There was an error in this gadget

2013/09/18

Soutien de Nice et de Facebook (1,5 millions de Likes) pour le bijoutier de Nice qui a abattu un criminel


Stephan Turk a découvert ce week-end qu'il était, pour de nombreux Français, "un héros"
écrivent Louis Imbert et Paul Barelli.
La ville de Nice fait bloc derrière le bijoutier de 67 ans, mis en examen, vendredi 13 septembre, pour homicide volontaire et détention illicite d'arme, après avoir tué, mercredi, un jeune de 19 ans qui venait de braquer sa boutique et prenait la fuite en scooter. Lundi, des associations de commerçants appelaient à un rassemblement de soutien et incitaient leurs membres à baisser leur rideau pendant un quart d'heure. Vers 15 heures, ils étaient entre huit cents et mille à répondre à l'appel.

Les manifestations de sympathie dépassent largement le cadre niçois. Assigné à résidence avec un bracelet électronique dans un lieu situé à l'écart de la ville, Stephan Turk a été rejoint, ce week-end, par son fils Yahya. Celui-ci avait imprimé des dizaines de messages pour son père, postés par des inconnus sur une page de soutien au bijoutier sur Facebook suivie, lundi, par 1,5 million de personnes. Samedi, Stephan Turk, qui plaide la légitime défense, tentait de comprendre quelque chose à ce flot d'éloges.


Son fils voit dans cette vague de soutien un "ras-le-bol contre l'insécurité". Il évoque une "société coupée en deux : il y a ceux qui se lèvent le matin pour travailler, qui en ont marre de payer autant d'impôts et de ne pas se sentir en sécurité" – et il y a les autres. Il apprécie le soutien exprimé par le député et maire (UMP) de Nice, Christian Estrosi, "qui m'a appelé dès les premiers moments", et celui d'Eric Ciotti, député (UMP) des Alpes-maritimes. Samedi, M. Estrosi déclarait sur Twitter : "La première victime, celle qui a été menacée de mort, c'est le bijoutier et je suis toujours du côté des victimes."

LE BIJOUTIER FAIT FEU À TROIS REPRISES


Selon le parquet et les enquêteurs, Stephan Turk a été agressé alors qu'il levait le rideau métallique de sa boutique, vers 8 h 45 dans le quartier central de Notre-Dame. Le visage couvert par des casques, gantés, les deux hommes sont armés, l'un d'un fusil à pompe, l'autre d'un pistolet automatique. Ils ordonnent au bijoutier d'ouvrir le coffre-fort, que l'un vide tandis que l'autre tient Stephan Turk en joue avec le fusil.
Quand les deux complices emportent leur butin, le bijoutier se saisit d'un pistolet calibre 7.65, qu'il détient sans permis. Il le charge et s'accroupit sous le rideau de fer. Au moment où le scooter T-Max démarre, le bijoutier fait feu à trois reprises. Anthony, atteint d'une balle dans le dos, s'écroule 200 mètres plus loin.

No comments: