There was an error in this gadget

2004/12/03

"Une idéologie prétendument libératrice et humaniste mais ne supportant ni les contradictions ni les réalité"

Les Français veulent savoir qui ils sont, où ils vont. Mais ni la droite ni la gauche, trop occupées d'elles-mêmes, ne peuvent répondre. … Aucune réforme sérieuse ne se fera sans une parole préalablement libérée.

Il suffit d'écouter ses voisins pour comprendre à quel point le discours politique, engoncé dans ses cols durs, est le plus souvent en décalage avec les préoccupations du peuple. Les récitations citoyennes, imposées par une idéologie prétendument libératrice et humaniste mais ne supportant ni les contradictions ni les réalités, ont rangé le parler vrai parmi les actes de dissidence. L'expression démocratique de la critique est considérée comme une transgression. Consternant constat

peut-on lire dans le Bloc-notes d'Ivan Rioufol, qui évoque aussi "l'insouciance", la "glaciation de la pensée", les "débats actuellement confisqués", "les imprécations des doctrinaires", "un unanimisme soviétique et maquilleur de faits", et "la même parole rationnée et labellisée qui est servie majoritairement par le monde de la politique et des médias". Et à Rioufol d'encourager une "oeuvre de réhabilitation de la raison et du bon sens". Il continue :
Tout problème doit être posé et chiffré avant d'être résolu. Or, concernant l'avenir de la France, nombre d'entre eux demeurent inabordables.
Parmi ceux-ci, il y a
l'angélique Union européenne. C'est elle qui est à la source de ces scandaleux rapprochements qui, au prétexte sympathique de faire se rencontrer des cultures, les incitent à se détester.

No comments: