisis could have been averted. Something that could have happened had only George W Bush been man enough to listen to the international community instead of acting unilaterally and arrogantly like a trigger-happy cowboy and had he only engaged in meaningful dialogue with respect for his interlocutors… Had Dubya only acted like we're doing — like we're all doing — in Sudan now…
And so we went the multilateral route.

Confronted with the murder of 50,000 in Sudan, we eschewed all that nasty old unilateralism, all that hegemonic, imperialist, go-it-alone, neocon, empire, coalition-of-the-coerced stuff. Our response to this crisis would be so exquisitely multilateral, meticulously consultative, collegially cooperative and ally-friendly that it would make John Kerry swoon and a million editorialists nod in sage approval.

And so we Americans mustered our outrage at the massacres in Darfur and went to the United Nations. And calls were issued and exhortations were made and platitudes spread like béarnaise. The great hum of diplomacy signaled that the global community was whirring into action.

Meanwhile helicopter gunships were strafing children in Darfur.

We did everything basically right. The president was involved, the secretary of state was bold and clearheaded, the U.N. ambassador was eloquent, and the Congress was united. And, following the strictures of international law, we had the debate that, of course, is going to be the top priority while planes are bombing villages.

We had a discussion over whether the extermination of human beings in this instance is sufficiently concentrated to meet the technical definition of genocide. For if it is, then the "competent organs of the United Nations" may be called in to take appropriate action, and you know how fearsome the competent organs may be when they may indeed be called.

The United States said the killing in Darfur was indeed genocide, the Europeans weren't so sure, and the Arab League said definitely not, and hairs were split and legalisms were parsed, and the debate over how many corpses you can fit on the head of a pin proceeded in stentorian tones while the mass extermination of human beings continued at a pace that may or may not rise to the level of genocide.

For people are still starving and perishing in Darfur.

But the multilateral process moved along in its dignified way. The U.N. general secretary was making preparations to set up a commission. Preliminary U.N. resolutions were passed, and the mass murderers were told they should stop — often in frosty tones. The world community — well skilled in the art of expressing disapproval, having expressed fusillades of disapproval over Rwanda, the Congo, the Balkans, Iraq, etc. — expressed its disapproval.

And, meanwhile, 1.2 million were driven from their homes in Darfur.

There was even some talk of sending U.S. troops to stop the violence, which, of course, would have been a brutal act of oil-greedy unilateralist empire-building, and would have been protested by a million lovers of peace in the streets. Instead, the U.S. proposed a resolution threatening sanctions on Sudan, which began another round of communiqué-issuing.

The Russians, who sell military planes to Sudan, decided sanctions would not be in the interests of humanity. The Chinese, whose oil companies have a significant presence in Sudan, threatened a veto. And so began the great watering-down. Finally, a week ago, the Security Council passed a resolution threatening to "consider" sanctions against Sudan at some point, though at no time soon.

The Security Council debate had all the decorous dullness you'd expect. The Algerian delegate had "profound concern." The Russian delegate pronounced the situation "complex." The Sudanese government was praised because the massacres are proceeding more slowly. The air was filled with nuanced obfuscations, technocratic jargon and the amoral blandness of multilateral deliberation.

The resolution passed, and it was a good day for alliance-nurturing and burden-sharing — for the burden of doing nothing was shared equally by all. And we are by now used to the pattern. Every time there is an ongoing atrocity, we watch the world community go through the same series of stages: (1) shock and concern (2) gathering resolve (3) fruitless negotiation (4) pathetic inaction (5) shame and humiliation (6) steadfast vows to never let this happen again.

The "never again" always comes. But still, we have all agreed, this sad cycle is better than having some impromptu coalition of nations actually go in "unilaterally" and do something. That would lack legitimacy! Strain alliances! Menace international law! Threaten the multilateral ideal!

It's a pity about the poor dead people in Darfur. Their numbers are still rising, at 6,000 to 10,000 a month.

Remember, les amis: why Saddam Hussein and not other dictators? Why Sudan and not other countries? If you can't act against all, act against none. Inaction is better than inequality, or the perception of inequality…

Oh, and before I forget: What a glorious day it was for France when UN delegates applauded de Villepin's speech slamming Yankee intervention against Saddam Hussein… To act against Saddam, non; to act against Sudan, non. (Or at best, let the action be speeches without backup force.) But to act against l'Oncle Sam (whether in the Spring of 2003 or in the Fall of 2004), alors, là, oui!

(Shookhran, Gregory Schreiber)

"Les gens avec qui je discutais n'étaient jamais allés voir Fox News ; ils basaient leur attitude exclusivement sur ce qu'on leur avait appris…"

Stéphane analyse
la façon dont la propagande fonctionne en tant que système. Les préoccupations qui agitent les penseurs autour des médias s'orientent davantage vers la profusion de l'information — perçue comme un effet négatif — que vers sa qualité. Pourquoi s'inquiètent-ils autant de la profusion et si peu de la qualité? C'est que les deux termes ont une signification particulière dans leur vocabulaire.

Ce que les intellectuels … dénigrent en parlant de profusion d'information, c'est l'information incontrôlée. Il faut voir dans ce qu'ils appelle l'information de qualité une information convenablement éditée, commentée, mise en forme, avec les bons enseignements qu'il faut en tirer, les conclusions amenées sur leur tapis rouge. Cette obsession de l'analyse est typique d'une caste d'intellectuels qui justifie son existence: c'est leur rôle de déduire et de commenter l'information brute, jamais, ô grand jamais, celui de l'auditeur. Tout au plus peut-on l'amener en lui tenant la main le long du chemin prévu pour lui, afin qu'il fasse le dernier petit pas.

Cette explication permet aisément de comprendre pourquoi "qualité" et volume s'excluent mutuellement. La mise en forme, que d'autres appelleraient manipulation ou désinformation, requiert temps et attention. C'est donc incompatible avec une information immédiate et disponible à travers de multiples sources non contrôlées. Ces dernières se contentent d'ailleurs le plus souvent de recopier les dépêches des agences.

Pour que le système fonctionne correctement, il faut neutraliser toute nouvelle source crédible qui ne participe pas de la même "ligne éditoriale". Lorsqu'un challenger apparaît dans une chasse gardée comme la presse écrite ou la télévision, la réaction est immédiate et totale. L'objectif de cette réaction n'est pas tant de couper l'accès du nouveau venu aux auditeurs que de le décrédibiliser complètement à leurs yeux, de l'isoler et de le tourner en ridicule afin de réduire et de marginaliser son audience.

Le cas de Fox News nous donne un exemple édifiant de l'ampleur du phénomène et de son fonctionnement. …

…bizarrement, tous les médias de France abordèrent le sujet Fox News comme un seul homme pour en dire la même chose: il-ne-fallait-pas-regarder-cette-chaîne. Tout en dévoilant son existence, il s'agissait surtout de la présenter immédiatement comme un média marionnette du gouvernement américain, à la botte de George W. Bush, donnant des informations déformées à l'extrême et souffrant d'un biais que même la Pravda n'osait afficher au plus fort de l'époque soviétique. Rien que ça! Tous ceux qui osaient la regarder étaient naturellement des crétins, des introvertis et des abrutis à divers degrés.

Je ne sais pas pourquoi les médias se mirent à tirer à boulets rouges avec une telle synchronisation. … Les auditeurs français furent appelés à se méfier de Fox News et à considérer tout ce qui en sortait comme des mensonges sans même l'avoir vue une seule fois de leurs propres yeux.

L'objectif fut atteint au-delà de toutes les espérances, j'eus l'occasion d'en faire l'expérience. …

Plusieurs de mes interlocuteurs me rétorquèrent sèchement qu'il n'était pas question de suivre [un hyperlien vers Fox News]. Ils refusaient de télécharger [la présentation texto de Colin Powell à l'ONU, un dossier factuel entièrement neutre de toute ligne éditoriale, quelle qu'elle soit] pour la lire, parce qu'elle provenait du site de Fox News. J'eus plusieurs retours dans ce style, venant de personnes qui ne se connaissaient pas entre elles.

Fox News était dans leur esprit un réseau tellement indigne de confiance qu'il n'était pas concevable d'y aller ne serait-ce que pour en ramener un fichier informatique! Un tel aveuglement volontaire est spectaculaire. Je suppose que même le service de météo de la chaîne devait être "inféodé à George W. Bush et aux industries pétrolières".

J'eus la confirmation de vive voix que les gens avec qui je discutais n'étaient jamais — ô grand jamais! — allé voir cette chaîne pas plus que son site; ils basaient leur attitude exclusivement sur ce qu'on leur avait appris, bien incapables qu'ils étaient de me citer un seul exemple concret qui appuie leur ostracisme délirant. Fox News était victime de sa mauvaise réputation, une mauvaise réputation totalement artificielle et installée à dessein.

Quand je demandais leurs raisons, ils me récitèrent leur catéchisme: "on sait bien que Fox News appuie le gouvernement Bush", "on sait parfaitement qu'ils manipulent l'information", "tout le monde sait qu'ils ne livrent qu'un tissu de mensonges."

Devinez d'où sort ce "on", d'où provient cette soudaine sagesse populaire implacable et définitive.

Certains de ces arguments ont l'apparence du vraisemblable sans pour autant être scandaleux: après tout, rien n'empêche une chaîne pro-gouvernementale d'exister, ce n'est pas un crime.

Mais c'est en prenant du recul que chacun peut s'apercevoir de leur mauvaise foi totale. Jamais un discours aussi extrémiste ne sera tenu face à d'autres médias étrangers biaisés d'une façon qui sied aux médias français. Si vous avez jamais entendu du mal d'Al-Jazeera, ce sera sans proportion avec ce que reçoit la chaîne américaine.

L'argument d'une chaîne indigne parce qu'inféodée à un gouvernement ne tient pas debout, lorsque cet argument sort de la bouche d'un spectateur régulier de France2 et France3 — chaînes d'autant plus soumises au pouvoir qu'elles sont carrément nationalisées. …

(Lire le post en son entièreté…)

2004/09/27

La grande leçon de la démocratie américaine

Quand un journal n'a pas d'autre choix que de publier un article sur un VIP pro-américain (en l'occurrence, l'auteur Yves Roucaute), mieux vaut le glisser dans le supplément littéraire, de préférence au milieu d'innombrables articles qui discréditent et caricaturent les Américains… (Noter aussi à quel point les questions du journaliste se situent dans la logique de la pensée dite unique de l'Hexagone…)
Yves Roucaute : …Si j'étais hégélien, je dirais que l'esprit de la liberté «s'objective» aujourd'hui dans les Etats-Unis d'Amérique. Même si celle-ci n'a évidemment pas le monopole de la liberté ; l'Amérique constitue, à mes yeux, le navire amiral des républiques libres.

Paul-François Paoli : Vous avez approuvé sans réserve la politique de George W. Bush en Irak. Que pensez-vous de son revers ?

Cette intervention était nécessaire pour trois raisons : la première, et la plus importante, étant qu'il fallait mettre hors d'état de nuire une tyrannie barbare. Les pacifistes qui manifestent contre Bush ne se sont jamais manifestés pour protester contre les massacres commis par ce régime dont les victimes sont évaluées à 2 millions de personnes depuis que Saddam était au pouvoir. Deuxième raison : la guerre contre le terrorisme que celui-ci finançait. Je pense aux 25 000 dollars versés aux familles des kamikazes anti-israéliens, ou au soutien apporté à des groupes comme celui d'Haaouri, l'un des plus violents. Il avait aussi hébergé et financé, dès 1988, Abou Nidal ainsi que le FPLP commandement spécial, crée des groupes comme l'Ansar, qui, responsable d'attentats commis en Israël et en Jordanie, s'apprêtait à en réaliser aux Etats-Unis. La troisième raison est celle des armes de destruction massive. Saddam Hussein en avait puisqu'il les a utilisées contre l'Iran. Nul ne sait s'il les a détruites, où, ni quand. Tout cela explique que, lorsque les Américains sont arrivés en Irak, la population les a acclamés. …

La Puissance de la liberté est un plaidoyer néo-conservateur. Comment définissez-vous ce courant qui domine le Parti républicain américain ?

Aux Etats-Unis, néo-conservateur correspond à ce que nous appelons «libéral» en France. Alors que «libéral» signifie, là-bas, de gauche ou «progressiste». Il faut donc se méfier des confusions. Le néo-conservatisme américain repose sur l'idée qu'il n'existe que des individus concrets qui ont en commun une loi morale d'origine divine. Cette loi, qui provient de l'Ancien et le Nouveau Testament, nous donne des droits humains que nul ne peut nous retirer. Ce qui veut dire qu'aucune majorité ni minorité politique, aucune oligarchie, ni aucun Etat ne peuvent les abroger. La grande leçon de la démocratie américaine, c'est d'avoir compris qu'en fondant les droits individuels sur un principe transcendant, on les rendait inaliénables. C'est pour cela qu'il n'y a jamais eu de régime totalitaire aux Etats-Unis, comme il y en a eu en Europe.

Peut-on critiquer la politique américaine sans être anti-américain ? A vous lire, on en doute...

Ce que je dénonce ce n'est pas la critique d'une politique, mais la manie qu'ont les Français de rabaisser les dirigeants américains, en particulier George W. Bush, que l'on traite de crétin régulièrement. C'est, en tout cas, ce que j'entends dans tous les dîners mondains où je vais. G. W. Bush est quand même diplômé de Yale et de la Business School de Harvard. Je peux vous dire que je n'ai pas un étudiant qui ait atteint le niveau pour y entrer. Nous sommes un pays où l'on défile en brûlant le drapeau américain, et où l'on insulte son président, mais où l'on trouve scandaleux que les Américains nous critiquent. Regardez Marianne qui lance une campagne de pétition contre l'élection de Bush. Vous imaginez si des pétitions avaient lieu aux Etats-Unis contre l'élection de Chirac, le tollé qui se produirait en France ?

Vous dressez un tableau calamiteux de l'histoire de France. Ne croyez-vous pas qu'il vaudrait mieux aider les Français à se réconcilier avec leur passé ?

Non. Je pense qu'il est urgent de nous débarrasser des schémas de pensée archaïque qui, à droite comme à gauche, ont dressé un véritable culte à l'Etat à travers ce que j'appelle le modèle bonapartiste. Mise à part la Russie, il n'y a plus qu'en France que l'on voue un culte à Napoléon. Pour les autres pays d'Europe, c'est incompréhensible. Voilà quand même quelqu'un qui a rétabli l'esclavage, dont les troupes ont commis, en Espagne, des massacres comparables à Oradour-sur-Glane, qui a fait des lois antijuives en France ! Il faudrait quand même avoir un jour le courage de regarder le passé tel qu'il a été réellement.

2004/09/26

Est-ce que le président français accepterait d'être interrogé ainsi?…

Bob Woodward, auteur de Plan d'attaque :
…quand on a du temps, on peut amener les dirigeants à répondre. Il faut reconnaître à Bush de m'avoir répondu, pendant trois heures et demie. Est-ce que le président français accepterait d'être interrogé ainsi, de façon précise, sur ce qu'il a dit ou fait à tel moment ou dans telle réunion? Je ne crois pas. Mais ce n'est pas facile. Ils n'aiment pas ce que je fais. Un jour, c'est oui, l'autre jour, c'est non. Rumsfeld changeait constamment d'avis. Pourtant, il a fini par me recevoir, pendant deux heures et demie, et il m'a donné des informations de son propre mouvement.