There was an error in this gadget

2012/08/19

Le combat d'un Québécois pendant la Seconde Guerre Mondiale oublié par la France

Pendant près de deux ans, Jean-Charles Harvey et son équipe [d'un hebdomadaire antifasciste à Montréal] bataillent contre le régime de Vichy et l'élite pétainiste du Québec
écrit Yves Lavertu dans son article, L'histoire de la Résistance est aussi québécoise (Le combat de Jean-Charles Harvey oublié par la France). Yves Lavertu est auteur de la biographie de ce Canadien français, Combattant.
Au cours de la guerre, nombre de gaullistes sont donc à tu et à toi avec Jean-Charles Harvey.

… Mais Jean-Charles Harvey va connaître un destin tragique. Au sortir de la seconde guerre mondiale, cet intellectuel est abandonné par la France. Personne ne reconnaît son combat exceptionnel. L'homme est profondément indigné et regrette de faire l'objet d'une telle ingratitude.

Cet oubli est révélateur, car la France cultive encore d'importants problèmes de mémoire.

… L'oubli français à propos de ce mal-aimé de la Résistance qu'est Jean-Charles Harvey a procédé de contingences politiques. Dans les années d'après-guerre, le nationalisme gaullien s'est mis en place. Ainsi, à la Libération, on a bien voulu partager la victoire militaire avec les Alliés, mais, à quelques exceptions près, la reconnaissance pour fait de résistance intellectuelle est demeurée hexagonale.

Pourtant, le phénomène Vichy ne peut être entièrement saisi et compris que par un décloisonnement des frontières, géographiques et mentales, et par une lecture mondiale de cette réalité. Il faut savoir par exemple que, à la Libération, l'âme résiduelle de ce régime s'est en bonne partie transportée outre-Atlantique pour s'incruster là où elle avait déjà de fortes assises, c'est-à-dire au Québec, un territoire qui est devenu pour les années à venir le havre du vichysme sur la planète.

… C'est du reste sur ce genre de pages d'histoire commune que ne se rencontrent toujours pas deux mémoires torturées, l'une française et l'autre québécoise. Toutes deux, à des degrés divers, entretiennent une vision nationaliste de l'histoire.

No comments: