Share It

2004/10/28

LA SURPRISE D'OCTOBRE DE BUSH !

La soi-disante "October surprise" de Bush, ce n'est pas la capture de Oussama Ben Laden (et la soi-disante duplicité qu'elle aurait montré de sa part), mais la révélation, non seulement que les armes de destruction massive de Saddam Hussein existaient bel et bien, mais qu'elles ont été enlevées juste avant la guerre par l'un des membres du "camp de la paix" (qui les aurait redistribués aux Syriens et aux Irakiens)!

Ainsi, il s'avère que les accusations lancées contre le cow-boy demeuré (mensonges, absence de danger imminent en Irak, le succès du programme des inspections de l'ONU, prétextes incongrus pour une guerre inutile et illégale, etc…) ne montrent que de la duplicité — très réelle, elle —, l'hypocrisie, la malhonnêteté, et, oui, la trahison de la part du "camp de la paix".

Lire la suite

La victoire des Red Sox, un bon présage pour Kerry ?

Question : La victoire des Red Sox, un bon présage pour Kerry ?
Quatre-vingt-six ans après leur dernière victoire, en 1918, les joueurs [de baseball] aux chaussettes rouges ont enfin offert une victoire, mercredi, à la "Red Sox Nation". Boston affrontait en finale les Cardinals de Saint-Louis. Après avoir gagné trois matches, les Red Sox l'ont emporté facilement dans le quatrième (3-0). …

Boston étant la ville du sénateur John Kerry, la victoire de Red Sox ne manquera pas de prendre une valeur symbolique pour les démocrates. Dès mercredi, lors d'un meeting de John Kerry, en Pennsylvanie, on pouvait voir des jeunes portant une pancarte : "C'est l'année de Boston !"

Réponse : Non
Appearing on ABC's Good Morning America, pitcher Curt Schilling of the world champion Boston Red Sox told the country who he's voting for in next Tuesday's election:

GIBSON: "Well, well said, Curt and Shonda. You both have certainly lifelong membership now in the Red Sox nation. It was a great thing to watch, and I think everybody — whether they were great Red Sox fans or not — had to admire what this team did. It was extraordinary, and one of the great stories of sport. And sport always produces such great stories. Curt, Shonda, great to have you with us. Congratulations."

SCHILLING: "And make sure you tell everybody to vote, and vote Bush next week."

Un allié de Kerry : "Chirac n’a cherché qu’à préserver des intérêts commerciaux. Les Français n’ont pas été honnêtes…"

Votez Kerry, les Yankees, et vous allez voir qu'avec un gouvernement démocrate et ses membres compréhensifs, les relations avec les Français vont aller mieux…

Joseph Biden, qui pourrait devenir le nouveau secrétaire d'Etat (soit le ministre des affaires étrangères !) en cas de victoire de John Kerry :

Jacques Chirac n’a cherché qu’à préserver des intérêts commerciaux. Les dirigeants français n’ont pas été honnêtes sur ce qu’ils étaient prêts à faire pour isoler Saddam. A chaque fois que j’ai rencontré un ministre, ou Jacques Chirac, je leur ai dit : « Bon, quelle alternative avez-vous à proposer ? » Et jamais je n’ai eu de réponse. Ils ne voulaient rien faire, sauf lever l’embargo, ce qui aurait permis à Saddam de se réarmer.
Voici comment l'AP a commenté l'histoire :
Le sénateur démocrate Joseph Biden, qui pourrait devenir le nouveau secrétaire d'Etat américain en cas de victoire de John Kerry, accuse … les dirigeants français de n'avoir pas été "honnêtes" quand ils s'opposaient à une intervention armée contre l'Irak.

Avant le déclenchement de la guerre, "Jacques Chirac n'a cherché qu'à préserver des intérêts commerciaux", affirme dans un entretien à 20 minutes Joseph Biden, principal membre démocrate de la commission des relations extérieures au Sénat.

Selon lui, "les dirigeants français n'ont pas été honnêtes sur ce qu'ils étaient prêts à faire pour isoler Saddam Hussein", et les ministres français; comme le président Chirac, ne lui ont "jamais" dit ce qu'ils préconisaient pour éviter l'invasion de l'Irak.

"Ils ne voulaient rien faire sauf lever l'embargo (contre l'Irak), ce qui aurait permis à Saddam de se réarmer", accuse le sénateur du Delaware.

Joseph Biden ajoute que s'il est élu, John Kerry continuera de soutenir le pouvoir intérimaire irakien, et qu'il demandera aux Européens de s'engager à aider les Américains.

On se demande pourquoi on a lu si peu de cette histoire dans le quotidien de référence français

(Merci à Yves Roucaute)

The Guardian ajoute que

US newspapers reported that the Democratic Senator Joe Biden, a contender to become Kerry's secretary of state, recently criticised French President Jacques Chirac for having "an ego as big as this room," adding that the French have "been a pain in the you-know-what."

(Merci à Gregory Schreiber)

"Sans a priori ni préjugés": Le supplément télévision de Le Monde

Our 60th anniversary coverage of Le Monde continues with an in-depth view of its weekly TV guide, along with the kind of programs French television proposes to educate le peuple français with, contributing to make every citoyen more lucide in the process.

The 60th Anniversary Celebration of Le Monde

The final week of French TV programming before America's November 2 election include France 2's The World According to America; France 3's GIs, Forbidden Words; Canal +'s The Moore Effect; Arte's Hollywood and the Pentagon (a voyage into the heart of "American propaganda", we are told); France 5's The America of the Neocons and The World According to Bush; Planète's USA 2000: The Chronicles of an Electoral Fraud (this from a TV channel that prides itself on its series of documentaries from… the German Democratic Republic); and Toute L'Histoire's Wake Up America! ("Soon after the drama of September 11, a certain part of the American population declared itself clearly hostile to the policies of George W.Bush [sic]. Demonstrations against the war in Iraq, associations, or large meetings, the challen ging [sic] took many faces hoping to wake up an America that is too 'passive'.")

But, never fear: as the newspaper of reference points out (under the title All the TV Stations Have Rallied), the election is an occasion to explore the American democracy "with an open mind and without prejudice".

The ever-helpful Arte has been broadcasting a series of programs to help "a French and European public better understand the United States". Among the commentators wanting to "decrypt" and "analyze" American society is Hubert Védrine, the former foreign minister who was always railing against Uncle Sam and who coined the word "hyperpower" (at the time Bill Clinton and the Democratic Party were in power…) How strange that the historian André Kaspi should tell Le Monde's Guillaume Fraissard that "the coverage of the American elections in France is partial and extremely influenced by the international situation."

On October 18, Canal + showed On the Right Hand of God and on October 19, Arte offered The Jesus Factor. While skewering the Reverend Robertson for his "sarcastic laughter" in his television review, Dominique Dhombres proceeded to paint the American people as some kind of devilish (or moronic) beings to be feared.

That was the second time in three months that Le Monde's TV guide had devoted a cover article to The Jesus Factor. The first time was Claudine Mulard's July article on Raney Aronson's Frontline show which had strictly nothing to do with the lineup on French television that week.

In September, Arte broadcast The House of Saud, for which Thérèse-Marie Deffontaines and Mouna Naïm interview the French-Egyptian director, Jihan El-Tahri, who of course comes out against Dubya. And once the documentary appeared on DVD, Arte decided to augment it with William Karel's CIA: Secret Wars. (Needless to say, the documentary was the subject of that Radio-Télévision issue's cover.)

The issue of June 12 — appearing less than a week after the US president's visit to the shores of Normandy for the 60th anniversary of D-Day — sported Bush and Rumsfeld on its cover, along with the words The Indictment of Bush and a Francis Cornu article called A Damning File. The story concerns William Karel's Michael-Moore-like movie, Le Monde selon Bush (again, a cover subject that had nothing to do with the that week's TV programming lineup, since the film will not be shown until… October 31). Catherine Humblot informs us that "the project goes back to February 2003 [when] various TV stations were contacted. Yves Jeanneau, in charge of the France 2 documentary unit, was the first to react", bringing almost a third of the 500,000 euro budget to the producers. The 125,000 euros, needless to say, comes from the French public's taxes, as France 2 was a French government-subsidized and -sanctioned TV station. (Guy Millière has thoroughly slammed the documentary based on a pair of Eric Laurent books, as well as the Michael Moore film.)

Then there are the television images devoted to the Iraq conflict itself. The title of the main article of the March 31, 2003, issue — i.e., smack in the middle of the war — asks What Reality Is Behind the Images of the War? This question (by Jacques Buob, Yves-Marie Labé, and Claudine Mulard) of such specialists as Paul Virilio, an… "urban philosopher" (?!) who is lucid enough to say No way (can television clarify reality) before proceeding to "denounce the confusion" of the TV images and choose three combat pictures in order to discuss (and dismiss) them as being akin to "theater". Already, by the way, we have an article (by Daniel Schneidermann) denouncing… "the degrading images of the Iraqi prisoners".

Back to 2004: in May, we were treated to a 52-minute documentary on Iraq by Canal +. This is how Daniel Psenny ended his review:

The images filmed by the Capa journalists, sometimes at the risk of their lives, are violent and raw. They show hatred, incomprehension, the hardship of combat, the seizure of power by religious extremists, and especially the quagmire in which the American army has locked itself and which, with fear in its guts, fights an enemy it doesn't know.
I'm glad to be apprised of the fact that the entire American armed forces is afraid and that it doesn't know its enemy. Why don't we ask Psenny to take a flight to Iraq and explain that to, say, a couple of Rangers or a platoon of Marines?… (I'm sure we could easily get a collection started for the plane ticket…)

Other Monday Investigation documentaries have included Luc Hermann's story on the scandal of America's voting machines (which helpfully explains that the French have wisely kept machines that are entirely reliable); Paul Moreira and Véronique Robert's explaining how "the [revolted] inhabitants of Baghdad accuse the Americans of killing more civilians, women and children, than resistants" (note the generalizations of all the Baghdad inhabitants and all the Americans, as well as the use of the word resistants — sort of akin to saying all Germans resisted Hitler during World War II, but I'm getting ahead of myself); Barry Lando and Michel Despratx's story of the Saddam Hussein trial you will not see (that of Saddam's Western backers — although the documentary does include info on the backing of individual French businessmen, it will likely not make much, if anything, about the fact that the entire French state apparatus was put into motion to keep Uncle Sam from toppling the psychopath — indeed, Le Monde's Francis Cornu mentions only Yankee treachery and speaks of "the Americans [being] foremost among the Western leaders" who supported Saddam, thus squelching any memory of Washington and London's efforts to disarm Saddam being undermined by the other members of the UN Security Council [in such ways is history rewritten]); and William Reymond and Bernard Nicolas' film on the assassination of JFK having been a plot hatched by rich Texan families (nudge nudge wink wink say no more say no more)…

The rewriting of history also extends to the Second World War. (You will recall all the rewriting during the 60th anniversary of D-Day this summer.) In her review of Stauffenberg, a TV movie about the German officer who tried to assassinate Hitler, Lorraine Rossignol sings the praises of "the public's rising interest for the resistance of the Germans during the war". "Of the Germans"? Oh yes, while you blame all Americans and all members of the American armed forces for rapes that occurred during World War II (or for deaths among innocent Baghdad citizens), by all means, try to make it a blanket pardon of all the German people.

On a related note, Patrick Jarreau, Le Monde's main correspondent in Washington (!) likens Dubya to… Mel Gibson (!):

Seen from Europe, the production of a film on the last hours in the life of Jesus Christ by a millionnaire Hollywood actor is a perfect cliché of a naïve, religious, archaic, worrying America. Mel Gibson is to cinema what George Bush is to politics: a dangerous zealot, who is in doubt about nothing and from whom one can fear the worst. The president and the actor do they not share a common public, that of the South's Baptists, fed with simple ideas and apocalyptic beliefs?
Again, this brilliant analysis doubling as a paragon of objectivity come from the main correspondent of France's newspaper of reference in Washington.

Meanwhile, Florence Colombani also notes the appearance of the DVD of the movie Outfoxed which, she explains, decries television's ability to be used as propaganda (well, Le Monde ought to know).

So there we have it: French TV approaching America "with an open mind and without prejudice".

Strangely enoug, neither FahrenHype 911 nor Celsius 41.11 has received any mention in the French press (certainly not enough to warrant any attention), and what little Stolen Honour (download here) has received is only as a partisan film.
As for Voices of Iraq, it is unheard of…

Meanwhile, read Douglas's take on a documentary which dared show the truth of conditions under Saddam Hussein and which "[Sa'ad] Salman had made by sneaking back into Iraq over the Turkish border through Kurdistan and recorded on a concealed mini-DV recorder at no small risk to his life". It was rejected by Arte and its director mocked or reviled on a French TV show.

This was only one of the myriad examples of the systematic silencing and shunning of any and all evidence or discussion of the suffering of Iraqis under Saddam. And the film contained some harrowing images of suffering and mutilation.
Not something that would win the Palme d'Or at Cannes, hein?

2004/10/27

Guy Millière explique pourquoi Bush sera réélu

Le problème avec Guy Millère, le grand problème avec Guy Millière, c'est qu'il dit tellement de choses bonnes et justes qu'on a envie de tout citer. Voilà, heureusement que paraît un bon petit livre qui résume éloquemment sa pensée : Pourquoi Bush sera réélu.

N'hésitez pas à vous le procurer après les élections, quel que soit le gagnant : son message est fait pour durer. Lisez seulement :

Comme pour bien enfoncer le clou rouillé dans la tête des téléspectateurs [français] … on dira qu'il y a une bonne Amérique : celle qui «résiste», celle qui comprend la diplomatie française et qui souffre à l'idée des dictateurs du tiers-monde violemment renversés, celle qui s'est réjouie lorsqu'elle a vu les images du 11 septembre. …

L'Europe, la France en particulier, n'a pas choisi d'abattre le mal. Elle n'a pas dit non plus qu'elle voulait le voir triompher. Elle a dit et proclamé, en cas d'épreuve particulièrement nette, qu'elle ne voulait pas agir et pas choisir. Elle a laissé entendre que peut-être même elle ne discernait plus la différence entre le bien et le mal…

Eu un moment où elle était face à l'épreuve, l'Amérique profonde a pris cela comme une trahison. C'est dans l'épreuve qu'on voit où sont les vrais amis…

L'Amérique profonde, cela doit être souligné, est moins blanche, moins européenne, plus métissée qu'elle ne l'était il y a quelques décennies. Elle a aussi, toujours plus, des racines hispaniques ou asiatiques. Elle est, en moyenne, plus jeune que l'Amérique des professeurs d'université et des villes. Elle est porteuse d'un sang neuf qui risque de manquer peu à peu à l'Europe. Elle est moins encline qu'elle ne l'était il y a quelques décennies à accepter des remonstrances européennes, françaises en particulier. Elle peut même y voir des marques malhabiles d'une condescendance malplacée…

Quand [les conservateurs et les néo-conservateurs ont dit] que les États-Unis d'Amérique étaient le seul pays qui ait les moyens de rétablir effectivement ce qui est juste et droit, les Américains ont regardé autour d'eux. Et ils ont constaté qu'une fois de plus, il n'y avait guère de candidats autres que leur pays pour affronter le danger ou même simplement pour oser le nommer. …

Le néo-conservatisme a, plus profondément, constitué un grand retour aux sources. Il n'implique, contrairement à ce qui se dit en Europe, aucun puritanisme moral, aucun œillère. Comme l'a noté David Frum, les néo-conservateurs ont « absorbé une quantité surprenante d'éléments culturels » issus des années 60 : le rock, le féminisme, l'éducation permissive des enfants. David Horowitz a écrit, lui, qu'au moment où il s'est approché des milieux conservateurs, il a été surpris par la tolérance de ses nouveaux amis vis-à-vis des fautes, des défaillances, des faillibilités de l'être humain. …

Procurez-vous son livre maintenant.

Il convient aussi de faire connaître la rubrique hebdomadaire que Guy Millière tient dans le journal Les 4 Vérités. (Guy Millière est décidément une grosse épine dans le pied, car chaque fois que je veux donner un exemplaire du journal à un ami ou à une connaissance, il s'avère que je tiens absolument à garder le numéro à cause de son article de la semaine.) En voici quatre exemples, sur l'Irak.

Les chiens aboient… :

Il y avait … déjà, des chiens qui aboyaient en 1944 et qui disaient que les États-Unis venaient envahir l’Europe et s’ingérer dans les affaires du grand Reich. Les péroraisons de Philippe Henriot ou des chefs de la Milice sur Radio Paris reposaient sur les mêmes constructions mentales que nombre d’articles de « Marianne » ou du « Nouvel Observateur » aujourd’hui. Les chiens qui aboyaient à l’époque furent aussi ceux qui parlèrent d’enlisement américain en Allemagne en 1946, déjà, et qui voyaient dans Auschwitz un simple détail de l’histoire. Les chiens d’aujourd’hui prêtent peu d’attention aux centaines de milliers de cadavres gisant dans les charniers de Saddam.

Dans l’Irak libéré de Saddam Hussein, la reconstruction continue à progresser sur tous les plans : sanitaire, scolaire, économique. … Les chiens qui aboient diront que [Iyad Allawi et Ghazi al-Yaouar, un président et un premier ministre suffisamment représentatifs pour être légitimes] n’ont pas l’onction du suffrage universel (les chiens qui aboient ont sans doute une solution magique pour organiser des élections impeccables dans les décombres d’un régime totalitaire, à moins qu’ils n’aient la nostalgie de la dictature). … Ils diront que l’Irak n’a pas retrouvé sa pleine souveraineté dès lors que les troupes de la coalition y sont encore, et ils balaieront d’un revers de main le fait que les nouveaux dirigeants de l’Irak demandent aux troupes de la coalition de rester (ils sont « vendus aux Américains » n’est-ce pas) et le fait que la sécurité n’ait pas été pleinement rétablie : il est vrai que pour les chiens qui aboient les membres d'Al-Qaida infiltrés en Irak, les islamistes chiites recrutés par l’Iran et le Hezbollah et les résidus de l’ancien régime sont des « résistants ». Ne leur demandez pas : « résistants » en faveur de quoi ? ils aboieraient plus fort mais ne vous diraient jamais que les résistants en question se battent pour le totalitarisme, qu’il soit chiite, sunnite ou baassiste, et contre la liberté.

C’est plus fort qu’eux, que voulez-vous, les chiens qui aboient aiment le totalitarisme et détestent la liberté. Ils ne s’indignent pas quand des « résistants » en Irak font exploser un autobus empli de petites filles en chemin pour l’école, mais ils poussent des cris aigus lorsqu’on voit des photos de « résistants » tout nus devant une femme. Ils ont l’indignation très sélective en Irak, comme ils ont l’indignation très sélective en Israël et en tant d’endroits du monde. Ils prétendent incarner les valeurs du 6 juin 1944, sans discerner qu’en 1944, leur façon de « penser » les aurait placés du côté des collabos. …

Un parti pris en faveur du pire :
Je ne peux m’empêcher de remarquer … que les journalistes qui ne cessent depuis des jours et des jours de diffuser exactement les mêmes photographies [de la prison d’Abu Ghraïb], comme pour être sûrs de susciter un réflexe de haine anti-américaine viscérale, se sont montrés remarquablement « discrets » dans leur utilisation du film vidéo d’Al Qaida [montrant l'assassinat de Nick Berg]. Je ne peux m’empêcher de noter aussi que si les commentaires accompagnant les photographies d’Abu Ghraïb ne reculaient devant aucun abus de langage, parlaient de tortures ignobles, de pratiques dignes du temps de Saddam, et n’hésitaient pas à salir l’armée américaine tout entière, les commentaires concernant le film vidéo d’Al Qaida ont été pour le moins « pudiques » : comme souvent en pareil cas, un assassinat est devenu une « exécution ». Il a été question de ne pas « ajouter d’horreur à l’horreur », et le silence s’est fait.

Je dois, dès lors, le dire : je vois là un parti pris, en faveur du pire et du plus ignoble. Grossir démesurément les bavures de quelques soldats américains n’est qu’un élément de plus dans la grande opération de propagande visant à faire croire au public français et à d’autres occidentaux que tout se passe effroyablement mal en Irak, que la situation était meilleure sous Saddam, que les Américains jouent le rôle exécrable du nazi nouveau style face auquel de braves irakiens seraient des « résistants ». Occulter la bestialité d’Al Qaida est aussi un élément de plus dans le pendant symétrique de l’opération de propagande anti-américaine : il ne faut surtout pas insister sur les détails qui peuvent fâcher. Le sort de Nick Berg doit surtout ne pas apparaître comme plus horrible que celui d’Irakiens humiliés, et ses assassins ne doivent pas apparaître comme plus abjects que les soldats américains d’Abu Ghraïb.

Moi qui n’ai jamais pris le parti du pire et du plus ignoble, j’affirme que par leur parti pris, les journalistes français en leur quasi-totalité, et nombre de journalistes occidentaux avec eux, prolongent les souffrances du peuple irakien et provoquent des morts supplémentaires par centaines. J’affirme qu’en ne disant pas de quoi sont accusés les prisonniers d’Abu Ghraïb, en n’insistant pas sur ce qui sépare les terroristes des membres d’une armée régulière et en affublant d’ex-baasistes et des islamo-terroristes du titre de « résistants », ces mêmes journalistes se placent au côté des criminels et de ceux qui ont fait souffrir et font souffrir encore le peuple irakien.

J’affirme que ces journalistes ont une responsabilité grave dans l‘atroce mort de Nick Berg. J’affirme enfin qu’en ne diffusant pas le film vidéo réalisé par Al Qaida, ils rendent service à Al Qaida. Si les téléspectateurs français voyaient l’intégralité de ce film de six minutes …ils comprendraient que la guerre doit être menée et que, si on devait reprocher quelque chose à l’armée américaine, ce serait de mener la guerre avec trop de retenue. Ils comprendraient que si on doit humilier un prisonnier pour le faire parler et éviter d’autres égorgements et d’autres mutilations, l’humiliation est bien peu de chose. …

La vérité sur la situation en Irak :
La presse française nous avait habitués à biaiser l’information concernant la situation en Irak, mais je dois dire que ces derniers temps, elle s’est surpassée. Sachant que tous n’ont pas accès aux informations disponibles dans le reste du monde mais qui s’arrêtent mystérieusement aux frontières de ce pays, j’entends ici, une fois de plus, rectifier quelques-unes des contre-vérités et des inepties les plus flagrantes :

1. Non, les États-Unis et leurs alliés ne sont pas dans un « bourbier » en Irak : ce mot ne s’appliquait pas, il y a un an, il ne fait toujours pas sens. La situation reste globalement ce qu’elle était voici trois ou quatre semaines. 95 % du pays vit en paix, avec des conditions de travail, d’approvisionnement en nourriture, en médicaments, en eau et en électricité qui ne cessent de s’améliorer et avec, pour la première fois depuis longtemps, une libre parole et une presse libre. …

2. Oui, il y a eu l’attaque et le meurtre atroce de civils américains à Fallujah, nid de vipères baasistes non pacifié. Fallujah n’est pas tout le territoire sunnite … On est très loin d’un « embrasement généralisé ». …

3. Moqtada al-Sadr n’est en aucun cas représentatif des shiites irakiens.…

4. La vague d’enlèvements qui s’est opérée a eu toute l’allure du comportement frénétique et désespéré de gangsters en fin de partie. …

L’armée américaine et les troupes de la coalition ne pourront pour autant pas se retirer. Les régimes syriens et iraniens savent qu’ils ne pourront rester ce qu’ils sont aujourd’hui si l’Irak devient effectivement et pleinement ce qu’il est en train de devenir. L’Irak ne pourra devenir décent que si la décence fait tache d’huile dans la région. La population irakienne n’aura confiance dans le futur que si elle se sait à l’abri des risques de retour à la loi du plus criminel. …

Matraquage de masse et résistance :
Karl Popper, peu de temps avant de mourir avait publié un petit essai intitulé « La télévision, un danger pour la démocratie ». Peu de gens, à l’époque l’ont pris au sérieux. La France montre à quel point Karl Popper avait raison : la télévision est devenue le moyen majeur d’information de millions de gens. Elle place sur le même plan le discours de mon ex-concierge et celui d’un spécialiste, et est même prête à confier le poste de spécialiste à de vils propagandistes. Elle distribue des simulacres de connaissance dissoute dans l’opinion et un mélange savant d’abrutissement médiocre (« Qui sera la nouvelle star ? ») et de propagande pernicieuse (répétez vingt fois par jour que Bush est un abruti et que les États-Unis s’enlisent en Irak, ajoutez que l’armée israélienne est cruelle, et vous verrez des milliers de chiens de Pavlov répéter les phrases bien apprises).

2004/10/26

Bush est-il le pire leader au monde aujourd'hui?

Quand on lui dressa l'inventaire des péchés de la démocratie libérale il y a une soixantaine d'années, Winston Churchill ne put qu'acquiescer : "la démocratie est en effet le pire système de gouvernement qui soit…" Il fit une pause, avant d'ajouter "…à l'exception de tous les autres."

C'est ce à quoi je pense quand je lis, ou quand j'entends, pour la énième fois, la liste des infamies supposées de George W Bush, et que je suis supposé comprendre en quoi le tout dernier exemple est censé prouver à quel point les Américains (ou leurs dirigeants) sont mesquins, simplistes, bornés, fourbes, et/ou avides de dollars ou de pouvoir.

Il est de bonne guerre, en France (et en Europe), de dresser l'inventaire des péchés dont ce désastre de Dobeuliou est, ou serait, coupable, et pour lequel les Américains devraient à tout prix voter contre lui le 2 novembre. Or, une examination minutieuse et objective des autres dirigeants de ce monde montre que le cow-boy texan est en effet le pire leader sur la planète, à l'exception… de tous les autres.

Prenons la question du mensonge. D'abord il convient de dire qu'accuser Bush d'être un menteur pour avoir invoqué les armes de destruction massive comme raison pour envahir l'Irak, cela équivaut à accuser Eisenhower ou Roosevelt (ou encore Churchill) d'avoir menti aux Rangers qui prirent d'assaut la Pointe du Hoc le 6 juin 1944, alors que les canons allemands à grosse portée qu'ils étaient censés neutraliser (des engins qu'on pourrait très facilement qualifier d'armes de destruction massive, justement) ne s'y trouvaient plus.

Mais si on insiste pour qualifier de telles erreurs des services de renseignement comme des mensonges, force est de reconnaître que, de mensonges dans l'arène international, il y en a beaucoup d'autres, et d'une nature autrement grave.

Avec, en premier lieu, ceux de Saddam Hussein, qui éclipsent tout ce qu'a pu dire président américain (et de loin). Se focaliser sur les mensonges de W, c'est oublier l'historique de mensonges, bien établie, du Raïs, qui fut une raison essentielle que Bush et Tony Blair ne voulurent pas croire en ses protestations d'innocence.

Il y a ensuite les membres du "camp de la paix", dont le mensonge principal reposait dans leur ardeur de fustiger l'administration Bush, ce qui leur faisait oublier, fort à propos, l'historique de Saddam que nous venons d'invoquer ainsi que le fait que leurs propres services de renseignements étaient arrivés aux mêmes conclusions que la CIA et la MI6.

Prenons, ensuite, John Kerry, qui a menti en expliquant que la présence d'une autre personne à la Maison Blanche allait rétablir la bonne harmonie avec les alliés d'Europe et inciter, sine qua non, les Français et les Allemands à changer de direction et à aller épauler les Américains en Irak.

Il y a ensuite le mensonge qui consiste à dire qu'avec un peu de bonne volonté, l'ONU (l'organisation dans laquelle une démocratie a été évincée du comité des droits humains — ce fut l'Oncle Sam, mais cela aurait tout aussi bien pu être toute autre démocratie libérale — tout en nommant des pays comme la Syrie et la Libye à leur tête) aurait aisément pu venir à bout du problème et désamorcer la poudrière du Moyen-Orient. (Le Soudan a, depuis, montré son efficacité.)

C'est un mensonge que de prétendre que le dictateur responsable d'un système qui a permis la torture et l'assassinat de plusieurs centaines de milliers de ses concitoyens puisse, grâce à quelques pourparlers internationaux, accepter soudainement de contrôler les sbires de son régime (ainsi que ses instincts psychopathes) et de partager le pouvoir.

C'est un mensonge que de prétendre que les membres du "camp de la paix" étaient des acteurs détachés qui n'avaient que des intentions louables, alors que plusieurs d'entre eux — les plus influents — faisaient des affaires phénoménales avec le psychopathe irakien et que, par le biais du programme pétrole contre nourriture (loué aux Cieux, celui-là aussi), ils étaient impliqués dans l'une des plus grandes arnaques de l'Histoire. (Une raison de plus, par ailleurs, de mettre en doute la suffisance de l'ONU.)

Je suis désolé de vous decevoir, mais franchement, à côté des exemples d'infamie cités ci-haut, les péchés de Dobeuliou (et de l'Amérique) me paraissent bien dérisoires. Quand on me dresse l'inventaire des péchés de Bush, donc, je pense à Sir Winston. C'est aussi lui qui a dit : "un fanatique est quelqu'un qui ne peut pas changer d'avis et qui ne veut pas changer de sujet."

Read the English version

2004/10/25

John Kerry, favori de la presse et du Washington Post

…titre Le Monde
A l'échelon national, John Kerry a pour l'heure gagné 111 quotidiens à sa cause et George Bush, 70, calcule Editor and Publisher, publication spécialisée dans le secteur des médias. Soit, respectivement, 14,4 et 8,6 millions d'exemplaires diffusés. Le quotidien publie, ce matin, la liste des journaux en faveur de chaque camp.

Une semaine après avoir obtenu le soutien du New York Times, John Kerry a reçu hier celui, plus tempéré, du Washington Post. Le poids lourd de la capitale fédérale, qui avait appuyé l'entrée en guerre contre l'Irak, reproche surtout à M. Bush ses exagérations. Il rappelle, en regard, la série d'éditoriaux qui l'ont mené à cette décision. Kerry a aussi glané, au Texas, le soutien de l'Abilene Reporter News et du Corpus Christi Caller Times. Libby Averyt, la présidente de ce dernier, explique dans un éditorial à part à quel point ce choix a été difficile : "Nous connaissons et aimons George Bush depuis des années (…) mais nous sommes de plus en plus alarmés de la direction qu'il imprime à ce pays."

Autre Etat toujours âprement disputé : la Floride, où, depuis 2000, 1,5 million de personnes supplémentaires se sont inscrites sur les listes électorales, dont certaines, accuse l'Orlando Sentinel, seraient inscrites dans deux Etats, un délit aux yeux de la loi... En Floride, John Kerry a reçu l'aval du Palm Beach Post et de l'Orlando Sentinel. Il devance largement George Bush en nombre de quotidiens en sa faveur, selon Editor and Publisher.
"A l'échelon national, John Kerry a pour l'heure gagné 111 quotidiens à sa cause et George Bush, 70, [représentant] respectivement, 14,4 et 8,6 millions d'exemplaires diffusés", nous apprend Le Monde.

Peut-on savoir, dès lors, sur quelles bases le quotidien de référence, et les dirigeants de l'Hexagone, et les citoyens français peuvent se permettre de suggérer, et d'ânonner, que les citoyens "simplistes" seraient mal informés, que l'Amérique a "peur" depuis le 11 septembre, que la presse suit Deubeliou comme des zombies?

Réponse : on ne peut pas connaître ces bases, car elles sont inexistantes. Ce qu'il s'agit de faire à tout escient, c'est caricaturer l'Amérique et ses habitants le plus possible en les présentant comme des demeurés…

Le journal indépendant ajoute que :

Selon une enquête de l'université du Maryland, 72 % des supporters de M. Bush croient que l'Irak avait des ADM ou un programme pour les développer et 75 % d'entre eux sont convaincus que Saddam Hussein aidait Al-Qaida. Ce qui fait dire à l'Atlanta Journal-Constitution qu'ils retiennent des faits ce qui leur convient.
Évidemment, "être convaincu" que Saddam n'a jamais eu la moindre intention d'aider Al-Qaida, cela ne relève aucunement de la mauvaise foi qui consiste à ne retenir des faits que ce qui vous convient…

Évidemment, "être convaincu" que Saddam ne présentait pas le moindre danger à la communauté internationale (du moins, dans l'immédiat), cela ne relève aucunement de la mauvaise foi qui consiste à ne retenir des faits que ce qui vous convient…

Évidemment, "être convaincu" qu'avec un peu de bonne volonté, l'ONU (l'organisation qui n'a rien fait, récemment, pour le génocide au Soudan — sinon émettre des communiqués) aurait pu contenir le problème, et le désarmorcer, cela ne relève aucunement de la mauvaise foi qui consiste à ne retenir des faits que ce qui vous convient…

Évidemment, "être convaincu" que les Américains ont créé Saddam ou Bin Laden, et qu'ils méritaient le 11 septembre, et que sans la CIA, l'Irak et l'Afghanistan auraient été des oasis de paix, cela ne relève pas du tout de la mauvaise foi qui consiste à ne retenir des faits que ce qui vous convient…

Glucksmann : «L'antiaméricanisme a une fonction rassurante»

Le Figaro fait paraître une interview de André Glucksmann.

Alexis Lacroix : Le lecteur du Discours de la haine révèle un intellectuel qui assume sa solidarité, voire sa communauté de destin, avec deux pays fortement critiqués, voire satanisés : les Etats-Unis et Israël...

André Glucksmann : Plutôt que des repoussoirs, ce sont des épouvantails inspirés par des haines fondamentales. J'en compte, d'ailleurs, trois : les Juifs, les Américains et les femmes. La haine des femmes est la plus ancienne et la plus constante, avec des retours de flamme d'une actualité consternante. … Dans toute haine, il y a le risque d'une escalade paroxystique.Haine de l'autre, haine de soi, haine du monde, volonté de déluge... Les intellectuels ne sont jamais restés insensibles aux sirènes perverses qui chantent l'homicide suicidaire.
Pouvez-vous préciser votre pensée ?
Bien avant le 11 septembre 2001, l'après-68 avait posé aux intellectuels la question brûlante du terrorisme. Baader en Allemagne, Brigades rouges en Italie et les mouvements palestiniens : prises d'otages, avions piratés, assassinat des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich (1972)... Les meilleurs amis n'échappèrent pas à la nécessité de trancher, quitte à se séparer, fût-ce provisoirement.
Un mot, justement, sur ce débat des années soixante-dix. Quels en étaient les clivages principaux et les figures marquantes ?
Foucault, moi-même et d'autres, condamnions radicalement tout cela. Certains, par contre, comme Deleuze hésitaient entre le soutien et la complaisance. Jean Genet chanta les louanges du commando Septembre noir qui portait la lutte sur «son véritable terrain» : l'Europe plus encore que le Moyen-0rient... en attendant New York ! Dans son genre, J. Genet fut un prophète. Dans ma famille, où l'on a pratiqué la résistance contre le nazisme, il fut toujours évident que la prise d'otages et l'agression des civils étaient caractéristiques du comportement terroriste des nazis. Baptiser «résistance» la décapitation filmée d'otages est l'indice inquiétant d'une baisse sans précédent du seuil d'intolérance face à la barbarie.

Hitler incarnait une menace autrement redoutable que le terrorisme irakien aujourd'hui. Il suffirait que l'ONU, la France, l'Allemagne, etc. apportent leur concours pour, comme en Afghanistan, établir les conditions élémentaires permettant des élections honnêtes. En ce sens, leur défaillance est encore moins justifiée que celle des «Munichois» de 1938. La meilleure façon de dormir tranquille est de se persuader que la victime est le bourreau : d'où l'immense succès chez les Européens de la rhétorique de Michael Moore, l'auteur de Fahrenheit 9/11. L'Amérique est cause de tout, donc de tout le mal qui sévit sur la planète, voila l'opium qui permet aux peuples d'attribuer magiquement aux «faucons» de Washington l'origine de la catastrophe qui s'est abattue sur les Etats-Unis le 11 septembre. L'antiaméricanisme assume clairement, dans la psyché mondiale, une fonction rassurante. Une fois viré George W. Bush, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes multipolaires, sage et pacifique comme chacun veut s'en persuader. Bel exercice d'exorcisme.

Cette nouvelle dimension géostratégique est dominée, comme vous l'expliquez dans Le Discours de la haine, par la figure de l'auteur d'attentats suicide...
Nous sommes passés de l'ère de la bombe H à celle des bombes humaines. … La bombe humaine carbure à la haine. Et la haine n'est pas l'effet mécanique d'une cause extérieure – la faim, la misère, l'oppression ou l'humiliation. Tous les opprimés, tous les offensés et les affamés de la terre ne se font pas exploser dans les transports en commun, devant les églises ou les mosquées. La haine est une décision personnelle, on se met en haine comme on se met en colère. … Le fou de dieu et le fou sans dieu naviguent de conserve.
A coup sûr, les Etats-Unis n'ont pas créé la furie terroriste. Mais l'Administration américaine sortante a opté pour un «wilsonisme botté» (Hassner) qui exacerbe l'épreuve de force planétaire...
On peut filer la métaphore : préférez-vous combattre le terrorisme par l'innocence des pacifistes aux pieds nus ou par la rhétorique de la diplomatie en escarpins ? On a détourné la formule de Hassner pour y lire la condamnation, qu'il ne partage pas, de tous ceux qui conviennent qu'il faut parfois s'opposer à la violence terroriste par la violence. Violence civilisée, réglée, proportionnée (d'où «wilsonisme»), mais violence quand même (d'où «botté»). La haine de l'Amérique est le plus petit dénominateur commun du fanatisme contemporain. C'est une passion idéologique partagée par les deux tiers des habitants de la planète, on se persuade que l'Amérique «a la rage».
Revenons un instant sur les «néoconservateurs». Un an et demi après la guerre d'Irak, quel jugement portez-vous sur leurs idées ?
Je reste dubitatif devant cette appellation. S'agit-il d'un corps de doctrine ? Un ou deux livres fort différents font un bagage plutôt léger. S'agit-il d'un groupe de pression ? Peut-être mais les lobbies se font et se défont au Pentagone comme ailleurs en un rien de temps. S'agit-il d'un petit Satan inventé par ceux qui vitupèrent Bush ? Probablement aussi. Arrêtons ces diatribes électorales. Constatons plutôt que l'Amérique a tiré les premières conséquences des succès comme des échecs de l'intervention en Irak. Le rapport de la Chambre des représentants américains sur le 11 Septembre et ses suites est remarquable. Il amorce une évolution profonde. Les Américains inscrivent, désormais explicitement, la guerre contre le terrorisme dans la longue durée : 1°/ il s'agit d'une lutte pour une ou deux générations, 2°/ elle n'est pas seulement policière et militaire, elle met en jeu une «bataille des idées» longue et difficile. Or ce programme est le résultat d'un travail commun aux républicains et aux démocrates. Nous sommes bien loin des prétendues sectes censées manipuler la Maison-Blanche et le Pentagone. On s'en apercevra une fois closes les inévitables outrances des altercations électorales.
Selon la formule d'Irving Kristol, les néoconservateurs sont «des hommes de gauche qui se sont fait casser la gueule par la réalité». En retirant votre confiance à la conscience mondiale, ne suivez-vous pas un itinéraire parallèle ?
S'il suffit de tenir compte du principe de réalité et de modifier sa conduite en fonction des expériences douloureuses et de s'apercevoir enfin que le communisme n'est pas le temps des roses et des hortensias, qu'il n'est pas la voie du paradis, mais celle de l'enfer... Alors je suis depuis des décennies «néoconservateur» sans le savoir. Et pas mal de monde avec moi. Les dissidents de l'Est, tchèques avec Vaclav Havel, Polonais avec Geremek et Michnik, Russes avec Soljenitsyne et Sakharov, tous deux communistes au temps de leur jeunesse folle : la liste est infinie des gueules cassées par l'idéal. Quel que soit cet idéal. Les femmes iraniennes sont revenues très vite du khomeinisme. Autant d'hommes et de femmes qui, dans des situations historiques très diverses, ont dû affronter la réalité en ne comptant que sur leurs propres forces (dans l'indifférence de la prétendue «conscience mondiale» et de la «légitimité internationale» censées être incarnées par l'ONU). Souvenez-vous des Tutsis du Rwanda, victimes du dernier génocide du XXe siècle, accompli dans l'apathie des autorités planétaires.

… ce n'est pas d'un manque de virilité que souffre l'Europe. Elle se repaît de la même illusion qui fit florès aux Etats-Unis pendant plus de dix ans, celle de se croire au-delà de l'histoire, de ses combats et de ses débats, par-delà le bien et le mal. Elle se croit invulnérable comme les Etats-Unis à la veille de Ground zero. Elle croit pouvoir mener une existence post-historique, celle d'une île bienheureuse ou d'un camp de vacances permanent. Une bonne partie des Américains cultive encore ce rêve idyllique, qu'une intéressante partie d'Européens, en particulier à l'Est, rejette d'ailleurs, pour deux raisons : le souvenir récent du despotisme totalitaire et l'inquiétude touchant le regain de brutalité du Kremlin. L'Europe occidentale apaisée et protégée par le parapluie nucléaire américain a oublié ce qui fondait sa communauté.

C'est-à-dire ?
Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elle s'est déclarée antifasciste contre les fantômes du passé, antitotalitaire à l'ombre du rideau de fer et finalement anticoloniale puisque tous les pays de l'Union avaient, non sans douleur, quitté leurs colonies. Mais aujourd'hui ces fondements paraissent tellement lointains... Le fascisme d'un Saddam Hussein n'a pas choqué grand monde et le fascisme islamiste paraît accommodable. … Ainsi, le glissement imaginaire vers le meilleur des mondes pacifiques est recodé par de nombreux intellectuels européens en preuve de supériorité morale. L'Europe se fait fort d'imposer au reste du monde son être hors de l'histoire comme une norme idéale. …
Sur quels alliés peuvent compter ceux qui, en Europe comme aux Etats-Unis et en Israël, refusent le discours de la haine ?
L'islamisme fait d'abord des victimes parmi les musulmans, les suppliciés des GIA algériens sont des musulmans algériens. Les victimes des talibans étaient des musulmans afghans. Les innocents massacrés dans les attentats d'al-Qaida à Bali et Casablanca idem. Ainsi, les alliés des démocrates occidentaux, souvent négligés, sont les jeunes, les journalistes, les femmes, voire les policiers et les soldats qui résistent sur place. La cécité «huntingtonienne» rejoint celle des diplomates «réalistes» du Quai d'Orsay, indifférents aux fractures de la civilisation musulmane et imbus d'une unité imaginaire du monde arabe.

Lire quelques extraits du livre