There was an error in this gadget

2017/10/05

Sur le sujet de la limite de vitesse (sic), les autorités trichent avec les termes de base propres à la conversation

Vous savez pourquoi on a tant de mal pour
influencer le grand public et pourquoi une
si grande partie de la population refuse
de s'éveiller devant la répression et la
persécution croissantes des conducteurs ?

Parce que, dès le départ, les autorités
trichent — le gouvernement triche avec
les termes de base propres à la conversation.

Je parle évidemment d'expressions comme
la "limite de vitesse" ainsi que des conducteurs
arrêtés pour "excès de vitesse"

Réfléchissez-y, c'est un mensonge,
un mensonge pur et simple
— à comparer (je n'exagère nullement)
au Novlangue de George Orwell (1984) :

quand les conducteurs sont arrêtés ou reçoivent un PV
par le courrier, ce n'est pas pour "avoir roulé trop vite" :
non, pas du tout.  N'ayons pas peur de dire la vérité :
c'est pour "NE PAS AVOIR ROULÉ ASSEZ LENTEMENT".

Et la première expression — l'expression
de base sur le sujet des routes ? Effectivement,
la "limite de vitesse" n'a rien à voir avec
la vitesse et a tout à voir avec LA LENTEUR.

De fait, de façon purement physique parlant, 
"vitesse" est le terme exact. Mais le mot a
deux significations (ou en tout cas il est perçu
comme tel) — l'autre signification étant
évidemment… la rapidité !

Jean Mich Much ajoute :
C'est la confusion savamment entretenue par les pouvoirs publics entre "excès de vitesse" qui, au sens légal, signifie juste "dépassement de la limitation de vitesse en vigueur" et "vitesse excessive" qui signifie "rouler réellement trop vite par rapport aux conditions de circulation, au profil de la route, à la météo, etc."...

Or, ces deux notions n'ont absolument rien à voir ! Dépasser la limitation de vitesse en vigueur ne présente en soi aucun danger, a fortiori quand la limitation en question est absurde et totalement contre nature pour un conducteur digne de ce nom (trop basse de manière injustifiée et l'on rejoint là la notion de lenteur). La vitesse excessive, elle, est la véritable source de danger.
Bien entendu, tout le système répressif est basé sur le fait de sanctionner des "excès de vitesse" au sens légal (c'est à dire "rentable") du terme en les assimilant à de la vitesse excessive... Et conduit à sanctionner, dans l'immense majorité des cas. des comportements qui ne sont en fait pas dangereux... CQFD
Quoi qu'il en soit, la 
conclusion est inévitable :
On ne devrait pas dire
"la limite de vitesse" mais
"LA LIMITE DE LENTEUR"
(j'irais plus loin, et je dirais
"la limite de lenteur soporifique"
voire "la limite de lenteur soporifique
vieille de bientôt un demi-siècle").

Certains penseront que je blague ;
en fait, pas du tout — je suis
le plus sérieux du monde ;
dans nos conversations entre nous, avec autrui,
dans nos courriers des lecteurs, etc…
commencons tous à régulièrement
utiliser l'expression
"LA LIMITE DE LENTEUR"

1 comment:

Blogger said...

Listen: Sprinter - Vurdalak (Dark Trance)