There was an error in this gadget

2004/06/04

"Une antipathie" aggravée qui s'exprime par "une intensification accrûe dans le nombre d'attaques sur les soldats américains"

Un habitant de Sadr-City murmure que "Les Américains nous ont libérés de Saddam, mais ils ont apporté la haine", nous apprend un article dans Le Monde (qui suggère que c'est le sentiment général en Irak).

Pendant ce temps, les craintes des Français se confirment : George W Bush continue à faire le parallèle entre l'intervention en Irak et la Seconde Guerre Mondiale. Heureusement que nous avons Michèle Alliot-Marie pour mettre les choses au point : "Les parallèles sont toujours difficiles, voire dangereux, quand on est dans des circonstances extrêmement différentes". (Comme c'est bon que le monde a l'élite française pour le remettre dans le droit chemin.)

Un article dans le New York Times semble confirmer la lucidité des Français :

L'attitude envers les forces d'occupation américaines a viré de l'apathie et l'amitié de surface à une antipathie active. Selon un officiel du gouvernement militaire, cette attitude trouve son expression dans l'organisation de plusieurs organisations anti-américaines locales … et dans une intensification accrûe dans le nombre d'attaques sur les soldats américains. Il y avait plus d'attaques pendant la première semaine d'octobre, a déclaré la source, que pendant les cinq mois précédents de l'occupation.
"Avez-vous besoin d'autres preuves que l'invasion était une erreur gravissime?" demande David Kaspar sur son Medienkritik, d'où je tiens ces informations.

"Il faut que les Américains se fassent les malles, et le plus tôt possible."

"Qu'ils quittent l'Allemagne."

L'Allemagne?

Oui, il s'avère que l'article du New York Times cité ci-haut date du 31 octobre 1945. Voici quelques autres extraits d'articles publiés dans les mois qui ont suivi :

Des inquiétudes sérieuses ont été exprimées aujourd'hui : les États-Unis pourraient bientôt perdre les fruits de la victoire en Allemagne pour ne pas s'être preparés suffisamment pour leur mandat imposé par la déclaration de Potsdam. Les échecs du gouvernement ont été mis sur le compte de l'indifférence du public. …

Une compilation minutieuse des opinions des Allemands, toutes couches sociales confondues, quant à leur réaction à l'occupation américaine de leur pays est paru cet après-midi, après qu'il ait perdu le statut confidentiel sous lequel il a été soumis récemment aux officiels des forces américaines dans le théâtre européen.

De l'amertume et une déception profonde ont été exprimées pendant les premiers six mois de l'occuption américaine…

Tout s'éclaircit maintenant, s'exclame David: Tout ça (la seconde guerre mondiale), c'était un complot des Yankees, les combats étaient inutiles, le dialogue aurait pu tout résoudre, et Roosevelt et Truman étaient des menteurs!

No comments: