There was an error in this gadget

2010/04/08

"En France, les pratiques discriminatoires et le racisme ordinaire sont les mauvaises herbes que les autorités ne se donnent pas la peine de traiter"

Dans son compte rendu Le Monde du livre de Christian Roudaut une enquête qui « s'intéresse exclusivement aux Français "exilés" dans des pays occidentaux à niveau de développement "comparable à celui de la France" » —, Marine Jacot écrit ce qui suit sur le tome intitulé France, je t'aime je te quitte (Ce que les Français de l'étranger nous disent) :
Guère migrants au siècle dernier, les Français s'expatrient en plus grand nombre depuis 2000. Ils représentent, selon les estimations, environ 2,5 millions de personnes - l'équivalent de la population du département du Nord. … Parmi ces émigrés, 48 % vivent dans un pays européen, 20 % sur le continent américain et 15 % en Afrique.

…Premier constat : parmi les nouveaux expatriés figurent beaucoup de jeunes Français issus de l'immigration. Plusieurs d'entre eux racontent pourquoi ils sont partis chercher (et ont trouvé) à Stockholm, Londres, Amsterdam ou San Francisco ce que "l'égalité républicaine" ne pouvait leur offrir. Verdict : "En France, les pratiques discriminatoires et le racisme ordinaire sont les mauvaises herbes que les autorités ne se donnent pas la peine de traiter sérieusement". "La France, on l'aime ou on la quitte", proclamait en 2007 le slogan du Front national, parodié par le candidat Sarkozy ("Qu'ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu'ils n'aiment pas"). Ils disent qu'ils l'aimaient et l'aiment toujours.

…Constats et verdicts sont moins convaincants [Mais pourquoi donc, Madame Jacot ?!] sur la "fuite des chercheurs hexagonaux" ou celle des stars installées sous d'autres cieux, dont les cas sont trop particuliers. Les témoignages d'expatriés sur le rapport obstinément malsain des Français avec l'argent ("qui corrompt, achète, écrase, tue et ruine", assénait Mitterrand en 1971) et leur méfiance à l'égard de l'enrichissement, qui "paraît souiller de façon indélébile son bénéficiaire" sont plus intéressants, qu'ils émanent de patrons comme Pierre-Yves Gerbeau (X-Leisure) ou d'entrepreneurs moins connus.

No comments: