There was an error in this gadget

2016/11/29

With the A380 Selling Badly, Airbus Slashes 1,000 Jobs Across Europe

As Airbus gets ready to slash 1,000 jobs among its European workforce, Le Monde's Guy Dutheil informs its readers that, because airlines are dissatisfied with the A380, built to compete with Boeing's 747 jumbo jet, its flagship is selling badly.
Clap de fin programmée ou atterrissage en douceur pour l’A380 ? Le plus gros avion commercial du monde, chouchou des passagers, connaît des heures difficiles.

A la surprise générale, en juillet, en plein Salon aéronautique de Farnborough (Royaume-Uni), au moment où les avionneurs mesurent leur puissance à la longueur de leurs carnets de commandes, Fabrice Brégier, le PDG d’Airbus, annonçait un coup de frein dans la production des A380. L’entreprise veut la réduire de moitié. Dès 2018, il ne sortira plus des chaînes de montage qu’un seul exemplaire du superjumbo contre deux aujourd’hui. La raison en est simple : le navire amiral d’Airbus se vend peu ou mal.

A sa création, les cieux semblaient pourtant cléments pour le futur quadrimoteur. C’est le 18 décembre 2000 qu’Airbus frappe les trois coups de l’A380. Singapore Airlines devient alors la compagnie de lancement du nouvel avion. Selon ses vœux, le projet « 3XX », nom de code de l’appareil, se transforme officiellement en A380. Singapore Airlines a choisi le 8, un chiffre porte-bonheur en Asie. La mise en chantier du futur gros-porteur fait grand bruit.
In a twin article, Guy Dutheil writes:
C’est que, depuis des années déjà, [les compagnies aériennes] ne sont pas pleinement satisfaites par cet avion, qui, s’il est l’un des préférés des passagers, se révèle coûteux (son prix catalogue est de 428 millions de dollars).

No comments: