There was an error in this gadget

2016/07/09

De 495.000 PVs par an à 212.000 : "La baisse des PVs n'a pas provoqué de changement notable dans le nombre d'accidents ou dans celui des décès de la route"

Avec une douzaine de policiers abattus (dont cinq sont morts, les autres gravement blessés) par un sniper protestant contre la "brutatlité policière", Dallas est dans les infos en ce moment.

Un article de Radley Balko dans le Washington Post sur la police à Dallas explique que, a priori, les policiers de la ville texane sont — très bien — vus, et cela par tous les segments de la population. Depuis deux ans, en effet,
il y a eu un grand nombre de rapports sur les effets dévastateurs sur les pauvres qui viennent de l'application agressive des infractions de la circulation et d'autres infractions mineures. [Dallas Police Chief David Brown] était en avance sur la courbe ici, aussi. Entre 2007 et 2013, le nombre de PVs à Dallas a chuté de 495.000 à moins de 212.000. C'est une réduction massive.

Brown a réaffecté patrouilles de la circulation à des endroits qu'il sentait étaient plus propices à la sécurité publique. Au cours des dernières années, nous avons vu des exemples épouvantables de villes intensifiant l'application des lois mesquines — souvent au détriment de la sécurité pour des crimes violents et des vols — afin d'aider à combler les déficits budgétaires. Brown a rejeté cette approche.

"Le but de l'application de la circulation est d'améliorer la sécurité routière, et non pas d'accroître les recettes", Brown a déclaré au journal Dallas Morning News. «Nous ne croyons pas que les citoyens de Dallas veulent que les membres de son département de police écrivent des PVs afin d'accroître leurs recettes."

La baisse des PVs n'a pas provoqué de changement notable dans le nombre d'accidents ou dans celui des décès de la route.
Instapundit ajoute :
Eh bien, c'est parce que, la plupart du temps, les PVs ont tout à voir avec les revenus, et rien avec la sécurité.

No comments: