There was an error in this gadget

2013/04/29

40 Millions d'automobilistes dénoncent les radars "qui piègent"

L'association 40 Millions d'automobilistes assure avoir reçu 67 000 réponses à son "audit participatif", lancé le 17 octobre 2012, sur  le site Racontemoitonradar.com
écrit Le Monde (avec un article similaire de l'hebdo Le Point).
Les internautes y dénoncent les radars "qui piègent".


Il existe plusieurs sortes de pièges, selon 40 Millions d'automobilistes.

L'incohérence : une même route est limitée à une vitesse différente selon le sens dans lequel on la prend : 90 km /h dans un sens, 70 dans l'autre

Voici par exemple ce que raconte Catherine D. (Haute-Vienne): "Sur l'autoroute A20 pendant la traversée de Limoges, la vitesse est réduite à 110km/h dans les deux sens. Sauf que dans le sens province-Paris (et pas dans l'autre sens !). Il y a une limitation de vitesse à 90 km/h pendant environ 500m et bien entendu un radar est justement placé à cet endroit. Il suffit de doubler un bus ou un camion pour ne pas voir le panneau de limitation."

Autre témoignage, celui de Patrick R. (Calvados): "A Loucelles, en direction de Cherbourg Octeville vers Paris, une succession de limitations de vitesse puis à l'entrée de la ville, le radar est juste au niveau du panneau de limitation à 70 km/h ! Vitesse retenue 72 km/h ! Impossible de réagir ! il fallait le deviner ce radar = Amende 45 euros 1 point retiré." 

• L'implantation en bas d'une descente, alors que la voiture a tendance à accélérer. Voici par exemple le témoignage de Jean-Guy L. (Pyrénées-Atlantiques): "Commune de Saint-Jean-de-Luz, sur l'A63, sens France-Espagne en descente, pour une vitesse limitée à 110 km/h. Il n'y a aucun danger, ce n'est pas une zone accidentogène, et si l'on n'est pas muni d'un régulateur de vitesse on doit freiner pour ne pas se faire prendre."

Le radar caché. Voici par exemple ce qu'en dit Laziz H. (Val-de-Marne) : "Une avenue de Choisy-le-Roi est limitée à 30 km/h. Aucune raisdon pour qu'elle ne soit pas à 50 km/h/ En plus, il y a un radar perché et caché sur un portique à hauteur des arbres. Il a fallu deux PV pour que je découvre ce radar."

Le radar positionné dans une zone courte de vitesse abaissée: Alain H. (Landes) raconte ainsi que son fils "a été piégé par le radar placé à Labouheyre sur la N 10 en direction de Bayonne": "Le panneau de signalisation est placé plus de deux km en amont, ce qui fait que les automobilistes pensent l'avoir déjà dépassé jusqu'au flash fatal dans une zone de vitesse abaissée à 90 Km/h au lieu de 110 km/h sur le reste du trajet."

Les automobilistes dénoncent aussi la vitesse abaissée, la remise en cause de la signalisation, le radar après le danger, le radar en zone de dépassement, l'entrée-sortie d'agglomération.

L'association va remettre ses résultats au ministre de l'intérieur, Manuel Valls. Elle réclame un audit de l'implantation des radars en France.

Elle demande que le rappel de la vitesse à respecter se situe au niveau du panneau avertisseur de radar. Elle souhaite que l'on mette des radars pédagogiques (qui indiquent la vitesse sans la flasher) dans les zones de descente  ou les entrées d'agglomération.

"Il ne s'agit pas de pourfendre les règles, il ne s'agit pas de lancer u appel à la déresponsabilisation des automobilistes", précise Daniel Quéro, le président de l'association.
Noter tout de même la différence de ton choisi par Le Monde pour différencier entre l'organisme privé (mise en doute) et les dires du gouvernement (à prendre comme du pain bénit) :

• "L'association 40 Millions d'automobilistes assure avoir reçu 67 000 réponses"

• "Rappelons en effet les radars ont permis d'éviter quelque 15 000 accidents mortels et 62 000 accidents non mortels, entre novembre 2003 et décembre 2010, selon une étude de l'Institut français des sciences et technologies des transports, de l'aménagement et des réseaux (Ifsttar)"

Franck Marie rappelle que 
L'IFSTAR est un institut entièrement payé par l'etat, mais sa denomination "institut" tente à faire croire qu'il s'agit d'un etablissement independant, il n'en est rien.

No comments: