There was an error in this gadget

2004/05/01

La presse, la société américaines,
dignes de Staline?

Dans la lignée des charmants L'Amérique,-c'est-en-fait-aussi-détestable- que-le-plus-horrible- des-systèmes-totalitaires,-sinon-pire nous vient l'article du Monde sur la photo truquée contre le candidat Kerry. Que nous apprend la der du 20 février 2004, et ce dès la première phrase? Que "La photographie ci-dessus est un faux, un montage comme savait en faire la propagande soviétique pour récrire l'histoire." Soit : "oui, d'accord, on le sait, l'URSS était un désastre pour le peuple soviétique, mais aux USA, c'est du pareil au même!"

Ce n'est que tout en bas de la deuxième colonne que l'on apprend ce qui n'aurait dû être un secret pour personne, et cela quasi-accidentellement : "La photographie n'a, semble-t-il, pas été reprise dans la presse américaine". Non seulement l'importance de cette information est immédiatement diluée par la prolongation de la phrase contenant des précisions sans grande importance et par ailleurs trompeuses ("mais seulement par deux journaux britanniques conservateurs" ignore allègrement que le Daily Mail et le Mail on Sunday ne sont en fait qu'un); mais en plus, la phrase contient ce fameux "semble-t-il".

"Semble-t-il"! Quelle délicieuse précision! Cela équivaudrait à "Par le plus grand des hasards", "on n'est pas tout à fait sûrs", "il paraîtrait". Soit : si la photo-montage avec Jane Fonda n'a pas été publié dans les journaux américains, c'est tout à fait accidentel. Ou alors : ce n'est que grâce à un accident fortuit que la société néo-stalinienne par excellence, qui suit George W Bush comme des caniches, ne s'est pas fait avoir par les autorités. Ou, si l'on préfère : les Américains, tant l'ensemble des citoyens que la plupart des rédactions, étaient tout prêts — comme d'habitude — à croire en cette désinformation, comme les démeurés qu'ils sont ; mais heureusement, presque accidentellement, des esprits sages (c'est-à-dire des Américains qui partagent le même point de vue que les Français humanistes et qui sont donc empreints d'une spiritualité et d'une faculté de raisonnner sans commune mesure) veillaient.

Puisqu'il semble nécessaire de faire des leçons de déontologie journalistique à certains, rappelons certains faits :
  • Les journaux américains sont réputés pour ne rechercher que, et ne donner que, les faits — "facts, facts, facts" — les opinions étant réservés pour la page éditoriale, clairement à part. C'est-à-dire que les modalités d'entrée dans une rédaction sont, à priori, conçues pour éviter que des personnes avec des intentions cachées y entrent ou, en tout cas, pour qu'ils font leur travail et gardent leurs opinions, sinon pour la page éditoriale, pour la sortie des bureaux. La recherche des faits présume qu'on ait fait ses devoirs de vérifier les faits avant de les publier (le travail des fact-checkers, que j'ai par ailleurs déjà rempli). Si on découvre des "faits" invérifiables ou carrément faux, on ne les évoque pas (ou alors dans un contexte approprié). C'est pour cette raison que les journaux sérieux n'ont pas parlé de la relation présumée de John Kerry avec une intern. Et c'est peut-être pour cette même raison que, "semble-t-il", la photographie n'a, "semble-t-il", pas été reprise dans la presse américaine.

  • Contrairement à cela, une partie des devoirs du journaliste dans les pays de l'Est (du Pacte de Varsovie) était de mettre toutes les informations dans le contexte de ce que l'on pourrait appeler l'auto-congratulation éternelle. "Tout ce qui se passe chez les Yankees et les capitalistes est illustratif du côté criminel et néfaste de leur société (et au mieux un leurre), alors tout ce qui se passe chez nous démontre à quel point nous sommes des êtres d'une sagesse, d'un humanisme, d'une fraternité, d'une générosité, d'une solidarité, d'une joie de vivre on ne peut plus exemplaires."

  • L'aspect significatif dans le fait de l'existence des faux soviétiques (tant au niveau des photos qu'à celui de la présentation des informations), ce n'est pas les trucages proprement dits, c'est le fait qu'ils aient été réalisés par la presse officielle d'État, monopole du parti unique au pouvoir, et cela, de façon régulière et systématique, quotidiennement, pendant de nombreuses décennies; et que toute tentative d'y remédier aurait été irrémédiablement sanctionné (y compris par la peine capitale).
Peut-être que si, de par le monde, des journaux comme le New York Times, le Washington Post, et le Wall Street Journal se font, "semble-t-il", plus citer à l'étranger que des journaux comme le quotidien de référence (sans parler du Monde diplomatique, ou encore, avant la chute du mur de Berlin, de journaux comme Pravda et Izvestia), ce n'est pas, "semble-t-il", tout à fait accidentel?

1 comment:

Anonymous said...

Her other brother, an independent and largely ignored teenager, drifts in and out of the novel. [url=http://www.ukdresshop.co.uk]Celebrity Dresses[/url]
[url=http://www.expeditionparkaca.com]canada goose coats[/url] qfkelqy mmhsiyt http://www.londongenuinepandora.com vpdskls [url=http://www.femmescanadagoose.com]Canada Goose Chateau Parka[/url] hwknmss
hhmeubv [url=http://beatsusoutlet.com]beats by dre sales[/url]