There was an error in this gadget

2013/08/13

Surtout, il s'agit d'un Noir en couple avec une Blanche, qui plus est blonde


Un des plus grands photographes américains de New York s'appelle Garry Winogrand (1928-1984)
nous raconte Pauline Auzou dans le cadre d'un article du monde de la série Ce que l'on croit voir... où elle peut puiser dans ce sujet cher aux élites et aux journalistes européens tout en étant adoré des Européens moyens — le racisme (prétendu ou réel) en Amérique.
Dans le genre compulsif. Il descendait dans la rue, marchait, et déclenchait comme un forcené, se demandant à quoi pouvaient ressembler les gens une fois qu'ils étaient prisonniers de son objectif grand angle.

Il essayait d'y caser le plus possible d'informations, sans message à livrer. "Il trouvait ennuyeuses et trop évidentes les photographies à message politique", confirme Peter Galassi, ancien directeur de la photographie au Musée d'art moderne de New York (MoMA). Il ne considérait pas, non plus, qu'il avait une responsabilité sociale. Ses détracteurs n'appréciaient guère ce formalisme assumé. Les photos de Garry Winogrand reflètent pourtant la société américaine, celle de la consommation, de la libération des moeurs, le tout entre brutalité et tendresse.

Ce couple impeccable, elle blonde, lui noir, portant deux singes habillés comme des enfants, est une des grandes photographies de Winogrand. Elle a été prise en 1967. Elle figure dans sa première exposition en solo au MoMA, en 1969, intitulée "The Animals", qui était accompagnée d'un livre du même nom. La première lecture de l'image, donc, nous oriente vers les animaux, et non vers ceux qui les tiennent dans les bras.

 …  Une autre lecture de l'image est possible, qui nous ramène au couple. Rappelons le contexte. L'ivresse joyeuse des années 1950 aux Etats-Unis est passée, et les années 1960 se réveillent avec la gueule de bois. La guerre du Vietnam, l'assassinat de John Kennedy et la lutte des Noirs américains pour l'égalité des droits civiques impriment leur marque sur cette décennie. Les photos de Garry Winogrand, non sans humour, reflètent bien ce pessimisme ambiant.

L'image de ce couple a quelque chose d'amusant, avec ces deux petits singes qui se comportent comme s'ils étaient ses enfants. Il y a encore le visage sérieux des "adultes", comme si la scène n'avait rien d'incongru, qui renforce la froideur sinistre d'une photo de famille pourtant peu ordinaire. Et, surtout, il s'agit d'un Noir en couple avec une Blanche, qui plus est blonde. …

RACISME AMBIANT DANS CETTE PHOTO

Nous sommes ici à New York, ville plus libérale que beaucoup d'autres aux Etats-Unis. A sa façon, et par des chemins de traverse, Garry Winogrand parle du racisme ambiant dans cette photo où les enfants ne sont pas humains : ce sont des primates nés d'une union contre nature. "Winogrand a évidemment conscience, en la réalisant, de la dimension raciste de son image, affirme Peter Galassi. Néanmoins, il n'a fait que photographier une réalité qui existe, une scène anodine qui se passe dans un zoo. Si on l'avait accusé de racisme, il aurait alors répondu que c'est juste une image."

 … Aujourd'hui, il est à parier que, dans un film américain à grand spectacle, ce couple symboliserait l'harmonie apparente d'une nation multiculturelle.

No comments: