There was an error in this gadget

2017/10/06

La perversité du système de contrôle radar et de l'abattage de PV : une manne qui a peu à voir avec la sécurité des Français


Vincent Delahaye (UDI) vient … de publier un rapport au Sénat 
écrit Le Point
 … en réalité, c'est une instruction à charge, feutrée certes, car il s'agit d'un rapport sénatorial, mais en réalité assassine sur l'installation des radars, avant tout tournés vers la production de recette. La noble tâche qui consiste à résorber les accidents mortels vacille en effet lorsqu'on s'aperçoit que ce sont les piétons et les cyclistes qui viennent désormais gonfler la statistique.

Après le révoltant nouvel article du Code de la route qui sanctionne le propriétaire d'un véhicule pour la non-dénonciation de l'identité du conducteur, voilà clairement établie la perversité du système de contrôle radar. Supposé éduquer le public, il est là en réalité pour remplir le tiroir-caisse de l'État. En effet, la belle mission qui consiste à protéger le conducteur de lui-même et de ses mauvais penchants n'a plus du tout la même logique qu'au temps des premières mesures de sécurité routière en 1975. Et Vincent Delahaye le dit au Figaro lorsqu'on lui demande la pertinence de l'implantation des radars, curieusement beaucoup plus nombreux sur les autoroutes que sur les routes, ces dernières étant pourtant plus accidentogènes. Quelle est la raison de cette préférence géographique de l'administration  ?

Moins de radars dans le 93 et en Corse

« Je ne dis pas qu'elle cède à la facilité, mais on sait que, sur autoroute, le matériel ne sera pas vandalisé et qu'il est plus facile à installer. L'administration, elle, considère que l'on éduque les conducteurs sur autoroute. Avec des radars sur ces axes, on leur donne l'habitude de rouler moins vite ailleurs  ! » avance Vincent Delahaye, qui corrobore ce raisonnement de façon insolite en relevant les départements qui sont les moins « radarisés ».

Ainsi, selon son rapport, le taux d'équipement moyen des routes françaises étant à 0,64, le taux tombe à 0,11 en…. Seine-Saint-Denis, en toute dernière position en matière d'équipement. « Je n'ai pas réussi à trouver une explication à ce sous-équipement, admet le rapporteur. On ne peut qu'avancer une hypothèse comme la crainte du vandalisme. On mettrait moins de radars dans le 93 par peur de dégradations qui entraînent des réparations toujours coûteuses. »

Si l'on rapproche cet exemple de la Corse ou des régions d'outre-mer qui sont dispensées des nouveaux types de radars déployés ailleurs (radars tronçons, radars de chantier), on aboutit à la conclusion que, une fois de plus, c'est le bon citoyen qui est traqué. En revanche, là où le maintien de l'ordre est beaucoup plus délicat, la durée de vie d'un nouveau radar est très brève. Compte tenu de l'investissement dans ces boîtes à images (à partir de 40 000 euros), l'État pragmatique préfère s'abstenir. Les zones de non-droit existent aussi pour les usagers de la route.

Néanmoins, cela reste, là où c'est possible, une très bonne affaire, et le gouvernement Macron ne s'y est pas trompé en accélérant sur l'équipement des routes en radars, au nombre actuellement de 4 600. Et ceux-là, mieux qu'un casino, gagnent à tous les coûts, déversant dans les caisses de l'État une manne qui a peu à voir avec la sécurité des Français. Sinon, pourquoi ne s'occuperait-on pas en priorité des accidents domestiques qui font 20 000 victimes chaque année dans l'indifférence totale, alors que les 3 700 tués sur la route occupent largement la propagande de l'État  ? La réponse tient bien sûr dans les recettes des radars.

1,6 milliard de recettes

« Selon la projection pour 2017, l'argent des radars, mais aussi le produit des amendes liées aux infractions routières vont rapporter 1,6 milliard, révèle Vincent Delahaye. On sait que 425 millions vont aller à l'Agence de financement des infrastructures de transport de France, que 250 millions d'euros iront à l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions, que 30 millions financeront le procès-verbal électronique ou encore que 430 millions d'euros participeront au désendettement de l'État. Ce volet est clair.  »

À cela s'ajoutent les 650 millions d'euros qui vont, en général, nourrir les collectivités locales et dont l'affectation, c'est le moins qu'on puisse dire, n'est pas très claire. En théorie, il s'agit pour elles de « financer des équipements permettant d'améliorer la sécurité routière, mais, assure Vincent Delahaye, on ne sait pas ce qu'il advient de cette enveloppe et on ignore les réalisations qui ont suivi. Il faut améliorer la traçabilité dans ce domaine », conclut prudemment le rapporteur.

Au moment de dire s'il faut poursuivre dans cette voie, Vincent Delahaye assure qu'il y a une corrélation entre la montée du nombre des radars et la baisse du nombre des accidents. Un peu simpliste comme constatation, alors qu'à elles seules les améliorations apportées par les systèmes de sécurité embarqués et les aides à la conduite des automobiles modernes en font bien plus. Et cela est vrai depuis l'instauration de la ceinture de sécurité, des airbags, de l'ABS et de l'anti-dérapage ESP dont sont équipées toutes les voitures aujourd'hui. L'ignorer est tordre le raisonnement et nuire à la poursuite d'une action de sécurité routière réellement efficace pour le futur.

Une autre politique

Le rapporteur du budget l'admet en disant que le déploiement des radars automatisés « a parfaitement répondu au combat qui était mené contre la vitesse. Mais il faut envisager une autre politique et s'attaquer à d'autres fléaux, comme l'alcool au volant. Or, malgré le rôle important de l'alcool dans les accidents, les moyens ne sont pas engagés. Le gouvernement poursuit imperturbablement son action contre la vitesse », déplore avec bon sens Vincent Delahaye.

Le prochain comité interministériel de sécurité routière exposera en la matière la doctrine Macron dont il y a tout à redouter sur l'ignorance des faits exposés, notamment par ce rapport sénatorial qui est une bonne surprise dans le concert d'absurdités proférées sur le sujet. Mais que l'on se rassure, rien ne devrait changer dans l'approche mercantile de la sécurité routière sur le thème rabâché : « On veut votre bien, malgré vous… et [plus bas] celui de nos finances. »

La preuve : le projet de loi de finances pour 2018 entend augmenter les recettes des radars de 10 % en fonction du déploiement de 100 nouveaux radars et des voitures banalisées (440, au lieu de 383 en fin d'année) confiées à des sociétés privées qui feront de l'abattage de PV. Après la hausse des recettes de 25 % cette année, on comprend que le gouvernement ne veuille pas se priver d'une telle manne qui devrait exploser au-delà des prévisions. En effet, au lieu d'affecter les crédits à la réfection des routes dont le budget s'est réduit de 30 % entre 2008 et 2014, on préfère investir dans l'électronique radar en remplaçant les appareils existants par des modèles dernier cri. Sauf en Seine-Saint-Denis, en Corse et dans l'outre-mer.

No comments: