Share It

2010/12/06

Si la limitation excessive de la vitesse engendre la somnolence, qui elle-même cause des accidents, une augmentation de la limite serait salvatrice

La frénésie anti-vitesse du gouvernement a entrainé une recrudescence des accidents liés à la somnolence. Mais au lieu de casser la monotonie de la conduite sur autoroute en augmentant la vitesse limite, le gouvernement a décidé de sanctionner les conducteurs…
Alors qu'Instapundit fait remarquer très pertinemment que la raison principale de la limite de vitesse aux Etats-Unis (55 mph/90 kmh) était pour réaliser des revenus (The speed limits are ridiculously low so that cities have an unending source of revenue), la dénonciation de La Ligue de Défense des Conducteurs se poursuit :
A court d'idées pour intensifier sa répression sur les conducteurs, l'Etat a désormais décidé de sanctionner la somnolence au volant. Si les moyens restent toujours à définir, le mot d'ordre est encore une fois de privilégier la répression sur la prévention. Une nouvelle qui rouvre le débat sur la monotonie de la conduite sur autoroute et le bien-fondé de l'augmentation de la vitesse limite à 150km/h.

Il était temps ! Le gouvernement a enfin reconnu que la somnolence au volant était un vrai danger, responsable d'au moins un accident mortel sur trois sur autoroute. Une belle avancée au niveau du constat, mais pas des moyens mis en œuvre pour endiguer ce phénomène.

En effet, pour lutter contre ce fléau, les autorités ont une idée "originale" : la répression ! Oui, il est désormais question de sanctionner la somnolence.

Réprimer au lieu de prévenir, on reconnait bien là les méthodes de notre gouvernement. Pourtant, il conviendrait de s'interroger sur les causes de la somnolence au volant, qui touche les conducteurs principalement sur autoroute. De toute évidence, la monotonie du trajet est un facteur important d'endormissement au volant.

Imaginez-vous… 2x3 voies, grande ligne droite, soleil au beau fixe, personne sur la route et pourtant…obligation de maintenir sa vitesse en-dessous de 130km/h, voire 110km/h sur certains tronçons !

Le moindre écart étant sévèrement réprimé, les conducteurs sont forcés de rouler à une vitesse excessivement basse. Pour être sûrs d'échapper aux flashs des radars, certains utilisent des régulateurs de vitesse…qui sont maintenant, eux aussi, dans le collimateur du gouvernement, accusés de réduire la vigilance des conducteurs !

Les autorités et leur frénésie répressive ont mis en place les conditions pour une conduite soporifique, et maintenant ils veulent nous sanctionner sur les effets de leur politique au lieu de s'interroger sur les causes !

Les experts eux-mêmes avouent qu'il est difficile de quantifier voire de repérer les cas de somnolence au volant, et pourtant les autorités prétendent pouvoir les sanctionner.

Si la limitation excessive de la vitesse engendre la somnolence, qui elle-même cause des accidents, de toute évidence une augmentation de la limite de vitesse de 130km/h à au moins 150km/h serait salvatrice.

Avec une limite de vitesse plus élevée, il se passerait plus de choses sur la route, les conducteurs seraient plus concentrés et il y aurait moins de cas de somnolence. En pouvant rouler plus vite, ils raccourciraient leur temps de trajet, ce qui leur permettrait de s'arrêter plus longtemps et plus souvent pour faire des pauses, et pouvoir reprendre la route à leur rythme en toute sérénité.

Bref, nul besoin de réprimer, il suffit juste d'ajuster.

No comments: