There was an error in this gadget

2013/07/02

Le complice hacker couronné Prix Nobel d'un jour


Bachar le chimique poursuit donc allègrement le massacre de sa population sous les auspices de l'inamovible du Kremlin. L'ex-oligarque Mikhaïl Khodorkovsky pourrit au goulag, les jeunes Pussy Riot aussi et tant de contestataires ignorés. Vladimir Poutine reprend la ritournelle du complot étranger, chère à Staline et Brejnev pour liquider, par copains et coquins interposés, les bourgeons de démocratie en Ukraine comme en Géorgie.
Ainsi écrit André Glucksmann.
DES RÉVOLUTIONS RÊVEUSES DE LIBERTÉ

Ailleurs, les islamistes sabotent les révolutions rêveuses de liberté. L'Iran construit sa bombe. Les puissances de nuisance bloquent le Conseil de sécurité de l'ONU et les instances démocratiques dorment. Poutine maître du jeu interdit toute résolution sur l'hécatombe en Syrie. Rien ne change.

 … Intoxication et trahison sont les mamelles de l'espionnage. La révélation d'aujourd'hui pourrait sembler banale et sans importance, il n'en reste pas moins que tous les préparatifs destinés aux décennies à venir de la plus grande puissance planétaire sont livrés sur un plateau à un adversaire potentiel. Que la Chine et d'autres encore soient peut-être pareillement lus à livre ouvert, loin de rasséréner, doit interroger.

L'ensemble des ministères de la guerre et des services attenants n'ont-ils plus qu'à mettre la clé sous la porte ? Au bénéfice de qui ? Du dernier perceur de coffre et de son complice hacker couronné Prix Nobel d'un jour. Les raisons d'Etat s'évanouissent-elles devant celles de réseaux infra ou supranationaux ? Nous pénétrons à l'aveugle dans une ère opaque.

Après le pouvoir égalisateur de l'atome voici venir le pouvoir égalisateur du cyber-espionnage ? Au premier nous devons la guerre froide entre les deux grands de l'époque, l'équilibre de la terreur et la stratégie de la dissuasion. Comment prévoir ce que nous réserve l'équilibre incertain des cyber-pronostics ? …

IMMÉDIAT ET CONTRADICTOIRE TOHU-BOHU

L'Amérique n'est plus dans l'Amérique, la Chine dans la Chine, la Russie dans la Russie. Non seulement ils sont interdépendants, mais leur force respective mute en fonction des surprises de l'actualité. A peine les services américains avaient-ils accusé les services chinois de vol informatique qu'ils se sont vus défenestrés par les divulgations d'Edgar Snowden sur leurs écoutes universelles.

La deuxième révélation a fait oublier la première, alors que l'une comme l'autre relèvent probablement d'une équivalente véracité. Il nous faudra encore quelque temps avant de nous retrouver de plain-pied avec l'immédiat et contradictoire tohu-bohu.

1 comment:

Amal said...

Merci pour l'article.
en fait ce que m'a attiré le plus, c'est la photo de ce géant stade.

info en directe